INTERVIEW – Shayden, fondatrice du Lili Women Festival : « les plus belles pépites artistiques brillent souvent dans l’ombre »

Partout dans le monde, les initiatives pour rendre les femmes plus audibles et plus visibles se multiplient. A Abidjan, Shayden, chanteuse originaire de l’ouest du pays, s’apprête à lancer du 20 au 22 juin la troisième édition de son festival 100% féminin et artistique Lili Women Festival avec au programme concerts, ateliers, remise de prix. Un événement annuel créé à travers son agence de promotion culturelle Léliai & Company. Cette année, elle a décidé de faire un focus sur les violences faites aux femmes et organise en amont du le festival une marche « Speak for her » à Abidjan samedi 25 mai à 9h au départ du Carrefour de la Vie (Cocody) pour éveiller les consciences des citoyen.nes et de l’Etat à ce sujet. Elle a accepté de répondre aux questions de L’Afro.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Shayden, chanteuse. J’ai participé à la première édition The Voice Afrique francophone avec Singuila. Avant ça, j’ai présenté des émissions culturelles et artistiques sur la chaîne VoxAfrica. Après The Voice, j’ai voulu réunir des artistes sur la même plateforme car il y a peu de place pour la scène underground en Côte d’Ivoire, or je suis persuadée que les plus belles pépites brillent souvent dans l’ombre.

Shayden, chanteuse et fondatrice du Lili Women Festival

Pouvez-vous nous en dire plus sur le concept Lili Women Festival ?

J’ai décidé de me centrer sur les femmes. Je trouve que depuis Nayanka Bell, la scène musicale ivoirienne du côté des chanteuses a perdu en valeur sauf en ce qui concerne Josey qui sait vraiment chanter. C’est dommage car la Côte d’Ivoire est connue pour être la plaque tournante de la musique africaine. Il est donc paradoxal de ne pas avoir de plateforme pour la valoriser. Le festival a été conçu pour montrer les femmes artistes mais aussi pour les former car être chanteuse, ce n’est pas uniquement être devant un micro. D’ailleurs, il n’y a pas que le chant, il y a aussi la danse, le stylisme … les femmes sont peu représentées dans les domaines artistiques en général. C’est pourquoi depuis la première édition axée sur la musique, quatre autres disciplines se sont ajoutés à partir de la seconde incluant les arts visuels comme la peinture ou la photographie et les arts de la scène comme la danse et le théâtre.

Comment les femmes sont-elles formées durant le festival ?

Par le biais d’ateliers qui auront lieu les 15 et 16 juin. Il y aura notamment Edith Brou, qui gourou du web et blogging, fondatrice de la start-up Africa Contents Group et qui n’est plus à présenter à Abidjan qui expliquera aux artistes comment valoriser leur travail sur les réseaux sociaux. Il y aura aussi Paule-Marie Assandre, (créatrice de l’atelier de danse Body Acceptance ndlr) qui donnera des conseils aux femmes pour s’accepter avec leurs défauts et leurs qualités, qu’elles soient foncées de peau, claires de peau, chevelue ou non … Qu’elles acceptent ce qu’elles sont à l’intérieur pour que cette beauté éclate à l’extérieur. Enfin, Amie Kouamé et son concept « Superwoman » confronte l’ancienne génération avec la nouvelle pour développer le côté mentorat. Ces ateliers s’adressent avant tout aux artistes mais sont ouverts à tout le monde.

Le Lili Women Festival est soutenu par la Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO. De quelle nature est ce soutien ? Financier ? Logistique ?

Dès que j’ai lancé le festival, la Commission a répondu favorablement et mis à disposition des rapports avec des chiffres notamment sur les violences faites aux femmes ou m’a guidé quant au choix des intervenantes pour les ateliers. Je leur suis reconnaissante. Il n’y a pas d’aide financière pour le moment ; le fonctionnement du festival dépend à 99% de mes fonds propres et de ce que j’appelle la « love money », c’est-à-dire de l’argent venant des gens de ma famille et de celles soutenant mon travail. Ici à Abidjan, aucune entreprise ou structure ne veut accompagner un projet nouveau, il faut un projet bien installé, depuis 6 ou 7 ans. Chose que je trouve paradoxale car si on est déjà bien développé, on n’a pas besoin d’aides mais je le fais sans ça. Je regarde surtout ce que ça apporte aux chanteuses car beaucoup ont voulu abandonner et sont motivées à nouveau grâce au festival.

