MUSIQUE – Dadju, Roga Roga, Serge Beynaud … la playlist qui enjaille la Côte d’Ivoire par Dj BDK (Trace)

ENJAILLEMENT – Dj et même Vj de Trace Côte d’Ivoire, il fait partie de celleux qui ambiancent dans les boîtes de nuit abidjanaises, faisant naviguer le public entre nostalgie avec des classiques et fraîcheur avec les derniers tubes allant du zouglou, au coupé-décalé en passant par du rap et du r&b. Il a accepté de nous concocter une sélection des morceaux qui font vibrer la Côte d’Ivoire actuellement.
Il a commencé à mixer en 2004 en direct de sa chambre pour se faire la main. Jusqu’à ce qu’une radio locale commerciale de l’époque à l’audience non négligeable lui réserve une tranche horaire et hebdomadaire le samedi après-midi. Aujourd’hui, il est une référence des nuits abidjanaises. A l’écoute de ce qui parle musicalement et sur les pistes de danse aux Ivoirien.ne.s en ce moment, en voici un échantillon.

Safarel Obiang – « Grattanhou »

Dadju – « Ma fuzzy style »

StarBoy feat Wizkid, Ceeza Milli, Spotless, Terri – « Soco »

Kerozen feat Serge Beynaud – « ça dépend de toi »

Olamide – « Science Student »

Shado Chris, Locko – « Kitadi »

Roga Roga – « 242 »

Serge Beynaud – « Babatchai »

Singuila – « Faut pas me toucher »

(Crédits photo = Adriel BOKA)

Publicités

INTERVIEW – Pour Dadi, photographe ivoirien derrière les « Nuits Balnéaires », c’est Abidjan forever

EXCLU – Il est l’un des photographes le plus en vue de la jeune génération ivoirienne. Dadi, du surnom que lui a donné sa mère -il porte le nom de son grand-père maternel- 23 ans, est autodidacte et s’est fait un nom sur la toile et à l’international grâce à sa série « Nuits Balnéaires » à découvrir sur Instagram. Le projet, auquel il a pensé en 2016, immortalise l’atmosphère si particulière et intense de la côte ouest africaine alors que la nuit s’installe. L’Afro l’a rencontré pour une interview après le coucher du soleil en plein Abidjan en février dernier. De sa vision du business en tant qu’artiste, à sa passion pour la musique, en passant par son anxiété sociale et son amour profond pour son pays natal, Dadi se raconte.
Libaya+Light18
Source photo : http://www.nuitsbalneaires.com

Débuts en photographie

A la base, j’avais une sensibilité plus musicale -d’ailleurs, j’ai toujours plus de références musicales que photographiques à ce jour. Au début, la photographie, c’était un effet de mode. Je regardais beaucoup les travaux de certain.e.s : Nadège Cakpo, Rash NS, Olivier Konan … D’ailleurs, à part Olivier, iels ont tou.te.s arrêté la photo. Au final, iels m’ont permis de savoir ce qu’on pouvait faire avec un appareil. J’ai voulu étudier la photographie à l’étranger mais mes parents ne voulaient pas que je choisisse cette voie. J’ai donc décidé de m’y mettre tout seul en restant à Abidjan.

Ces deux dernières années, j’ai beaucoup travaillé dans le milieu de la mode, avec African Hippie, nouvelle marque montée par une américaine d’origine libérienne en 2017, avec Libaya, créée par une Hollandaise qui est basée au Ghana, avec la Lagos Fashion Week, avec Orange Future. Localement avec Loza Maléombho, Elie Kuame, Yhebe design, toujours basée à Abidjan et pense la femme abidjanaise avec une telle poésie, une telle beauté.

Aujourd’hui, mon public comprend des jeunes qui bossent en agence de communication, qui font également de la photo à côté, qui tiennent des blogs … Il y a également pas mal d’amateurs d’art et des petits collectionneurs qui ont acquis quelques-unes de mes œuvres. Les acheteurs sont tous des locaux et ça me fait vraiment plaisir ! Parmi eux, le duo d’architectes Koffi & Diabaté mais également un ministre.

La naissance du projet « Nuits Balnéaires »

« J’ai du mal à intégrer le découpage colonial ou post-colonial de la région et je crois bien que je n’y arriverai jamais! »

COMPRESS4
Source photo : http://www.nuitsbalneaires.com

L’idée m’est venu il y a environ deux ans, de façon spontanée, un peu comme une révélation, une nuit, vers deux ou trois heures du matin. Je me suis levé et me suis mis à écrire. J’ai même changé le pseudo de mon compte Instagram pour le rebaptiser du nom de ce projet.

