TRIBUNE – Dans la peau d’une Africaine-Américaine en France

Anndi,  noire américaine de 22 ans, a vécu en France pendant près d’un an, arrivée en septembre 2015. Sur son compte Tumblr La Noire Afar, elle raconte son expérience dans le pays. Entre clichés, fantasmes et belles découvertes, la jeune femme adresse ce message à ses compatriotes restés aux Etats-Unis : vous n’êtes pas les seuls afrodescendants de la planète.

Noir.e en Europe

(Traduction du texte initialement publié le 20 mars 2016 sur La Noire Afar : http://lanoireafar.tumblr.com/post/141377340833/black-in-europe)

‘Mouais j’ai pas aimé la France. Les Français sont racistes. Va en Italie ! Ils sont tellement accueillants et on m’a dit qu’ils adoraient les femmes noires.’ ‘Est-ce qu’il y a d’autres Noirs chez les Allemands que ceux qui sont dans l’armée ?’

« La plupart des Noirs qui voyagent se demandent une chose avant de s’aventurer à l’étranger : commentje serai perçu dans cet espace où les blancs sont prédominants ? C’est une question légitime. Au mieux, on peut nous mettre sur un piédestal grâce à notre différence. Au pire, on peut nous maltraiter. Même en voyageant dans des coins reculés des Etats-Unis, on tombe sur des gens qui nous dévisagent et posent des questions exaspérantes du genre « je peux toucher tes cheveux ? ». Je me suis donc demandée comment je m’en sortirais en France.

Mais ce post ne parle pas que de moi. Oui, je suis noire. Oui, je me trouve actuellement en Europe. Mais cela ne fait pas de moi un être spécial. Parce que bien qu’il n’y ait qu’un petit pourcentage d’Africains-américains qui voyagent en Europe chaque année, il y a des dizaines de millions de noirs qui sont déjà là : les Afro-européens.

 Les Noirs ne vivent pas qu’en Afrique et aux Etats-Unis. Grâce au (enfin, « grâce » non …) colonialisme, la diaspora africaine s’est retrouvée dans des coins improbables de la planète. La plupart des Africains-Américains se trompent en supposant que nous constituons le seul groupe de descendants africains vivant en tant que minorité sous-représentée, maltraitée, discriminée dans des espaces majoritairement blancs. Allez dire ça aux quelque 55 millions d’Afro-brésiliens ou aux millions de descendants noirs vivant au Royaume-Uni, en Italie et en France.

Mais notre égocentrisme n’est pas uniquement de notre faute. Moi aussi, je n’avais pas d’idée précise du nombre de noirs qui vivaient en Europe avant d’y aller. Nourrie par les images que j’ai vu à la télévision et dans les films en grandissant, je pensais que l’Europe était un continent complètement blanc, que tout y était uniforme avec une très faible variation en termes de couleur ou de culture (du moins pas de culture d’un point de vue ethnique). C’est la diversité invisible de l’Europe. De la même façon que les Africains Américains sont sous-représentés dans presque toutes les strates de la société, les Afro-européens le sont encore plus.

tumblr_Anndi

Pendant mes premiers mois passés en France, j’ai rencontré beaucoup de personnes mais je ressentais tout de même un manque. Je mourrais d’envie d’échanger avec des gens qui avaient les mêmes idées que moi. Des gens avec lesquels je partageais un lien indéniable. Pour faire court, j’avais besoin de me faire des amis noirs. Certains trouveront ça bête mais quiconque fait partie d’une minorité quelle qu’elle soit, peu importe le groupe en question (lié à la race, à la sexualité etc) comprend cette envie.

Le problème, ce n’était pas le manque de Noirs mais plutôt de trouver comment en faire naturellement des amis. Se faire des amis à l’âge adulte n’est pas tâche facile. Pour les enfants, c’est tellement simple ! Il y a juste à dire « hey ! je te trouve vraiment cool ! »

Mais en tant qu’adulte, comment dire à une personne qu’on ne connait pas qu’on la trouve cool et qu’on aimerait la fréquenter en tout bien tout honneur sans paraître louche ?