La première édition était un test pour voir si elles voulaient travailler ensemble. Ce qui m’importe, c’est la notion de communauté. Il n’y avait pas de thème sur la première édition. C’est à la seconde que j’ai décidé de centrer le festival sur une thématique, celle de la recherche d’identité en tant que femme artiste.

Qu’est-ce que la campagne « Speak for her » ?

Il est important d’avoir un impact réel. Or, les artistes en Côte d’Ivoire sont très loin de la vie sociale, ne sont pas impliqué.es dans la vie des gens qui la font. Pourtant, un.e artiste sans public, ça n’existe pas. Utiliser la force de la communication pour sensibiliser sur la question des violences faites aux femmes en Côte d’Ivoire face au déni de la population et la non-prise en charge par l’Etat, les artistes ont une responsabilité, un rôle d’éducat.eur.ices de la société. J’ai donc pensé à lancer la campagne « Speak for her ». Ce qui a motivé au départ cette action, c’est que je connais une femme qui en a été victime. J’ai ensuite été scandalisée en découvrant que la loi ivoirienne ne défend pas les femmes. Le viol est considéré comme un délit, plutôt que comme un crime. Le harcèlement n’est défini dans aucun texte de loi. Rien n’est fait. J’ai rencontré des juges, juristes, avocats, tout le monde a conscience qu’il y a un problème mais personne ne les pousse à réviser les lois, c’est donc à nous les femmes de le faire. Il n’y a pas d’endroit en Côte d’Ivoire pour que les victimes puissent se retrouver. Alors en général, elles restent dans leurs foyers pour les enfants. Certaines, dans le pire des cas, y perdent la vie. Non, cela n’arrive pas qu’ailleurs. Les chiffres de l’ONU-femmes et de l’OMS sur les violences faites aux femmes en Côte d’Ivoire dévoilés en 2018 m’ont indigné : 52% des filles et femmes excisées, entre 60 et 70% de femmes victimes de violences physique et sexuellesdes chiffres qui sont par ailleurs inexacts car des femmes se terrent dans le silence, par honte ou peur de représailles.

La marche « Speak for her » est donc une façon pour moi d’apporter ma pierre à cette cause. J’ai réuni des artistes comme Josey et d’autres issu.es de la jeune génération mais aussi des personnalités politiques comme Yasmina Ouegnin, députée de la commune de Cocody qui a accepté de participer à la marche. On sera tou.tes vêtu.es de blanc, symbole de la paix. C’est la première fois à Abidjan qu’une marche de ce genre a lieu. On attend 300 personnes.

Les femmes ne demandent pas à être supérieures aux hommes mais juste à avoir la même place qu’eux.

Pourquoi le nom « Speak for her »  ?

Le nom « Speak for her » (parler pour elle ndlr) est partie d’une discussion avec cette femme de mon entourage qui a vécu des violences et m’a dit « je souffre mais je vais le dire à qui ? Qui va parler pour moi ? ». Elle cherche une personne qui va être garant.e de cette douleur. Cette phrase m’a marquée. Une autre phrase bien connue en Afrique dit que « les grandes douleurs sont muettes ». Je veux donc parler pour elle et je veux que les gens le fassent aussi mais aussi pour les jeunes filles mariées trop tôt, excisées, pour celles pour qui la scolarisation reste un combat. J’ai choisi une formulation en anglais car c’est l’une des langues les plus utilisées dans le monde. Mon objectif à long terme : créer une plateforme voire une fondation où ces femmes pourraient se réunir, se retrouver et où on puisse leur apporter toute l’aide nécessaire.

Il est important pour moi qu’il y ait aussi des hommes dans la campagne débutée en ligne et le jour de la marche, car bien que les violences soient exercées par les hommes, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Il y a aussi ce que j’appelle des vrais hommes, des défenseurs des femmes, qui leur donnent la valeur qu’elles doivent avoir, qui se comportent de façon noble avec elles. Les gens ont tendance à oublier que cela devrait être normal. C’est aussi une façon de remercier ces hommes.