« Nuits Balnéaires », c’est une vibe, une atmosphère que j’appelle « costal » en référence à la côte du golfe de Guinée, en passant par São Tomé-et-Principe, Gorée au Sénégal, bien sûr Abidjan mais aussi d’autres villes ivoiriennes comme Bassam ou Assinie. Je ressens quelque chose qui est à la fois très fort, très lourd et très beau. Ça s’illustre par les couchers de soleil, les cocotiers, les plages, la nuit abidjanaise, le lifestyle, l’esthétique, la nature, les klaxons, la fumée, la chaleur, la poésie, la musique, le vol des chauves-souris … ça englobe tout ça. C’est une atmosphère qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. C’est le monde dans lequel je vis dans ma tête. Dans le nom « nuits balnéaires », il y a un moment mais aussi un endroit : la mer. Cette ambiance m’a toujours fasciné.

Si le projet englobe également le Ghana, le Sénégal, c’est parce que j’ai du mal à intégrer le découpage colonial ou post-colonial de la région et je crois bien que je n’y arriverai jamais (rires)! Il y a eu une histoire avant les comptoirs d’où les esclaves étaient envoyé.e.s vers l’Occident, il y a eu des mouvements, une vie ici avant. La Côte d’Ivoire est finalement un mix de tout ça. D’ailleurs, quand on remonte aux origines plus lointaines de mes parents, on découvre que la famille de ma mère vient du Mali et celle de mon père du Ghana. Et quand on cherche encore plus en profondeur, on découvre qu’iels viennent d’encore plus loin.

Cette fascination remonte à mon enfance, quand je voyageais avec mon père, journaliste, sur le littoral ivoirien, en voiture, à écouter du High Life ou de la musique classique et qu’on captait la plupart du temps le coucher du soleil en rentrant. Ce sont peut-être mes plus beaux souvenirs, des moments magiques. Je me sentais toujours bien dans ces moments-là. Pour résumer, « Nuits Balnéaires », c’est un voyage sans fin.

Abidjan sinon rien

La plupart des jeunes ici, peu importe leur domaine, ne pensent qu’à une chose : partir en Europe ou en Amérique. Moi, je n’ai jamais idéalisé ces endroits. J’ai toujours été fasciné par la Côte d’Ivoire et je pense que ça se ressent dans mon travail. Ce pays est formidable, a un potentiel formidable, au-delà du tourisme et de la beauté, ce ne sont pas les opportunités qui manquent. Pour la plupart des gens, il faut forcément aller à l’étranger, arriver à un certain niveau de vie avant de revenir. Quand je regarde autour de moi, j’ai l’impression que les gens attendent le paradis et que ce paradis, c’est l’Occident. Il était important pour moi de me prouver qu’il était possible de se réaliser ici et même recevoir des commandes d’autres pays en restant à Abidjan et c’est quelque chose que j’ai réussi à accomplir. Aujourd’hui, je souhaite voyager un peu plus ! Mais même cette envie a pour finalité de me permettre de continuer à vivre dans cette ville car je ne me vois pas vivre ailleurs ! On a tout ici et je pense que cela m’a permis de développer une certaine esthétique qui est à la fois universelle dans le langage tout en ayant une coloration qui m’est propre et nourrie par mon environnement.

Photographie et business

Je suis un cas (rires)! J’arrive à en vivre correctement et d’après ce que j’entends en ce qui concerne les gens dans mon milieu, ou issus de métiers créatifs en général, même celleux qui ont commencé avant moi, c’est loin d’être le cas de tout le monde. Le management m’a beaucoup aidé. Il faudrait que les gens aient plus de notion dans ce domaine pour savoir gérer leur business.

Au final, j’essaie de vendre ce que je fais comme je le perçois et je perçois mon travail comme quelque chose qui a de la valeur. Il ne faut pas vendre son produit au rabais mais comme de l’or. C’est-à-dire produire de la qualité et penser au côté business.

Le fait de travailler dans la mode et de m’y être spécialisé m’a permis de me créer une image de marque et j’essaie de faire ressortir ça aussi dans mes productions artistiques.

Or, il faut à la fois produire de la qualité et avoir un marketing qui suit. Si l’un des deux ingrédients manquent, ça ne prend pas. De mon point de vue, c’est quelque chose qui manque chez la plupart des gens en Côte d’Ivoire.

De l’importance de la musique

J’ai grandi dans un environnement où j’avais un minimum accès à du contenu artistique. Mon père est un grand passionné de musique et d’art. Mon oncle Noël Ebony était journaliste et écrivait des poèmes.

J’écris aussi des poèmes et je viens tout juste de me mettre à la peinture. Mais c’est avant tout la musique qui plante mon décor, j’en consomme beaucoup. Ça me met dans un état d’esprit que je traduis beaucoup en images. J’écoute un peu de tout dont beaucoup de musique ivoirienne : NST Cophie’s, R.A.S et Meiway trois fois ! De la musique française comme Vanessa Paradis, Christine & the Queens , j’écoute aussi pas mal de sons underground comme Soko, Panama, du jazz aussi comme Alice Coltrane ou Nina Simone. J’écoute aussi de la musique camerounaise, congolaise et européenne en général.