Plusieurs mois plus tard, j’ai fait la connaissance d’amis d’amis, rencontré de nouvelles personnes grâce aux réseaux sociaux et même rejoint un groupe Meet-Up d’expats noirs à Paris. En parlant à ces différentes personnes, j’ai recueilli plusieurs points de vue.

Les Africains Américains sont à la fois admirés et enviés en France. Croyez-le ou non, nous bénéficions d’une visibilité à travers le monde qui n’est pas donnée à d’autres africains de la diaspora. Les Africains-Américains représentent ce qui est cool, ce sont les créateurs de la pop culture. Nos célébrités sont leurs célébrités, nos émissions télé préférées sont leurs émissions télé préférées aussi. Les Africains-Américains font entendre leurs voix en temps d’injustice sociale, quand il y a des inégalités et des réactionnaires. Mike Brown et Trayvon Martin ne sont pas des noms que l’on prononce uniquement sur le territoire américain. Le discours « I Have a Dream » est connu des Européens, le cri « Black Lives Matter » a retenti dans le monde et le mouvement des droits civiques leur est enseigné tout comme chez nous. En bref, l’expérience noire américaine a laissé une empreinte nette dans l’histoire mondiale.

tumblr_black and abroad

L’histoire des noirs européens quant à elle, a été balayée sous le tapis. Je ne suis PAS DU TOUT une experte du sujet mais voici un résumé de l’histoire de la colonisation européenne en Afrique avec mes propres mots.

** L’histoire de la conquête de l’Afrique version extra-courte et très simplifiée d’après Anndi**

A la fin du 19ème siècle, plusieurs pays européens tels que le Royaume-Uni, la France et le Portugal ont établi des villes portuaires en Afrique pour vendre des marchandises et des matières premières. Tout allait pour le mieux jusqu’à ce qu’un mec, le roi Léopold II de Belgique se dise « Vous savez ce qui serait vraiment génial? Faire du Congo mon territoire. » Alors le gars a coupé un gros morceau du Congo rien que pour lui, même pas au nom de la Belgique. Les autres puissances européennes (Royaume-Uni, France, Italie, Portugal et Allemagne) ont commencé à flipper et ont pensé « merde, mon égo est juste trop gros, comment je peux le rendre encore plus énorme ? ». Alors elles se sont réunies en Allemagne, ont trouvé la carte de l’Afrique et ont littéralement découpé le continent comme on le fait avec une pizza. Il faut préciser qu’aucun des pays africains en question n’a été invité à la « soirée pizza ». Donc 90% du continent a été colonisée sans l’accord de ses habitants, des millions d’Africains ont été contraints au travail forcé, les matières premières ont été exploitées, des hommes ont été tués, des femmes ont été violées, des enfants ont été mutilés, des groupes ethniques en conflit ont été mélangés … tout ça sous prétexte de ‘sauver les sauvages non civilisés de la damnation éternelle.’

Plusieurs décennies plus tard, les puissances européennes ont finalement commencé à quitter le territoire. Qu’ils soient partis selon leurs propres termes ou chassés par des groupes révolutionnaires, les effets pervers de l’impérialisme – gouvernements corrompus, éternelles guerres civiles, traumatismes psychologiques- sont manifestes dans plusieurs pays africains. 

**La fin** … Sauf que ce n’est pas la fin puisque ces effets pervers perdurent.

J’ai remarqué un léger manque dans la communauté chez les Afrofrançais. Pour les Africains-Américains, il y a cette idée de lien fictif. Je ne te connais ni d’Eve ni d’Adam mais si nous sommes les deux seuls noirs dans un espace majoritairement blanc, alors on se reconnaîtra. C’est ce qu’il se passe à petite échelle. A grande échelle, nous sommes passés maîtres dans l’art de créer des espaces qui nous sont réservés ; les salons de coiffure et les barbershops, les écoles et universités historiquement noires, la chaîne de télé BET, la NAACP … on a même notre propre hymne national ! Tout cela avec la volonté de s’élever et de se donner de la force, pour prendre notre place au sein d’une société qui n’a pas été conçue pour nous.

Mais notre sens de la communauté émane de nos expériences communes. Beaucoup de nos ancêtres étaient des esclaves. Beaucoup de membres de nos familles encore en vie ont connu la ségrégation. En ce qui concerne la France, et de nombreux pays européens, les expériences d’Européens noirs, bien que similaires, ne sont pas identiques et ne sont pas partagés non plus.