Qui est-ce que vous attendez à la marche du 25 mai?

En plus des artistes, toutes les personnes qui se sentent concernées par la question : on pense à son enfant qui peut être violé, victime de harcèlement etc.

Pour en revenir au festival, vous avez déclaré en 2017 : « C’est l’occasion de venir découvrir ces talents qui brillent dans l’ombre, un univers autre que le coupé-décalé. Il est temps d’ouvrir les yeux et les oreilles un peu plus grand pour découvrir les merveilles dont regorge la Côte d’Ivoire. » Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Le public ivoirien est un public difficile, a tendance à plus accepter ce qui vient de l’extérieur. Aujourd’hui, on dirait que si tu fais pas de coupé-décalé, tu n’as pas ta place sur la scène musicale. Ici, on ne peut pas dire qu’il n’y a pas de place pour des vrais mélomanes avec des paroles, de la musique, de la recherche. Il y a d’autres choses qu’on doit exploiter, on n’a pas véritablement une coloration musicale, je trouve que notre musique s’exporte très mal comparée aux Naijas dont Wizkid programmé à Coachella l’an passé, à quel moment nos artistes pourront prétendre y être à l’affiche? Je n’ai rien contre le coupé-décalé mais je pense notamment aux médias qui ne prêtent pas attention à des artistes qui font autre chose que ça.

Je me souviens, après avoir fait mon album, j’ai démarché une grande radio nationale afin que mes chansons puissent y être passées et on m’a dit que pour que ça marche, il faudrait que je me mettre à faire du coupé-décalé. Mais les auditeurs n’écoutent que ce qu’on leur donne. Si on leur met aussi du zouglou, du jazz et autres, ils auront un choix plus éclectique.

Vous organisez également en clôture du festival une remise de prix.

La remise de prix est apparue à la seconde édition. Je suis très à l’écoute de ce que les gens disent pour améliorer le festival. Quelqu’un a dit après la première édition « si j’avais de l’argent, je t’aurais donné un prix » à l’adresse d’une des artistes qui venaient de faire une prestation exceptionnelle. Cette soirée est pour moi la partie la plus stimulante car quand on est artistes indépendant.es, on se sent aller à contre-courant et le découragement nous frappe souvent. Il est important de récompenser ces artistes qui, avec très peu de moyens, font des albums de meilleure qualité que d’autres plus visibles. Mais attention, il s’agit de récompenser sur le mérite et pas par copinage, contrairement à beaucoup d’événements qui ont lieu en Côte d’Ivoire. J’aimerais en faire un événement à part entière sur le long terme.

Je ne suis pas contre les artistes qui ont déjà de la notoriété, certain.es bossent dur mais je recherche une certaine équité entre les undergrounds et les plus commerciaux.

Je sais ce qu’on peut vivre quand on est artiste underground. On me demande parfois pourquoi je ne mets pas cet argent pour produire mes propres albums. Kajeem, artiste reggae ivoirien, m’a tendu la main à un moment où j’ai voulu tout laisser tomber et je trouve donc qu’il est primordial de se soutenir. Je veux aussi qu’on puisse se dire qu’on peut rêver grand, c’est aussi le message que j’envoie aux jeunes ou moins connues artistes qui partageront la scène avec Nayanka Bell, tête d’affiche, après ne pas être montée sur scène depuis de nombreuses années. Pour cette troisième édition, elle jouera ses classiques et défendra ses nouveaux titres. C’est tout de même une de nos divas, elle a contribué à placer très haut la musique ivoirienne.

J’aimerais qu’on puisse être récompensé.e aux Grammys. La seule ivoirienne à l’avoir été, c’est Dobet Gnahoré et ça fait longtemps ! (en 2010 ndlr)

Dobet Gnahoré a été marraine de la première édition, elle donne énormément pour les jeunes talents, je ne la remercierai jamais assez, elle est exceptionnelle ! Cette année, notre marraine est la directrice des Beaux-Arts d’Abidjan Mathilde Moraux.

Deux choses à voir absolument pendant le festival ?

