AUDIO – Le Marché Noir, la petite boutique d’Amah Ayivi est devenue grande

MODE – On a parlé avec Amah Ayivi, le « Monsieur Style » du Comptoir Général, du Marché Noir, sa boutique vintage-salon de thé qu’il vient d’ouvrir à deux pas de République avec ses associés. Ambitions et grands projets d’avenir au menu.

Celleux qui fréquentent le Comptoir Général, le bar-restaurant concept-store proposant décor et produits inspirés par l’Afrique, ont sans doute déjà aperçu Amah Ayivi, sur la mezzanine du lieu désormais transformée en bateau, au milieu des vêtements qu’il fait venir du continent. Il y avait Le Marché Noir, sa petite boutique de fripes. Elle s’agrandit et a pris son indépendance rue Perrée, à deux pas du Carreau du Temple. L’installation du Marché Noir dans cette zone stratégique de la mode parisienne nous semblait l’occasion idéale pour rencontrer le maître des lieux, comme l’indique sa signature de mail, afin de revenir sur son parcours, ses -nombreuses- ambitions pour cette boutique mais aussi les critiques auxquelles est soumis le Comptoir Général.

Cela faisait quelques temps que l’interview était dans l’air. Rendez-vous est enfin pris, à 14h30 en semaine. On profite d’être sur les lieux en avance pour visiter le Marché Noir. Les lustres en cauri dans la boutique, dans laquelle Oumou, la vendeuse nous accueille, l’espace monumental dédié aux vêtements chinés par Amah et le bar rétro à souhait, dans lequel on entend musiques et cris d’oiseaux achèvent de nous intriguer. 14h32 précises, celui qui incarne l’esprit de la boutique débarque, en kimono japonais, pantalon H&M et Stan Smith. « M’habiller, c’est m’amuser ! », dit-il en s’asseyant dans l’un des petits fauteuils du salon de thé, où Ike, le serveur, s’active pour parfaire une carte des boissons où le gingembre et le bissap auront une place importante.

Après avoir visité le sous-sol, tout aussi grand et plein de promesses que l’étage où nous sommes assis.e.s, une mise au point s’impose. Salon de thé ? Boutique ? Lieu pour modeux.ses qui veulent être vu.e.s ? C’est quoi exactement le Marché Noir ?

Brunch, style et réseau

Avant d’appartenir au département design et de devenir l’un des associés de la société qui a fondé le Comptoir Général, Amah Ayivi a expérimenté. Organisateur de soirées, de vide-dressing, animateur de La Fabrique de la mode… ce touche-à-tout, né au Togo, d’où il part à 11 ans pour finir de grandir en banlieue parisienne, dans le 77 entre autres, a intégré la team du quai de Jemmapes grâce à son expérience dans la restauration.

Quelques années après, il est styliste, concepteur de projet et l’un des visages connus du Comptoir, associé avec quatre autres personnes dans Walt Agency, l’entreprise qui pilote les projets du lieu situé Quai de Jemmapes.

S’il a toujours aimé la mode, Amah, en autodidacte décomplexé la distingue du style, qui compte bien plus à ses yeux.

Conquérir l(e)a mo(n)de

Elle a bien grandi la friperie sise sur la mezzanine du Comptoir, qu’il avait lancé il y a 5 ans et demi avec Aurélien Laffon, l’entrepreneur de 34 ans à la tête du bar-restaurant-dancing et de près de dix sociétés englobant des activités diverses de restauration, de comm, de voyages.

La voilà relocalisée rue Perrée dans cet espace gigantesque qui fait aussi salon de thé toujours sous le même nom, Le Marché Noir. Jeu de mots pour inscrire à tout prix l’Afrique dans l’ADN du projet ? Amah explique pourquoi c’est ce nom qui a été retenu pour la boutique.

Le concept d’Amah, c’est de vendre des fripes achetées en Afrique, où il va plusieurs fois dans l’année, notamment au Togo où vivent encore ses parents. Or, les vêtements qu’on trouve dans le spacieux magasin sont tout ce qu’il y a de plus occidental, exception faite de quelques  tuniques et autres pièces en tissu traditionnel africain. Et pour cause : les habits glanés viennent d’Europe. Un commerce placé sous le signe d’un juste retour à l’envoyeur.