De toute façon, il est difficile d’avoir un sens de la communauté quand on n’a même pas idée du nombre de descendants africains qui vivent dans le pays. Apparemment, les statistiques ethniques sont ‘constitutionnellement interdites’ en France.

Dans le cas des Afrofrançais, ils ne sont pas liés par la race ou les origines de leurs familles. Quand on est une femme noire originaire de la Guadeloupe, on se sent plus proche des populations antillaises que de celles d’Afrique de l’ouest. Pour être honnête, j’envie tellement les Afroeuropéens parce qu’ils savent d’où ils viennent exactement et ont même de la famille qui vivent encore dans ces pays. Je n’ai jamais eu aussi honte de ne pas connaître mes racines que depuis que je me suis installée en France. A chaque fois que je rencontre un Afrofrançais pour la première fois, la conversation ressemble à ça :

Eux : « Alors tu viens d’où ? »

Moi : « Je viens des Etats-Unis ! »

Eux : « Oui, je sais. Mais je veux dire, tu viens d’où, vraiment? »

Moi : « De Washington DC. »

Eux : « Je veux dire d’où est originaire ta famille. »

Moi : » Hum … Je ne sais pas ? Mes ancêtres étaient des esclaves donc … »

Eux : « ….. »

Moi : « ….. Enchantée ! »

En général, on croit que les Noirs vivant dans des pays majoritairement blancs n’en sont pas originaires. Les Afrofrançais peuvent être nés et avoir grandi à Paris sans jamais se sentir ou être perçus comme étant « Français ». De même, quand je rencontre des européens blancs, ils sont en général sceptiques concernant l’histoire de mes origines mais pour une autre raison. Comme j’ai la peau plus claire que la plupart des Afrofrançais, beaucoup pensent que je suis métisse. Pendant mon voyage en Italie, un italien m’a dit ‘vous êtes belle. J’adore les femmes mulâtres’, ça m’a vraiment dérangé car être noire et être belle ne sont pas des concepts qui s’opposent, mon ami ! Mais j’adore la déception qui se lit sur leur visage quand je leur réponds que je suis fièrement et indubitablement NOIRE à 100%.

Mais parlons de choses positives parce qu’il y en a pas mal. Que les Français noirs ne s’organisent pas de la même façon pour lutter contre les injustices, cela signifie pas qu’ils n’ont pas de discussions importantes à ce sujet. Le mouvement afroféministe a l’air d’avoir de l’ampleur ici. J’ai vu bon nombre d’articles, de vidéos sur Youtube, de tweets sur le sujet et j’ai même été invitée à des conférences organisées par des afroféministes qui parlaient de l’intéressante question d’équilibre entre race et genre.

J’ai rencontré tellement de femmes noires qui sont intelligentes, conscientes et drôles. Des femmes qui souhaitent être les porte-paroles de leur communauté. Des femmes artistes, poétesses et chanteuses. Des femmes belles à l’intérieur comme à l’extérieur. Des femmes qui écrivent. Des femmes qui ont du style. Des femmes qui ont un cursus universitaire. Des femmes qui veulent élever et donner plus de force à leurs soeurs. Des femmes qui veulent être vectrices de profonds changements dans leur société.

Alors ne négligez pas les Afro-européens; ils occupent une véritable place dans notre monde.

Je m’en voudrais de ne pas parler de la série Strolling de Cecile Emeke qui, pour dire vrai, m’a permis de découvrir des points de vue d’Afroeuropéens pour la première fois. Cecile Emeke est une femme britannique qui a brillamment filmé des personnes noires issues de la diaspora africaine. Le résultat ? Elle y défait l’idée d’une expérience générale pour tous les noirs en déroulant une série de témoignages singuliers et personnels. Emeke a filmé aux Pays-Bas, en Italie, en Jamaïque, et dans beaucoup d’autres pays et l’intérêt suscité par son concept a engendré une grande popularité sur Youtube. Bien sûr, on y entend les histoires bien connues de micro-agressions, de « respectability politics »*, et d’estime de soi. Mais on y parle aussi de santé mentale, d’orientation et d’expression sexuelle, de capitalisme, de véganisme, de réparations coloniales et de pléthores d’autres sujets que l’on entend peu souvent venant de la part de personnes noires.