L’exposition qui est un des temps forts, le 20 juin, lors de la première journée du festival. On abordera la question des violences faites aux femmes, de façon artistique en reprenant une des traditions liées à mes origines -je suis Bété de l’ouest de la Côte d’Ivoire. -J’en profite par ailleurs pour souligner que la jeunesse perd les traditions et comme dit Kajeem : « il faut avoir les pieds dans la tradition, la tête dans les satellites ».

Pour cette exposition, on se réunira autour d’un feu pour trouver une solution à un problème comme la tradition Bété l’exige. Ce sera un moment particulier et je dirais même que rater ce moment sera rater le cœur du festival. Egalement la cérémonie de récompense, qui me fait oublier toutes les difficultés quand je vois les femmes artistes émues aux larmes.

Un mot de la fin ?


Merci toutes les personnes qui m’aident avec peu de moyens et m’accompagnent depuis Culture Riche, Iris Medias, médias dirigés par des femmes comme Ayana Webzine aussi depuis le départ. Dire merci à tous les festivaliers venus aux deux dernière éditions et reviendront j’espère à la 3ème.

Publicités

SERIE – « Sonia la benguiste » ou le journal de bord d’une étudiante ivoirienne à Paris

RECIT – Sonia Guiza, blogueuse cinéma abidjanaise, connue pour sa plume pimentée -vous pouvez la lire ici https://lagozi.com/-  a décidé à l’âge de 24 ans de se perfectionner dans son domaine en étudiant le cinéma dans une école parisienne. En quittant son pays, la Côte d’Ivoire, pour s’installer pendant deux ans en France, elle devient une nouvelle benguiste. Les cours, les problématiques administratives, le métro, le climat, les proches, le mal du pays … Chaque mois, elle partagera avec nous ses expériences, son ressenti et se fixera un objectif sur lequel elle fera un bilan le mois suivant.

Dans ce premier épisode, Sonia nous fait part de ses découvertes, bonnes et mauvaises -le sourire des gens dans les transports (ou pas), être la seule noire de sa classe, la paperasse- et évoque son premier objectif depuis son arrivée dans la capitale parisienne depuis octobre 2018.

MUSIQUE – Dadju, Roga Roga, Serge Beynaud … la playlist qui enjaille la Côte d’Ivoire par Dj BDK (Trace)

ENJAILLEMENT – Dj et même Vj de Trace Côte d’Ivoire, il fait partie de celleux qui ambiancent dans les boîtes de nuit abidjanaises, faisant naviguer le public entre nostalgie avec des classiques et fraîcheur avec les derniers tubes allant du zouglou, au coupé-décalé en passant par du rap et du r&b. Il a accepté de nous concocter une sélection des morceaux qui font vibrer la Côte d’Ivoire actuellement.
Il a commencé à mixer en 2004 en direct de sa chambre pour se faire la main. Jusqu’à ce qu’une radio locale commerciale de l’époque à l’audience non négligeable lui réserve une tranche horaire et hebdomadaire le samedi après-midi. Aujourd’hui, il est une référence des nuits abidjanaises. A l’écoute de ce qui parle musicalement et sur les pistes de danse aux Ivoirien.ne.s en ce moment, en voici un échantillon.

Safarel Obiang – « Grattanhou »

Dadju – « Ma fuzzy style »

StarBoy feat Wizkid, Ceeza Milli, Spotless, Terri – « Soco »

Kerozen feat Serge Beynaud – « ça dépend de toi »

Olamide – « Science Student »

Shado Chris, Locko – « Kitadi »

Roga Roga – « 242 »

Serge Beynaud – « Babatchai »

Singuila – « Faut pas me toucher »

(Crédits photo = Adriel BOKA)

INTERVIEW – Pour Dadi, photographe ivoirien derrière les « Nuits Balnéaires », c’est Abidjan forever

EXCLU – Il est l’un des photographes le plus en vue de la jeune génération ivoirienne. Dadi, du surnom que lui a donné sa mère -il porte le nom de son grand-père maternel- 23 ans, est autodidacte et s’est fait un nom sur la toile et à l’international grâce à sa série « Nuits Balnéaires » à découvrir sur Instagram. Le projet, auquel il a pensé en 2016, immortalise l’atmosphère si particulière et intense de la côte ouest africaine alors que la nuit s’installe. L’Afro l’a rencontré pour une interview après le coucher du soleil en plein Abidjan en février dernier. De sa vision du business en tant qu’artiste, à sa passion pour la musique, en passant par son anxiété sociale et son amour profond pour son pays natal, Dadi se raconte.