La musique est un langage, et comme pour tout langage, il faut en comprendre les bases, c’est-à-dire les mots. Une fois qu’on a cette base, cela donne accès à une ouverture. Je trouve que quand on a cette sensibilité, c’est une bénédiction que tout le monde ne peut pas atteindre. J’écoute de tout. Pour mes anniversaires, je demandais à mon père de m’offrir des K7 comme des albums de Yodé et Siro.

Deux titres qui me rappellent mon enfance, par exemple : « Gbazanan » de Boni Gnahoré , une chanson qui nous a marqué ici et « Death society » de Meiway qui me donne encore la chair de poule aujourd’hui !

La musique qui résume le mieux les « Nuits Balnéaires », c’est la High Life des années 60.

Le son qui représente Abidjan pour moi, c’est « Héros National » de Douk Saga, sorti après de grands troubles politiques. Il s’agit de la période à partir de laquelle ma culture abidjanaise a réellement commencé à se construire avec le coupé-décalé entre autre. C’est un point de départ de l’Abidjan actuel. Tout est parti de là ; le farot, le boucan, le m’as-tu vu, les soirées où tu dois faire des 50 bouteilles … Ici, ce qui compte le plus, c’est le personnage et le message car Douk Saga parlait beaucoup. Sur le plan musical, c’était nouveau par rapport à tout ce qu’on avait entendu sur la planète auparavant.

Je suis aussi un grand fan de zouglou, musique de la commune de Yopougon, la plus grande d’Abidjan. Elle est un peu snobée et on lui préfère souvent le coupé-décalé. J’écoute pas mal en ce moment le groupe Revolution, Dj Kerozen, Serge Baynaud, Bebi Philipp.

« Les heures narcissiques », un projet vidéo sur la confiance en soi

« Mon plus gros challenge, c’est la confiance en moi et en mon travail, des choses qui m’ont beaucoup manqué et que j’exorcise avec ce projet vidéo. »

C’est une vidéo, un court métrage, dont j’ai dévoilé un teaser début mai sur Instagram.

Le projet parle de la confiance en soi que je traite d’une façon très personnelle. J’ai toujours eu du mal à m’exprimer, j’ai dû apprendre à le faire. Pendant plusieurs années, je ne sortais pas, je m’isolais. J’avais le choix entre rester dans mon coin et laisser mon art dormir dans ma chambre ou en sortir et tenter de parler, toucher plus de gens qu’à travers les réseaux sociaux.

J’ai peur des relations avec les êtres humains suite à des choses que j’ai vécu mais je n’ai que de l’amour pour eux.

Je sens que je passe à une autre étape de ma vie. Mon plus gros challenge, c’est la confiance en moi et en mon travail, des choses qui m’ont beaucoup manqué et que j’exorcise avec ce projet vidéo. J’ai encore du mal à m’habiller comme j’en ai envie- pourtant je ne suis pas particulièrement excentrique- à cause du regard des gens. La société ivoirienne, -la famille notamment- est très sur toi.

La photographe Joana Choumali a eu un vrai impact sur la direction que je prends actuellement. Elle m’a incité à sortir plus, à montrer davantage ma fragilité, à l’assumer, à la traduire dans mon art. Elle m’a dit qu’une fois que j’aurai réussi à accepter à la fois mes défauts et mes qualités, je pourrai enfin m’épanouir aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Elle trouvait que jusque là, j’étais trop dans la retenue. Donc, je veux prendre mon temps sur ce travail et le faire bien.

Un ami nigérian m’a aussi poussé à sortir de ma coquille. Il m’a aussi appris l’anglais. Il m’a beaucoup épaulé, m’a aidé à sortir de ma dépression. Il est décédé il y a un an après avoir accompli sa mission.

L’anxiété sociale et la confiance en soi, peuvent être de réelles souffrances. Je me dis que je ne suis pas seul, qu’il y a des personnes qui ont réussi à les dompter ou à bien les camoufler.

En parler en France, ou ailleurs, ce n’est peut-être pas nouveau mais évoquer le fait de  se sentir mal à l’aise en société, ce n’est pas habituel en Côte d’Ivoire.

Ce qui compte véritablement pour moi, c’est qu’à terme, mon art puisse devenir une thérapie pour les gens, qu’il leur fasse du bien.

Les projets à suivre

Je me suis occupé de la direction créative en faisant des repérages à Abidjan pour deux clips de l’artiste allemand Bonaparte -dont le premier sera dévoilé courant juin. J’ai également réalisé un projet de portraits avec l’artiste hollandais Thomas Azier. Tous les deux ont enregistré en partie leurs albums respectifs dans cette ville.

Vous pouvez retrouver Dadi sur Instagram (@nuits_balneaires)

(Crédits photo : Fatima K.)