Si ça vous intéresse, je vous conseill de regarder 3 des témoignages que j’ai le plus aimé : deux amies noires en France, un homme afroféministe venant du Royaume-Uni et une actrice noire à Londres.

Alors, qu’est-ce que c’est que d’être Noir en Europe ? Je répondrai la même chose qu’à quelqu’un qui demanderait ce que c’est que d’être Noir aux Etats-Unis : qu’il n’y a pas de réponse simple. La culture, les mentalités, les idées, les joies, les luttes des Noirs ne sont pas uniformes, elles sont diverses, ils sont nuancées, elles peuvent se rejoindre mais ne se confondent pas.

J’écris pour expliquer que l’expérience noire ne se résume pas à notre expérience personnelle. Je pense qu’il est important non seulement de discuter de ce que c’est que d’être Noir aux Etats-Unis mais aussi dans un contexte plus global. Et rappelons-nous qu’en tant que Noirs Américains, notre visibilité à travers le monde nous donnent un certain privilège. La prochaine fois que vous direz #BlackLivesMatter, regardez au-delà de l’Amérique du Nord. Quand vous penserez à la communauté noire, faites-vous violence et dépassez les limites de votre imaginaire.

Et si vous en avez la possibilité, voyagez, parlez aux gens, discutez de ces sujets. Vos yeux et votre esprit s’ouvriront bien plus que vous ne le croyez. »

*Idée selon laquelle des « minorités » ou autres groupes marginalisés doivent changer leur comportement pour être mieux considérés et traités par le groupe dominant

Publicités

10 réflexions au sujet de « TRIBUNE – Dans la peau d’une Africaine-Américaine en France »

  1. En france si tu n’es pas africain ou africaine de couleur noir charbon les francais ne vont pas te considerer comme noir ou noire , ils vont te dire que tu es métisse parce que pas 100% afro

    Les francais refusent d’affronter la question de l’esclavage dans leur histoire, éffacer cette histoire les arrange car sa fait tache a leur réputation pourtant apres 1492 les esclavagistes francais sont parmis les plus nombreux dans les amériques plusieurs iles des caraibes dont certaines devenus anglaises juste avant l’abolition de l’esclavage, la guyane francaise en amérique du sud et le sud des usa notamment la louisiane et une grande partie des usa et une partie du canada était la « nouvelle france » pendant tres longtemps… (de 1534 a 1763 !!) Et les anglais volaient une partie de l’or des francais issu de l’esclavage a la suite des guerres franco anglaises

    La france a fait toute sa richesse sur ses colonies d’esclaves depuis 1492 sa a commencé par réduire en esclavage les amérindiens et ceux ci ne supportant pas les dures conditions du travail forcé ils ont importé des esclaves d’afrique puis remplacé par des indiens tamoul importés d’inde dans les champs agricoles apres les abolitions de 1833 et 1848 mais sauf aux usa !

    En manque de ressources au début du 19eme siecle vers 1820 la france et d’autres pays européens ont colonisé l’afrique pour exploiter ses ressources petrole diamants etc… tout sa pour s’enrichir pour l’argent sans tout sa la france serait resté au moyen age dans la pauvreté et les maladies

    J'aime

  2. Comment peux tu être sure à 100% que tu n’as aucun européen dans ton ascendance. Vu l’histoire mouventée de l’esclavage aux Etats-Unis, rien n’est moins sur…!

    J'aime

  3. Respect a toi ma soeur j ai ete au etat unis recamment et la solidariter des noir entre eu, ma vraiment toucher. Sa a rien a avoir avec les noir de france , les noirs en france ne sont pas solidaire.

    J'aime

    1. Rastagirl

      tu ne peux pas comparer les noirs de france immigrants issu de plusieurs coins du monde ( afrique, antilles, usa, ocean indien ) qui ont chacun leur histoire et les noirs des usa issu d’une meme histoire celle de l’esclavage, les immigrants africains aux usa tout comme en angleterre ou en france n’ont pas la meme histoire que les noirs descendants de l’esclavage dans les amériques (incluant les caraibes) et les iles de l’océan indien.