Libaya+Light18
Source photo : http://www.nuitsbalneaires.com

Débuts en photographie

A la base, j’avais une sensibilité plus musicale -d’ailleurs, j’ai toujours plus de références musicales que photographiques à ce jour. Au début, la photographie, c’était un effet de mode. Je regardais beaucoup les travaux de certain.e.s : Nadège Cakpo, Rash NS, Olivier Konan … D’ailleurs, à part Olivier, iels ont tou.te.s arrêté la photo. Au final, iels m’ont permis de savoir ce qu’on pouvait faire avec un appareil. J’ai voulu étudier la photographie à l’étranger mais mes parents ne voulaient pas que je choisisse cette voie. J’ai donc décidé de m’y mettre tout seul en restant à Abidjan.

Ces deux dernières années, j’ai beaucoup travaillé dans le milieu de la mode, avec African Hippie, nouvelle marque montée par une américaine d’origine libérienne en 2017, avec Libaya, créée par une Hollandaise qui est basée au Ghana, avec la Lagos Fashion Week, avec Orange Future. Localement avec Loza Maléombho, Elie Kuame, Yhebe design, toujours basée à Abidjan et pense la femme abidjanaise avec une telle poésie, une telle beauté.

Aujourd’hui, mon public comprend des jeunes qui bossent en agence de communication, qui font également de la photo à côté, qui tiennent des blogs … Il y a également pas mal d’amateurs d’art et des petits collectionneurs qui ont acquis quelques-unes de mes œuvres. Les acheteurs sont tous des locaux et ça me fait vraiment plaisir ! Parmi eux, le duo d’architectes Koffi & Diabaté mais également un ministre.

La naissance du projet « Nuits Balnéaires »

« J’ai du mal à intégrer le découpage colonial ou post-colonial de la région et je crois bien que je n’y arriverai jamais! »

COMPRESS4
Source photo : http://www.nuitsbalneaires.com

L’idée m’est venu il y a environ deux ans, de façon spontanée, un peu comme une révélation, une nuit, vers deux ou trois heures du matin. Je me suis levé et me suis mis à écrire. J’ai même changé le pseudo de mon compte Instagram pour le rebaptiser du nom de ce projet.

« Nuits Balnéaires », c’est une vibe, une atmosphère que j’appelle « costal » en référence à la côte du golfe de Guinée, en passant par São Tomé-et-Principe, Gorée au Sénégal, bien sûr Abidjan mais aussi d’autres villes ivoiriennes comme Bassam ou Assinie. Je ressens quelque chose qui est à la fois très fort, très lourd et très beau. Ça s’illustre par les couchers de soleil, les cocotiers, les plages, la nuit abidjanaise, le lifestyle, l’esthétique, la nature, les klaxons, la fumée, la chaleur, la poésie, la musique, le vol des chauves-souris … ça englobe tout ça. C’est une atmosphère qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. C’est le monde dans lequel je vis dans ma tête. Dans le nom « nuits balnéaires », il y a un moment mais aussi un endroit : la mer. Cette ambiance m’a toujours fasciné.

Si le projet englobe également le Ghana, le Sénégal, c’est parce que j’ai du mal à intégrer le découpage colonial ou post-colonial de la région et je crois bien que je n’y arriverai jamais (rires)! Il y a eu une histoire avant les comptoirs d’où les esclaves étaient envoyé.e.s vers l’Occident, il y a eu des mouvements, une vie ici avant. La Côte d’Ivoire est finalement un mix de tout ça. D’ailleurs, quand on remonte aux origines plus lointaines de mes parents, on découvre que la famille de ma mère vient du Mali et celle de mon père du Ghana. Et quand on cherche encore plus en profondeur, on découvre qu’iels viennent d’encore plus loin.