INTERVIEW – La journaliste Claire Diao, promotrice de cinémas africains et indépendants, se raconte en films

ENTRETIEN- Vous l’avez peut-être vu dans l’émission Le Cercle sur Canal + ou sur TV5 Monde dans le Journal Afrique avec sa chronique cinéma. Vous l’aurez compris, Claire Diao est une journaliste cinéphile. Elle lance d’ailleurs ce vendredi soir à 20h au Ciné 104 de Pantin le coup d’envoi de la saison 5 de Quartiers Lointains, le cycle de courts métrages entre l’hémisphère nord et le sud qui revient cette fois avec quatre productions françaises. Cette cinquième édition, qui a pour thème « l’image de soi », est parrainé par le comédien et réalisateur Lucien Jean Baptiste. L’Afro, partenaire de l’événement, a proposé à la journaliste de se plier à l’intense exercice des humeurs cinématographiques.

Elle se souvient encore de son tout premier article, en 2002, paru dans la revue du Festival du court-métrage de Villeurbanne. Sept ans plus tard, Claire Diao se lance pleinement dans le journalisme et écrit pour Courrier International, le Bondy Blog ou encore So Film. Mais la franco-burkinabè a d’autres ambitions : contribuer à une meilleure diffusion des cinémas africains et français moins privilégiés. C’est ainsi que naît Quartiers Lointains en 2013 ; une sélection de courts métrages où, d’une année à l’autre, sont présentés tantôt des productions africaines tantôt des films français, tous bien différents mais réunis autour d’un thème. Cette année, il s’agit de quatre réalisations françaises mettant en scène l’ « image de soi », avec notamment Le bleu blanc rouge de mes cheveux de Josza Anjembe.

Quartiers Lointains saison 5

Mais Claire Diao, ne s’arrête pas là puisqu’en 2015, elle co-fonde Awotele, revue de critiques de cinéma panafricain, dont le quatrième numéro a été financé par une campagne de crowdfunding. L’année suivante, elle monte Sudu Connexion, société de distribution de films d’Afrique & Diaspora. Elle publie ensuite en 2017 son premier livre Double Vague, la nouvelle vague du cinéma français où elle parle de cette génération de cinéastes français.e.s aux doubles cultures, ayant grandi en province, en banlieue ou dans des quartiers populaires, loin du monde bourgeois et parisien du septième art en hexagone.

Les humeurs cinématographiques de Claire Diao se trouvent à la croisée de tous ces univers, éclectiques.

Le film qui t’a fait tomber amoureuse du cinéma et donner envie de t’y dédier

J’ai toujours aimé le cinéma donc je ne pense pas qu’il y ait un film plus qu’un autre qui m’ait fait tomber « en amour ». Le cinéma a toujours été un échappatoire pour vivre d’autres vies, découvrir d’autres mondes, ressentir des émotions… En revanche, je me souviens précisément que c’est en 2005, à l’occasion d’une projection du film Le pianiste de Roman Polanski au Centre Culturel Français Georges Méliès de Ouagadougou devant 400 lycéens burkinabè, que j’ai eu la révélation de vouloir transmettre le cinéma.

Le film que tu ne te lasses pas de regarder

Étonnamment, je n’aime pas regarder mille fois un film car j’ai souvent mille films à regarder ! Certainement les films de Quartiers Lointains que j’accompagne durant une année ? J’ai beau les voir et les revoir, je découvre toujours une nouvelle séquence, une nouvelle tirade, un nouveau plan qui m’avait échappé.

Le film qui te bouleverse

Récemment, le documentaire Maman Colonelle de Dieudo Hamadi. Pour la ténacité de cette femme gendarme qui tente de réhabiliter des femmes violées, élève plusieurs enfants adoptés, affronte les critiques de la population et fait bouger les lignes d’une République Démocratique du Congo déchirée depuis tant d’années.

Le film qui t’a appris des choses

J’apprends tout le temps et énormément à travers le cinéma. Mais s’il ne faut en citer qu’un, ce serait sans hésiter La bataille d’Alger de Gillo Pontecorvo, l’une des plus belles reconstitutions cinématographiques sur la guerre d’Algérie, la colonisation française et la révolte d’un peuple en quête d’indépendance.

Le film que tu es particulièrement fière d’avoir fait découvrir au public

Vers la tendresse d’Alice Diop, dans la 3e saison de Quartiers Lointains. Un documentaire d’utilité publique qui met des mots sur des maux que beaucoup de gens connaissent mais dont très peu parlent. Son César a été un immense plaisir car il a permis de révéler un travail d’orfèvre qu’elle mène depuis des années.

LE film classique

La Noire de... de Sembène Ousmane. Pour son propos politique, son approche esthétique et parce qu’il offre un premier grand rôle à une actrice sénégalaise, Thérèse M’Bissine Diop, qui n’a même pas été payée. Voir et revoir ce film, c’est se rappeler qu’il était possible, dans les années 60, de s’élever contre l’ancien colonisateur avec ses armes culturelles et d’être respecté des deux côtés de la Méditerranée.

