Afrikanista, La Machine Avalée… : notre sélection du meilleur à ne pas rater au Black Movies Summer !

Black Movies Summer n’est pas seulement LE festival estival du cinéma afro à Paris depuis près de huit ans. C’est aussi le moment de l’année où on peut découvrir des nouveautés car les afrodescendant.e.s de France . L’Afro a sélectionné trois temps forts à ne pas rater.

Pourquoi aller, une fois de plus,  au Black Movies Summer, dont le visuel est aussi beau et alléchant que le programme cette année ? Pour la nouvelle configuration de l’événement, concentré sur tous les week-ends du mois d’août dès le 5 au 88, la friche de la Bellevilloise. Pour le talent des organisatrices, défricheuses dans tous les domaines -ciné, musique, mode…- mais pas que. 

Pour trouver les nouveaux t-shirts en exclusivité d’Afrikanista

On ne vous présente plus Afrikanista alias Aïssé N’Diaye, dont on adore les t-shirts sérigraphiés, destinés aussi bien à être portés qu’à être lus. Pour sa nouvelle collection, elle continue d’articuler la mode et des questionnements identitaires panafricains, elle qui est née en France de parents mauritaniens et a grandi en cité. Cette fois, elle a fait cap sur le Sénégal. Avril 2016, elle découvre Roger Da Silva, photographe béninois installé toute sa vie au Sénégal. Alors qu’on ne parle souvent que de Seydou Keïta ou encore Malick Sidibé, il est aussi l’un des témoins qui a fixé l’histoire urbaine sur argentique. Dans son studio du quartier de Gueule Tapée, Roger Da Silva qui était aussi danseur de claquettes et comédien a aussi bien pris des Dakarois.e.s anonymes ou de la haute société que des figures du show business de l’époque, comme Miles Davis, Louis Armstrong ou encore Juliette Gréco.
Aïssé, passionnée de photographie africaine vintage comme en témoigne une précédente collection, débarque dans la capitale en septembre 2016, déterminée à faire connaître le travail du photographe à travers le sien. La collaboration est lancée avec l’association Xaritufoto – les ami.e.s de la photo en wolof-, créée par le fils de l’artiste, Luc Da Silva ; cette dernière se donne pour mission de promouvoir le patrimoine photographique africain et d’encadrer, d’accompagner les photographes actuels.

 

Une série de quatre t-shirts voient le jour, où la question de la double identité -africaine et française est au coeur de son discours. Avec des noms comme Mariama, référence à la Marianne nationale ou Kissima, qui fait référence aux combattants engagés dans l’armée française, qui sont ensuite rentrés chez eux sans honneurs, ni place dans les livres d’histoire.  Vous pourrez vous procurer uniquement tous les week-ends lors de la Black Movies Summer. S’ils vous plaisent, n’hésitez pas trop : les t-shirts sont en édition limitée 😉

A LIRE AUSSI : Notre portrait d’AÏSSE N’DIAYE , la créatrice derrière AFRIKANISTA, à retrouver ci-dessous en cliquant sur l’image

Afrikanista

Pour voir La Machine avalée, le film de Stéphane Gérard

« Elle avalé, la machine avalé ». Si comme à nous, cette chanson de Dorothée , c’était surtout un pan de votre enfance et un gros malaise, le film de Stéphane Gérard, disponible gratuitement entre le 5 et le 27 août, soit tout au long du festival, rappelle la charge de clichés coloniaux qu’elle charri(ait)e allègrement. « Je suis un peu plus jeune que la génération Dorothée, donc très petit quand elle passait à la télé. Par contre, j’avais des cassettes vidéo de ses clips et concerts et j’adorais ça. Mon souvenir de cette période avec tous les chœurs noirs est en fait plutôt joyeux : c’était une des rares présences noires de mon environnement », nous a-t-il confié par mail.

Dorothée et le mythe du cannibale

Ete 2014, la chanson lui revient en mémoire et déclenche l’envie de faire un film qui s’ouvre par l’énigmatique et entêtante phrase taguée « Même ces deux frères ont aimé le club Dorothée ». 2014 est aussi l’année où Exhibit B mobilise les afrodescendant.e.s ; La Machine avalée questionne les images qu’on donne à voir aux noir.e.s de France,  ce bain culturel, qui de la publicité -Bamboula, Danette, Vahiné…- à l’Art avec un grand A, les montre les plus souvent habitant.e.s de la jungle et prisonnier.e.s de l’imaginaire colonial français. « Le fait de les revoir et de réaliser tout le bagage historique qu’ils amenaient avec eux, c’était violent pour moi aussi », a indiqué Stéphane Gérard. Quinze minutes implacables qui devraient faire réfléchir les publicitaires et autres programmateur.ice.s des institutions culturelles…

Pour faire l’atelier avec NOUMBISSI DESIGN

On avait craqué sur les poupées de Simon Noumbissi, designer d’objets de bien-être inspirants et innovants. Loin d’être des jouets, ses bonnes femmes en coton étaient un mélange du meilleur du Japon et du Ghana. Après avoir proposé des enceintes made in Cameroun, financées par crowdfunding, Simon propose cette fois un atelier d’origami pour ce premier week-end de Black Movies Entertainment. Le thème du 5 au 6 c’est Rois et Reines d’Afrique : let us be !

Vous pouvez aussi (re)voir Les Misérables de Ladj Ly, qui nous avait parlé en exclusivité par , apprendre à piloter un drone (!!) pour vos prochains tournages de clips ou de vidéos de mariages -sait-on jamais- ou écouter le set énergique et forcément trap de la DJ parisienne Andy 4000 qu’on avait interviewée également ici ! Plus d’infos par ici : festivalblackmoviesummer.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s