#unjouruneactriceafrofrançaise #22 : Léonie Simaga

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Léonie Simaga.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle.  Aujourd’hui : Léonie Simaga.

Leonie Simaga

Léonie Simaga est née en 1978.

Elle débute sa carrière au théâtre où elle travaillera beaucoup. De 2010 à 2016, elle a été la seule femme noire sociétaire de la Comédie-Française, institution dans laquelle elle a fait son entrée en 2005. Elle reste la seule à ce jour.

La liste des personnages qu’elle incarne sur les planches est longue. On y trouve notamment des classiques comme Roxane dans Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand (2008), Chimène dans Le Cid de Corneille (2005-2006) ou encore, dans un genre plus contemporain, Eunice dans Un Tramway nommé désir de Tennessee Williams (2011).

La comédienne est aussi metteure en scène. Elle adapte notamment la pièce Quai Ouest de Bernard-Marie Koltès (2001), Andromaque de Racine (2002) et plus récemment Othello de William Shakespeare (2013-2014).

Léonie Simaga joue également dans quelques films au cinéma. Elle est aux côtés d’Audrey Tautou, Mathilde Seigner et Nathalie Baye dans Vénus Institut (1998) ou encore de Maïwenn, Mélanie Doutey et Romane Bohringer dans Le bal des actrices (2008). On la retrouve aussi dans Mon pote où elle donne la réplique à Benoît Magimel (2010).

À la télévision, elle joue et chante dans Que d’amour de Valérie Donzelli, adaptation de la pièce Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux (2014). Récemment, elle incarnait Izia Katell dans la série Trepalium sur Arte.

Cette année, Léonie Simaga met en scène avec Charles Berling -qui y joue également- Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès avec Mata Gabin sur scène. La pièce tourne actuellement dans plusieurs théâtres français.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s