Le film qui te fait rire

Pee-Wee Big Adventure de Tim Burton, un régal d’humour décalé et de situations rocambolesques (spéciale dédicace à mon beau-frère qui le déteste 😉 ! )

Le film que tu ne peux pas/plus voir

Requiem for a dream de Darren Arronofsky qui a pendant longtemps été mon film préféré. Il m’a tellement secouée que je n’ai pas besoin de le revoir. C’était la première fois, en sortant d’une salle, que je ressentais le besoin de me mettre au soleil pour revenir à la réalité. Il m’a littéralement hantée.

Le film qui symbolise le mieux le Burkina Faso

Buud Yam de Gaston Kaboré, une épopée à travers la variété des paysages burkinabè et la pluralité des peuples qui l’habitent. C’est le deuxième volet d’un diptyque (Wend Kuuni en 1983 puis Buud Yam en 1997) tourné avec les mêmes acteurs. Un grand film qui m’a révélé en images la beauté d’un pays que mon père m’a transmis par les mots.

Le film qui symbolise le mieux la France

Les 400 coups de François Truffaut. Parce qu’il nous parle de la France de la débrouille, celle d’un autre temps, en noir et blanc, où Antoine Doisnel parle comme un adulte, fait l’école buissonnière et se débrouille sans ses parents. Les vieux films français ont souvent été pour moi un moyen d’imaginer la France de mes grands-parents.

Ton dernier coup de coeur

Get Out de Jordan Peele m’a tout à la fois effrayée, amusée, épatée. Beaucoup de sentiments à la fois. J’étais scotchée.

(Crédits photo : Yoann Corthésy/FIFF)

INTERVIEW – Ayana V. Jackson, photographe : « Je dois défendre mon travail mais aussi mon corps »

ENTRETIEN – Ayana Velissia Jackson séduit le monde avec ses oeuvres singulières. L’artiste américaine et ses autoportraits, dans lesquels elle se glisse dans le corps de femmes noires, illustres ou inconnues, de toutes les époques, sont de retour à Paris.

Nous avions rencontré Ayana V. Jackson en mars 2017 à l’occasion de la foire Art Paris Art Fair où elle a exposé. Sa série « Intimate justice in the stolen moment » est à découvrir à la galerie Baudoin Lebon dès ce vendredi 16 février et ce jusqu’au 7 avril 2018. Elle a étudié la sociologie et s’intéresse de près à l’histoire et à la représentation des corps noirs en se mettant elle-même en scène dans ses propres oeuvres. De ses débuts en tant que photographe, sa vie entre New York, Paris et Johannesburg, les défis liés au fait d’utiliser son corps dans son travail, à ses inspirations … On a pu poser quelques questions à cette artiste à l’oeuvre déjà foisonnante.

Comment avez-vous débuté dans la photographie ?

Mon père était un grand amateur de photographie. C’est une activité qu’on pratiquait régulièrement ensemble. J’ai fini par prendre des cours à l’université.

Quels ont été les premiers sujets de votre travail ?

Je me suis d’abord intéressée aux artistes Hiplife à Accra, aux musiciens du festival Afropunk à New York – j’ai travaillé en freelance pour des magazines lifestyle quand j’avais la petite vingtaine. Puis, j’ai travaillé sur « African by legacy, Mexican by birth » -Africain par héritage, Mexicain de naissance, ndlr-, un projet collaboratif avec Marco Villalobos. Cette série a conduit à une étude plus approfondie des populations afrodescendantes en Amérique latine. Sans oublier les conduct.eur.rice.s de matatu -taxis partagés- au Kenya, les artistes, activistes, intellectuel.le.s et étudiant.e.s en Afrique du sud après 1994, les artistes hip hop et graffeurs à Paris et j’en passe.
Ce qui est certain, c’est que je me focalisais sur les Africain.e.s et afrodescendant.e.s, en faisant bien attention à représenter le corps noir de façon dynamique et globale, pour rompre avec les récits qui associent ces personnes à un fort taux de mortalité, aux maladies, à la violence, à des victimes, ce que j’ai beaucoup entendu durant ma formation.

« Je ne suis ni latina, ni africaine, mais je sais ce que c’est que d’être noire »

demons_black_editbodies
« Demons/Devotees I » par Ayana V. Jackson de la série « Archival Impulse » / Galerie Baudoin Lebon

Selon vous, ces travaux, qui vous ont permis de travailler à la fois sur le continent africain et auprès de la diaspora en Amérique latine et en France, ont-ils ouvert un autre type de discussion entre les résidents du continent et les afrodescendant.e.s ?