      Les noirs étasuniens sont descendants d’esclaves les noirs caribéens ayant immigrés aux usa aussi mais les immigrants africains ne sont pas descendants d’esclaves

      Obama ne va pas se prétendre descendant d’esclaves mais va se prétendre noir aux usa meme si en france il est considéré comme métis mi africain de par son pere et mi blanc us de par sa mère mais en définitive il sera toujours traité comme un noir par la plupart des gens, ou pire pouvant etre rejeté des 2 cotés… cest parfois plus dure d’etre métis que d’etre noir

      Il ne faut pas tout mélanger sa porte a confusion.

      J'aime

  4. C’est génial ,de voir qu’il y’a des gens de le même optique que nous ,cet optique qui nous motive à aller de l’avant pour monrer qu’il y a rien de plus beau et riche cette culture Afro . Merci ma sœur et bonne continuation.
    Peace and love

    J'aime

  5. Je pense que la grande différence entre afro-américains et européens d’origine africaine est historique mais également une question d’assimilation. Le contexte historique des USA confère aux afro-américains la légitimité d’avoir leur propre culture. Puisqu’ils peuvent se référer à des souffrances collectives sur ce territoire et qu’ils se retrouvent face à d’autres immigrés (irlandais, italiens,…) même si la culture des WASP est largement prédominante. Ces conditions créent le terreau fertile de l’émergence d’une subculture ex nihilo. Pour les européens d’origine africaine, et je précise que c’est mon avis en tant qu’européen d’origine congolaise, le fait d’être en Europe est un choix ou du moins l’opportunité d’une meilleure vie. Et ce choix nécessite des efforts d’adaptation à la culture, aux us et coutumes du pays d’accueil. Malheureusement, une bonne part de cette population ne s’assimile pas assez et reste sur le carreau de la société européenne. Dès lors, ils se retrouvent dans cette ambiguïté d’un côté de fantasme d’une culture afro-américaine dont ils ne connaissent que la partie la plus bling-bling et de l’autre d’un refoulement de la culture et des fondements européens. Alors qu’au final (et c’est toujours mon opinion), il n’y a pas réellement une ségrégation noire à proprement parler en Europe. A l’inverse, ces européens d’origine africaine ont tendance à surreprésenter leur culture d’origine et à la confronter.

    J'aime

    1. Difficile de répondre à la généralisation et à l’essentialisation sur les « européens d’origine africaine », comme vous les appelez. La tribune d’Anndi permet enfin de réaliser que les noir.E.s américain.e.s à qui on mène la vie dure depuis qu’on les a déporté aux Etats-Unis, doivent savoir voir aussi chez les autres peuples issus de la diaspora africaine qu’il y a des difficultés de vie dûes à leur « couleur de peau », la culture qu’ils sont supposés charrier avec eux. Sur ce thème, la question de l’assimilation est biaisée car quid des Noir.e.s qui sont né.e.s en France, en ont la culture de fait, puisque y ont grandi, y ont été à l’école etc et à qui on continue de refuser des logements, des accès à des emplois, justement parce qu’elleux sont noir.e.s ?

      J'aime

  6. Ce récit est intéressant mais ce qui me gêne c’est qu’on a l’air de croire que ce ne sont que les Noirs qui sont perçus par leur couleur de peau. Un Blanc qui voyage ou qui se trouve en minorité en France n’est pas différent d’un Noir à mon sens. La vision de l’autre à travers sa couleur de peau concerne tout le monde. On demandera tout autant à un Blanc qui va dans un pays où il n’y en a pas de lui toucher les cheveux par exemple. C’est le regard que vous portez sur l’autre qui fait tout, il me semble.

    J'aime

    1. Bonjour Arthur !

      Il semble que ce que dit cette jeune femme concernant la question des cheveux est un détail. Ce sur quoi elle insiste en revanche, c’est sur le fait qu’être un Noir venant des Etats-Unis confère statut particulier dans le monde, aux dépens des autres groupes afrodescendants. De plus, elle se focalise aussi sur la question des injustices et discrimination dont font l’objet ce qu’elle appelle « les diasporas africaines », ce qui n’est en aucun cas comparable au regard curieux jeté à un inconnu.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s