Cette fascination remonte à mon enfance, quand je voyageais avec mon père, journaliste, sur le littoral ivoirien, en voiture, à écouter du High Life ou de la musique classique et qu’on captait la plupart du temps le coucher du soleil en rentrant. Ce sont peut-être mes plus beaux souvenirs, des moments magiques. Je me sentais toujours bien dans ces moments-là. Pour résumer, « Nuits Balnéaires », c’est un voyage sans fin.

Abidjan sinon rien

La plupart des jeunes ici, peu importe leur domaine, ne pensent qu’à une chose : partir en Europe ou en Amérique. Moi, je n’ai jamais idéalisé ces endroits. J’ai toujours été fasciné par la Côte d’Ivoire et je pense que ça se ressent dans mon travail. Ce pays est formidable, a un potentiel formidable, au-delà du tourisme et de la beauté, ce ne sont pas les opportunités qui manquent. Pour la plupart des gens, il faut forcément aller à l’étranger, arriver à un certain niveau de vie avant de revenir. Quand je regarde autour de moi, j’ai l’impression que les gens attendent le paradis et que ce paradis, c’est l’Occident. Il était important pour moi de me prouver qu’il était possible de se réaliser ici et même recevoir des commandes d’autres pays en restant à Abidjan et c’est quelque chose que j’ai réussi à accomplir. Aujourd’hui, je souhaite voyager un peu plus ! Mais même cette envie a pour finalité de me permettre de continuer à vivre dans cette ville car je ne me vois pas vivre ailleurs ! On a tout ici et je pense que cela m’a permis de développer une certaine esthétique qui est à la fois universelle dans le langage tout en ayant une coloration qui m’est propre et nourrie par mon environnement.

Photographie et business

Je suis un cas (rires)! J’arrive à en vivre correctement et d’après ce que j’entends en ce qui concerne les gens dans mon milieu, ou issus de métiers créatifs en général, même celleux qui ont commencé avant moi, c’est loin d’être le cas de tout le monde. Le management m’a beaucoup aidé. Il faudrait que les gens aient plus de notion dans ce domaine pour savoir gérer leur business.

Au final, j’essaie de vendre ce que je fais comme je le perçois et je perçois mon travail comme quelque chose qui a de la valeur. Il ne faut pas vendre son produit au rabais mais comme de l’or. C’est-à-dire produire de la qualité et penser au côté business.

Le fait de travailler dans la mode et de m’y être spécialisé m’a permis de me créer une image de marque et j’essaie de faire ressortir ça aussi dans mes productions artistiques.

Or, il faut à la fois produire de la qualité et avoir un marketing qui suit. Si l’un des deux ingrédients manquent, ça ne prend pas. De mon point de vue, c’est quelque chose qui manque chez la plupart des gens en Côte d’Ivoire.

De l’importance de la musique

J’ai grandi dans un environnement où j’avais un minimum accès à du contenu artistique. Mon père est un grand passionné de musique et d’art. Mon oncle Noël Ebony était journaliste et écrivait des poèmes.

J’écris aussi des poèmes et je viens tout juste de me mettre à la peinture. Mais c’est avant tout la musique qui plante mon décor, j’en consomme beaucoup. Ça me met dans un état d’esprit que je traduis beaucoup en images. J’écoute un peu de tout dont beaucoup de musique ivoirienne : NST Cophie’s, R.A.S et Meiway trois fois ! De la musique française comme Vanessa Paradis, Christine & the Queens , j’écoute aussi pas mal de sons underground comme Soko, Panama, du jazz aussi comme Alice Coltrane ou Nina Simone. J’écoute aussi de la musique camerounaise, congolaise et européenne en général.

La musique est un langage, et comme pour tout langage, il faut en comprendre les bases, c’est-à-dire les mots. Une fois qu’on a cette base, cela donne accès à une ouverture. Je trouve que quand on a cette sensibilité, c’est une bénédiction que tout le monde ne peut pas atteindre. J’écoute de tout. Pour mes anniversaires, je demandais à mon père de m’offrir des K7 comme des albums de Yodé et Siro.

Deux titres qui me rappellent mon enfance, par exemple : « Gbazanan » de Boni Gnahoré , une chanson qui nous a marqué ici et « Death society » de Meiway qui me donne encore la chair de poule aujourd’hui !