Absolument. A l’époque, je cherchais à élargir mon champ. En tant qu’américaine noire ayant grandi aux Etats-Unis, j’avais conscience des limites de nos médias et de notre éducation. J’ai longtemps connu mon père musicien , avant qu’il ne devienne avocat. Son groupe jouait de la musique du Ghana et d’Afrique de l’ouest en général, mais aussi du Brésil, et d’autres styles comme du jazz, du hip-hop, mais il les connectait entre elles comme des musiques issues de la diaspora. Très vite, j’ai su que l’histoire des Américain.e.s noir.e.s n’était qu’une partie de l’Histoire. Quand j’en ai appris davantage sur les communautés noires vivant dans d’autres régions des Amériques, comme le Mexique, le Venezuela, le Nicaragua et que j’ai rapporté les photos que j’y avais prises, ça a choqué du monde ! Ces personnes-là ne se rendaient pas compte que la traite des esclaves avaient été aussi étendue. De même pour le hip-hop au Ghana, les gens ne réalisaient pas que la voix de l’Amérique noire, à travers cette culture, avait porté si loin.

Ces personnes qui étaient si choquées, était-elles blanches ? Noires ? Les deux ?

Les deux. Par exemple, quand j’ai exposé à la Banque Mondiale, un des cadres blancs m’a dit : « Waouh ! J’ai travaillé dans cette région pendant 20 ans et je ne savais pas qu’on faisait du hip hop là-bas ! » En parallèle, les concierges ghanéen.ne.s qui faisaient le ménage pendant que j’accrochais mes photos étaient impressionné.e.s et très conten.t.e.s de voir Lord Kenya et Obrafour, des artistes Hiplife, affichés sur les murs. Iels voulaient savoir comment je les avais connu.

Je pense que cela a pu permettre d’ouvrir les esprits à la fois des noir.e.s et des non-noir.e.s. La plupart se demandaient « mais comment se fait-il que je ne savais pas ça ? »

Pourquoi, selon vous, ne savait-iels pas ces choses-là ?

On se contente de ce qu’on nous a dit… sans remettre cela en question. Que ce soit ce qu’on nous a appris à l’école, ou les informations dont les médias nous bombardent à longueur de journée. Il faut dire que tout le monde n’a pas le privilège de voyager. Alors on croit ce qu’on voit, lit et entend. Et si ces autres récits ne sortent pas -ou qu’on ne va pas pour les chercher- , on ne peut pas faire grand-chose. C’est ce que j’essaie de faire en partie avec mon travail : encourager une réflexion critique plutôt que de la passivité.

Suite à des expériences vécues au sein de ma famille, je savais qu’être noir.e était bien plus que ce qu’on m’avait montré. J’ai eu la chance d’avoir des ressources qui me permettent de voyager et de le voir.

Quand avez-vous voyagé pour la première fois ?

Je ne m’en souviens pas, ma mère était hôtesse de l’air. J’ai voyagé toute ma vie.

Mon premier voyage sans ma famille, c’était à 12 ans en Espagne avec ma classe. Plus tard, j’ai étudié à la fac en République dominicaine et en Argentine. En ce qui concerne ma première fois en Afrique, j’avais 24 ans.

J’ai toujours été habituée à vivre entre deux endroits. Mes parents étant divorcés alors que j’étais enfant, je vivais entre deux villes.

Ayana V Jackson 1
Ayana V. Jackson devant ses oeuvres « Lucy » et « Anarcha » de la série « Intimate Justice in the stolen moment » à Art Paris Art Fair (mars 2017)

Vous vivez actuellement entre New York, Johannesburg et vous venez souvent à Paris. Le fait de se trouver régulièrement entre 3 continents aide-t-il à nourrir votre travail ?

Absolument. Je rencontre tout le temps de nouvelles personnes avec qui je partage des expériences, des idées. Montrer mon travail dans des contextes différents m’aide aussi dans mon rapport à mon travail.

Quand on s’est rencontré au Art Paris Art Fair en mars 2017, vous m’aviez dit que votre regard en tant qu’américaine regardant des Africain.e.s avaient été questionné par un ami blanc. Pouvez-vous expliquer ce qu’il a dit et comment vous avez réagi ?

C’était quelques années avant que je n’utilise mon corps dans mes oeuvres. J’étudiais à Berlin quand mon « regard d’américaine » a été remis en question. Je travaillais donc sur le Mexique et le Ghana. Il m’a interrogé sur le fait que je ne photographie que des africain.e.s et afrodescendant.e.s et m’a demandé, pourquoi est-ce que je pouvais le faire alors que je n’étais ni originaire d’Amérique du sud ni africaine -je suis donc une personne extérieure, tout comme lui, en tant qu’homme blanc- sans que cela ne soulève de question. Je me suis défendue en lui expliquant que l’une des choses que je partage avec toutes ces personnes est l’expérience de vivre dans un corps noir. Je reconnais que je ne suis pas une personne de l’intérieur mais j’ai une autre relation avec les femmes et hommes afrodescendant.e.s que lui n’a pas. Je trouve que c’est une question intéressante. C’est quelque chose qui m’habite encore à chaque fois que je prépare un nouveau projet; je me demande pourquoi je suis si sensible à la façon dont je représente le corps noir, pourquoi je choisis de photographier les afrodescendant.e.s d’une certaine manière, ce que j’essaie de faire.