L’objectif de la sélection du Marché Noir concernant les pièces plus typiques du continent : faire (re)découvrir d’autres étoffes que le wax qui étouffe le marché de la jeune création africaine. Une vision et un discours finalement un peu plus intéressants que la simple image du « Monsieur Style » du Comptoir Général qui lui colle à la peau.

L’un des autres objectifs est clair : devenir une marque tournée sur l’international avec ses propres créations, las de voir les mêmes choses dans tous les magasins. Une collection capsule, diffusée en Suède, qu’Amah Ayivi affectionne particulièrement en matière de mode et au Japon, prochain voyage professionnel sur sa liste, est dans les tuyaux, une ligne de ponchos retravaillés dans des couvertures vintage, disponibles en une soixantaine d’exemplaires, avant de proposer d’autres projets d’envergure, en collaborant avec d’autres designers qui lui font du pied.

Un travail conjoint avec art comes first, des frères de style, fana comme lui de vêtements vintage, au compte Insta qui déborde d’abonné.e.s, est en maturation. Un bureau de style, un poste de retouches prendront leurs quartiers au sous-sol du shop pour finir d’imposer comme un atelier-boutique, plus que comme une simple friperie.

Inaugurations en pagaille en juin

Plus généralement, Le Marché Noir, après le restaurant 84 quai de Jemmapes, est une étape dans l’expansion de Walt Agency, le groupe du Comptoir Général, en cours d’acquisition d’autres lieux dont « un club en plein centre de Paris ». Le nom est déjà trouvé, l’ouverture est espérée début juin.

Une boulimie de projets et d’ouvertures tous azimuts qui ne fait que commencer. Une volonté de conquérir Paris, qui n’est pas sans rappeler celle de La Clique de Lionel Bensemoun et de l’artiste André, -Le Baron, L’Hôtel Amour, Nanashi…- ou encore du collectif Pain O Chokolat, -feu Le Pompon, Pigalle… D’ailleurs, Stéphane Ashpool, créateur de la désormais célèbre marque parisienne a profité comme d’autres pour faire le tour du propriétaire pendant notre interview.

A la fin de l’entretien, ponctué de « je », on n’arrive plus à distinguer la trajectoire d’Amah de celle du Marché Noir, tant il est clair que l’un sert l’autre, que l’un incarne l’autre et vice-versa. Une parole libre, qui marque l’indépendance de l’homme, qui veut imposer la vision de la mode façon Marché Noir, et donc la sienne. RP, styliste, directeur du Marché Noir, organisateur d’événements, Amah Ayivi pourrait jouer la carte du superman, capable d’être partout à la fois. Il rend plutôt hommage à son équipe, principalement masculine, qui le seconde, pour mener à bien tous ces projets.

Des projets personnels, Amah en a quand même, en direction de son pays d’origine notamment, mais pour lesquels il n’exclut pas d’associer ses collègues de Walt Agency.

Le Comptoir Général sous le feu des critiques

Hors les murs, Amah Ayivi et la team de sa boutique continuent donc d’incarner l’image du Comptoir Général, qu’il nie être moins africain de manière ambigüe, lieu qui fascine autant qu’il agace, des voisins que les allées et venues de client.e.s agité.e.s gênent, comme le relatait un article du Pointaux Afrodescendant.e.s, mal à l’aise avec le maniement des symboles coloniaux dont use et abuse l’équipe à leurs yeux. Pour Amah, c’est un malentendu.

Si le doute reste permis quant aux motivations d’une partie de l’équipe aux manettes du Comptoir, Le Marché Noir , donc Amah, reste sur sa mission de valoriser une Afrique qui maîtrise son histoire, son destin ; un trimestriel Marché Noir est en préparation, centré sur les inspirations d’Amah, « avec un regard anthropologique sur la beauté noire, les traditions et techniques oubliées ». Et sur l’Afrique, bien sûr.


AGENDA

28 et 29 mai : Workshop live avec le maître de l’indigo Aboubakar Fofana

2 et 3 juin Exposition sur les liens entre les cultures japonaise et ouest-africaine, à travers le kimono et le boubou

22 ou 23 juin 2016 : Inauguration officielle du Marché Noir pendant la Fashion Week Hommes

Pour tout savoir : marchenoir.co ou Instagram @marchenoir_paris


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s