Portrait – Muthoni Drummer Queen « Pour l’amour de la musique »


La formation musicale suisso-kényane est de passage à Paris pour ses premières performances live en France dans le cadre de la 30ème édition du festival Africolor. Après avoir joué vendredi 16 novembre, Muthoni Drummer Queen partagera son univers entre rock, soul, électro et hip-hop ce samedi 17 novembre aux côtés de Dope Saint Jude à Ris Orangis. Portrait d’un groupe en constante évolution.

Muthoni Drummer Queen, c’est l’histoire d’un trio dont deux producteurs suisses -GR! et Hook- et une chanteuse, rappeuse et percussionniste kényane – Muthoni. Tout a commencé grâce à l’intervention d’un ami en commun, dj Kostega, le genre d’ami qui a du flair. Pourtant, au début, tout ne fut pas si facile … « laborieux » suivi d’un rire, c’est le premier mot qui vient à l’esprit de GR! quand il se souvient du premier rendez-vous Skype avec l’artiste basée à Nairobi et d’ajouter  » et à l’époque, on parlait encore moins anglais qu’aujourd’hui. » Suit une première rencontre physique dans le studio de Hook, à faire écouter des beats à Muthoni, qui réagit en disant si elle aimeou pas ce qu’elle entend.  Mais avec le temps, iels apprenent à mieux se connaître et la passion du hip-hop va les souder : « Fight the power » de Public Enemy en 1989 est une révélation pour GR! , Hook citeWu-Tang et de IAM avec l’album « l’école du micro d’argent » en 1988 comme références. Quant à Muthoni, ce sont les femmes du rap auxquelles elle s’identifie avant tout, plus précisément Missy Elliott pour sa fraîcheur et son originalité et Lauryn Hill pour son talent et son authenticité, même si elle apprécie Lil’ Kim pour son talent et sa beauté « mais son hypersexualisation ne me parle pas spécialement. » Le groupe a fait du chemin : des festivals -notamment Montreux jazz et Les Trans – et un deuxième album « she » sorti cette année.

C’est aussi cet amour de la musique qui les pousse à tenter de proposer des sonorités nouvelles, loin des diktats d’une industrie « où tout le monde cherche à copier tout le monde, où tel rappeur veut un flow à la Migos. »


En ce qui concerne la scène musicale kényane, Muthoni note qu’elle « évolue, grandit, n’a rien avoir avec ce qu’il se faisait il y a dix ans. Elle est très pop mais j’ai le sentiment que l’on essaie de trouver à cette pop son identité locale, on la diffuse de plus en plus à la radio et à la télé. » Elle décide de créer son premier festival, Blankets and Wine il y a dix ans, pour permettre aux artistes faisant autre chose que de la pop et n’ayant donc pas de canaux de diffusion locaux de partager leurs univers avec le public. Le succès est tel qu’il finit par s’exporter en Ouganda et au Rwanda. Il y a trois ans, elle en crée un second, Africa nouveau, un festival multidisciplinaire entre musique, mode, photographie, gastronomie, art en général.

L’album She sorti en mars 2018 est inspiré de figures féminines fortes, empouvoirantes, qui « vivent de vraies choses et qui s’en sortent », que ce soit l’équipe de rugby kényane sur « Squad up », « une femme trans qui affirme son amour et qui s’émancipe des attentes de la société ou comme dans « Suzie Noma », des femmes qui réunissent pour monter une affaire ensemble ou dans « No more » une femme qui quitte son mari violent. » De quoi trouver une vraie caisse de résonance en terme de message, plusieurs mois après le lancement du mouvement #Metoo.

MDQ travaille actuellement sur son prochain projet, un EP ou un album, prévu pour 2019 et se produira également sur la scène des Transmusicales de Rennes la même année.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s