AyanaVJackson_tignon
« Tignon » par Ayana V. Jackson de la série « Intimate justice in the stolen moment » / Galerie Baudoin Lebon

A quel moment avez-vous débuté les autoportraits ?

Mes premiers autoportraits, ou plutôt performances-car je ne me représente pas moi-même mais je me glisse dans la peau d’autres personnes- remontent à 2009 avec la série « Leapfrog (a bit of the other) Grand Matron Army » [Saute-Mouton (un peu de l’autre) L’Armée de la Grande Matrone], que j’ai commencé après avoir obtenu une résidence à Paris. Pour la première fois de ma vie, je me retrouvais dans un atelier à proprement parler et j’ai dû réfléchir à la manière dont je devais l’exploiter.

À de nombreuses reprises, dans des cercles élitistes, blancs, riches, j’ai été considérée comme un objet d’étude anthropologique ou comme une bizarrerie et j’en ai eu assez. Dans ces moments-là, j’aurais aimé pouvoir me multiplier et devenir toutes les femmes actives que je connaissais, pour les présenter à ces gens afin qu’ils sachent que les noir.e.s complexes, éduqué.e.s, et ayant voyagé existent… On pourrait alors parler de la pluie, du beau temps ou, que Dieu nous en garde, de l’art, comme des gens normaux.

La série « Leapfrog » est le résultat de cette envie de pouvoir me multiplier, alors, c’est ce que j’ai fait.

Qu’est-ce qui est le plus compliqué dans le fait de se mettre en scène dans ses propres oeuvres ?

Le plus compliqué est non seulement de défendre mon travail, mes choix, mes recherches, mes compétences mais aussi mon apparence physique et toutes les questions relatives à mon corps. On m’a par exemple posé des questions sur ma « beauté ». Comment dans « Archival impulse » (ndlr : série qui utilise des archives photographiques datant de l’expansion coloniale en Afrique et dans les Amériques entre le 19ème et le 20ème siècle) et « Poverty pornography » (ndlr : série autour de la représentation de la pauvreté dans les pays dits du sud et les clichés racistes), j’évoque des histoires très douloureuses, problématiques et peut-être aussi bien laides. Mais tout cela, selon ces personnes, en mettant en avant un beau corps ou un beau visage. Tout cela semble incompatible pour certain.e.s.

C’est fatigant d’être encore confrontée à cela car les questions que je pose dans mon travail repose sur bien plus qu’un corps. Cela est révélateur de leur relation à mon corps et aux corps qu’il représente quand je me mets en scène. Je suis retenue en arrière par ces traumas sur lesquels j’essaie de travailler. Dans ces moments-là, je suis bouleversée.

death
« Death » par Ayana V. Jackson de la série « Poverty pornography » / Galerie Baudoin Lebon

Dans quels pays africains avez-vous exposé votre travail ? Comment le public l’a-t-il reçu ?

J’ai exposé en Afrique du sud, au Nigeria, au Sénégal, au Mali. A chaque fois, mon travail a été bien reçu.

En Afrique du sud, cela dit, c’était comparable aux Etats-Unis ; les gens ont plutôt apprécié « Archival impulse » et « Poverty Pornography », mais en même temps, ils étaient troublés et préféraient ne pas « se souvenir ».

Il n’y a qu’au Nigeria que mon travail a été perçu d’une façon totalement différente. C’était surprenant. Iels ne s’identifiaient pas à travers ces traumas et voyaient donc autre chose.

Quel.le.s artistes vous inspirent ?

Carrie Mae Weems, Rembrandt, Claude Cahun, Vermeer, Lorna Simpson, Ike Ude, Gilbert et George.

Vous pouvez retrouver le travail d’Ayana V Jackson sur Instagram https://www.instagram.com/ayanavjackson/
son site internet : https://www.ayanavjackson.com/

[SPOILERS ALERT] #ACHAUD Le film « Black Panther » est-il aussi flamboyant qu’annoncé ?