La musique qui résume le mieux les « Nuits Balnéaires », c’est la High Life des années 60.

Le son qui représente Abidjan pour moi, c’est « Héros National » de Douk Saga, sorti après de grands troubles politiques. Il s’agit de la période à partir de laquelle ma culture abidjanaise a réellement commencé à se construire avec le coupé-décalé entre autre. C’est un point de départ de l’Abidjan actuel. Tout est parti de là ; le farot, le boucan, le m’as-tu vu, les soirées où tu dois faire des 50 bouteilles … Ici, ce qui compte le plus, c’est le personnage et le message car Douk Saga parlait beaucoup. Sur le plan musical, c’était nouveau par rapport à tout ce qu’on avait entendu sur la planète auparavant.

Je suis aussi un grand fan de zouglou, musique de la commune de Yopougon, la plus grande d’Abidjan. Elle est un peu snobée et on lui préfère souvent le coupé-décalé. J’écoute pas mal en ce moment le groupe Revolution, Dj Kerozen, Serge Baynaud, Bebi Philipp.

« Les heures narcissiques », un projet vidéo sur la confiance en soi

« Mon plus gros challenge, c’est la confiance en moi et en mon travail, des choses qui m’ont beaucoup manqué et que j’exorcise avec ce projet vidéo. »

C’est une vidéo, un court métrage, dont j’ai dévoilé un teaser début mai sur Instagram.

Le projet parle de la confiance en soi que je traite d’une façon très personnelle. J’ai toujours eu du mal à m’exprimer, j’ai dû apprendre à le faire. Pendant plusieurs années, je ne sortais pas, je m’isolais. J’avais le choix entre rester dans mon coin et laisser mon art dormir dans ma chambre ou en sortir et tenter de parler, toucher plus de gens qu’à travers les réseaux sociaux.

J’ai peur des relations avec les êtres humains suite à des choses que j’ai vécu mais je n’ai que de l’amour pour eux.

Je sens que je passe à une autre étape de ma vie. Mon plus gros challenge, c’est la confiance en moi et en mon travail, des choses qui m’ont beaucoup manqué et que j’exorcise avec ce projet vidéo. J’ai encore du mal à m’habiller comme j’en ai envie- pourtant je ne suis pas particulièrement excentrique- à cause du regard des gens. La société ivoirienne, -la famille notamment- est très sur toi.

La photographe Joana Choumali a eu un vrai impact sur la direction que je prends actuellement. Elle m’a incité à sortir plus, à montrer davantage ma fragilité, à l’assumer, à la traduire dans mon art. Elle m’a dit qu’une fois que j’aurai réussi à accepter à la fois mes défauts et mes qualités, je pourrai enfin m’épanouir aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Elle trouvait que jusque là, j’étais trop dans la retenue. Donc, je veux prendre mon temps sur ce travail et le faire bien.

Un ami nigérian m’a aussi poussé à sortir de ma coquille. Il m’a aussi appris l’anglais. Il m’a beaucoup épaulé, m’a aidé à sortir de ma dépression. Il est décédé il y a un an après avoir accompli sa mission.

L’anxiété sociale et la confiance en soi, peuvent être de réelles souffrances. Je me dis que je ne suis pas seul, qu’il y a des personnes qui ont réussi à les dompter ou à bien les camoufler.

En parler en France, ou ailleurs, ce n’est peut-être pas nouveau mais évoquer le fait de  se sentir mal à l’aise en société, ce n’est pas habituel en Côte d’Ivoire.

Ce qui compte véritablement pour moi, c’est qu’à terme, mon art puisse devenir une thérapie pour les gens, qu’il leur fasse du bien.

Les projets à suivre

Je me suis occupé de la direction créative en faisant des repérages à Abidjan pour deux clips de l’artiste allemand Bonaparte -dont le premier sera dévoilé courant juin. J’ai également réalisé un projet de portraits avec l’artiste hollandais Thomas Azier. Tous les deux ont enregistré en partie leurs albums respectifs dans cette ville.

Vous pouvez retrouver Dadi sur Instagram (@nuits_balneaires)

(Crédits photo : Fatima K.)