SPOILERS ALERT – Depuis des mois, on en a vu des bandes-annonces et des images de ce Black Panther, mettant en scène le premier super héros noir issu de la famille Marvel. Le temps de bien apercevoir le casting canon, composé notamment de Lupita Nyong’o –12 years a slave, Star Wars-, Chadwick Boseman –Get on Up…-, Angela Bassett –What’s love got to do with it ?, Exhale, etc- ou encore Michael B. Jordan –Fruitvale Station, Creed…- les décors et des costumes à couper le souffle, une histoire qui se déroule entre l’Amérique et l’Afrique en rendant hommage à ce continent, avec ingénuosité. On a vu le film et on vous dit -dans les grandes lignes- ce qu’on en a pensé.
Black Panther, c’est l’histoire du premier super-héros noir chez Marvel, T’Challa, qui, après la mort de son père devient roi du Wakanda, un pays pacifiste et riche, situé en Afrique. Ce dernier possède des technologies uniques au monde et des ressources rares. Parmi lesquelles, le vibranium, extrêmement convoité -toute ressemblance avec des faits réels sera fortuite 😉 -. Le jeune monarque se retrouve face à une tâche délicate : protéger son peuple d’ennemis cupides.
chadwick Boseman BLACK PANTHER.jpg
T’Challa joué par Chadwick Boseman / The Walt Disney Company France

 

 

 

Un vrai divertissement
Loin d’être des inconditionnelles des histoires de super-héros -les ressorts dans les histoires en général étant souvent les mêmes finissent par nous ennuyer-, on a été diverties du début jusqu’à la fin. Le film est très bien rythmé , le jeu de l’ensemble des act.eur.rice.s est expressif. On est passé par toutes les émotions… Bref, on s’est laissé transporter. Sans oublier l’esthétique au top ; des effets spéciaux, aux costumes, en passant par les décors et la flamboyance du casting afrodescendant – venu des quatre coins de l’Europe et des Etats-Unis, saurez-vous d’ailleurs reconnaître Isaach de Bankolé ?-… Ca fait du bien ! Même si les superhéro.ine.s, ce n’est pas votre truc, vous allez obligatoirement être pris.e.s au piège.
De l’importance des femmes
Danai Gurira Lupita Nyong'o Florence Kasumba.jpg
Danai Gurira, Lupita Nyong’o, Florence Kasumba -Walt Disney / Marvel

 

 

Que ce soit Nakia -interprétée par Lupita Nyong’o-, Okoye -jouée par Danai Gurira- ou Shuri -personnage dans lequel s’est glissée Letitia Wright-, les personnages féminins sont bien écrits et développés. Les femmes sont des personnages-clés : elles apportent les solutions. C’est par exemple Nakia qui a le -bon- réflexe de taper à la bonne porte lorsque son amour T’Challa est laissé pour mort au cours d’un duel avec son cousin américain. C’est Okoye, meilleure guerrière du pays au service du roi, qui poussera son mari W’kabi -interprété par Daniel Kaluuya- à l’âme vengeresse à rendre les armes ou encore Shuri la soeur du monarque qui permettra, grâce à ses innovations technologiques, de sauver des vies et le royaume en question. Tout cela en étant cool, stylées, déterminées, touchantes et sacrément efficaces.
Letitia Wright BLACK PANTHER.jpg
Letitia Wright joue Shuri / Marvel Studios 2018

 

 

Accents et sons afro
On a un peu tiqué en entendant une petite partie de la bande-son, mélange de tam tam et de voix un rien cliché. On a dû s’habituer aux accents « wakandais  » des comédien.ne.s américain.e.s. Pourquoi ne pas avoir laissé le cast parler avec leur accent habituel plutôt que de forcer le trait ? Le cinéma est un monde d’imaginaire et le décor est bien planté – dans un pays africain, c’est assez clair-, on aurait donc pu comprendre de toutes les façons, non ?
Diaspora
chadwick Boseman Michael B Jordan BLACK PANTHER.jpg
T’challa (de dos) affrontera bientôt Erik Killmonger / Marvel Studios 2018

 

 

La dualité entre T’Challa, enfant du pays, héritier logique du trône, et Erik Killmonger, joué par Michael B. Jordan, le cousin américain privé de son père durant son enfance par son oncle et abandonné, cristallise une vision : celle des rapports, complexes, que l’on peut entretenir avec un endroit où nos ascendant.e.s sont né.e.s. Le différend des deux personnages -outre le fait de pointer que l’ennemi vient souvent de l’intérieur- repose sur les sentiments de celui qui a connu, est né, a grandi, a quitté, est revenu sur la terre où sont nés ces parents -T’Challa- et de celui qui ne la connait pas, l’a fantasmé et rêve de la conquérir -Erik-. Le premier a la mission de ne pas galvauder ses traditions tout en accueillant l’autre alors qu’accepter cette identité hybride est un combat difficile pour le deuxième semble nous dire le film.
Erik Killmonger reçoit le coup fatal porté par T’Challa et demande à ce que son corps soit jeté dans la mer pour rejoindre ses ancêtres. Ce geste rappelle comment ils se jetaient des bateaux après avoir été capturés pour être mis en esclavage et préféraient mourir plutôt que de vivre enchaînés. Belle façon d’évoquer cette partie de l’histoire des afro-américain.e.s. Ou on ne peut voir dans tout cela que de belles bagarres, de belles paroles coincées dans le beau décor de Marvel qui fera date.
Nous divertir, nous faire réfléchir ; Black Panther a -plus que- fait le boulot.