INTERVIEW – David Uzochukwu, le photographe autodidacte qui prouve que le talent n’a pas d’âge

ENTRETIEN – Délicatesse, intensité, nature, couleurs… Voilà la marque de fabrique des œuvres photographiques à couper le souffle de David Uzochukwu. Le photographe a écumé les tutos sur internet pour apprendre à maîtriser son art.  Celui qui fêtera ses 19 ans le mois prochain est surtout connu du grand public pour ses clichés réalisés pour la campagne Nike Women dévoilée en janvier dernier mettant en scène l’artiste FKA Twigs -qui en était l’une des directrices artistiques et a spécialement fait appel à ses services. Il présente quelques-unes de ses photos -dont une exclu- à la foire d’art contemporain Also Known As Africa (AKAA) du 10 au 12 novembre. L’occasion de revenir sur son parcours.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis David Uzochukwu, j’ai 18 ans, je viens d’Autriche, j’ai grandi au Luxembourg et à Bruxelles et je viens de m’installer à Vienne pour mes études. Je fais de la photo depuis que j’ai 12 ou 13 ans et j’ai commencé à travailler comme photographe il y a trois ans. J’ai signé chez une agence parisienne, Iconoclast image.

Vous avez commencé la photo en faisant des autoportraits car vous n’étiez pas à l’aise d’aller vers les autres pour leur demander de poser. On voit maintenant pas mal de femmes et d’hommes sur vos photos. La photographie vous a-t-elle rendu moins timide ?

Je pense que oui. C’était aussi en grande partie dû au fait que je déteste faire quelque chose que je juge mauvais, commettre des erreurs et je savais que si je commençais par travailler avec d’autres personnes, j’avais de fortes chances de faire de très mauvais portraits. Donc je voulais avoir cet espace d’expérimentation, cette liberté et ce temps dont j’avais besoin et c’est là que j’ai commencé à faire des autoportraits. Puis avec le temps, quand j’ai pris plus confiance et amélioré mon savoir-faire en matière de photographie, j’ai commencé à inclure d’autres personnes dans mon travail. Je suis convaincu que ça m’a aidé à avoir plus confiance en moi au niveau personnel également et à aller plus facilement vers les autres. Je pense qu’il fallait que je me trouve d’abord.

David Uzochukwu Immortal
« Immortal » © David Uzochukwu / Galerie Number 8

Vous êtes timide mais vous posez souvent nu. Ce n’est pas trop difficile ?

C’est plus facile mais ce n’est jamais facile de prendre une photo dans un premier temps puis de la montrer. Mais en même temps, j’ai un grand sens de l’esthétique, je sais précisément ce que je veux que mes photos reflètent. Comme je ne peux pas souvent prendre de photos dans un environnement conçu par l’homme car je déteste que d’autres personnes façonnent mon image en quelque sorte, la plupart du temps, je me prends en photo sans vêtements. Quand j’avais 13 ans, je n’avais pas accès à de beaux vêtements et comme je n’avais pas de beaux vêtements, j’ai décidé de tout simplement prendre des photos sans vêtements.

Vous êtes pragmatique !

Oui, très! (rires) Je déteste les compromis en ce qui concerne mon travail personnel. Je pense qu’il est important de faire entendre sa voix et que le résultat soit satisfaisant pour soi.

Dans la plupart de vos photos, la nature est très présente. Pourquoi ce choix ? Où trouvez-vous votre inspiration ?

J’adore la nature dans la vie de tous les jours. Quand je vois un beau ciel ou un lever de soleil, je suis très ému. J’aime comment la nature nous fait nous sentir et comment notre paysage émotionnel peut ressembler au paysage qui nous entoure d’une certaine manière. J’aime également l’aspect préservé, il y a tellement d’espaces où aller. D’un point de vue purement visuel, il y a des motifs intéressants et de belles couleurs et rien n’a l’air forcé, c’est simplement naturel, organique et c’est juste là. Je trouve cela fascinant.

Pour ce qui est de l’inspiration, c’est assez difficile à expliquer. Plus je pense à un sujet, plus l’idée se précise. C’est plutôt le subconscient qui est à l’œuvre. Finalement, je ne sais pas. Je peux me balader dans la nature, penser à des sujets un peu controversés, me mettre dans un certain état d’esprit en écoutant de la musique, c’est très important pour moi. Après tout cela, les idées émergent du subconscient.

David Uzochukwu Wildfire
« Wildfire » © David Uzochukwu / Galerie Number 8

Votre mère est Autrichienne et votre père est Nigérian. Quel lien entretenez-vous avec ces pays ?

J’ai vécu en Autriche jusqu’à mes six ans et je m’y sens toujours chez moi. Nous avons déménagé plusieurs fois avec ma famille. C’est comme s’il y avait des petits bouts de chez soi partout et qu’en même temps, on n’était pas vraiment à la maison. Le Nigéria, je n’y ai jamais vécu -j’ai passé toute ma vie en Europe. J’ai rendu visite à de la famille à plusieurs reprises là-bas. J’ai adoré ! c’était fantastique, les gens étaient très ouverts, tolérants. Mais en même temps, j’ai le sentiment qu’il y a des points de vue fondamentalement différents. Le Nigéria est beaucoup plus conservateur comparé à pas mal de pays européens. Il y avait donc ce dilemme. Mais je me sens proche de ce pays, où se trouvent mes racines.

Qu’est-ce que cela vous fait d’exposer à un événement qui s’intitule ‘Also Known As Africa’ ?

Je suis très content ! Je trouve que c’était une belle opportunité. J’aime être entouré d’art africain et que mon travail soit placé dans ce contexte en tant que celui de quelqu’un issu d’une minorité, de la diaspora. Je suis très heureux et fier de participer à cet événement.

Vous disiez dans une interview pour le magazine Photo dans le numéro mars-avril de cette année, que vous aviez vécu le racisme partout et sous différentes formes. Utilisez-vous ces expériences dans votre travail ?

Il y a plusieurs choses à dire. Je n’ai pas consacré une série d’autoportraits sur la façon dont le racisme m’a forgé. Mais je pense aussi que, bien que la plupart de mes œuvres plus anciennes ne traitent pas forcément du racisme, cela m’a bel et bien forgé. Je pense qu’on retrouve cela dans d’autres choses que je fais car ça a fortement contribué à faire de moi la personne que je suis.

David Uzochukwu May be it is
« May be it is » © David Uzochukwu / Galerie Number 8

Avez-vous été victime de racisme en tant que photographe ?

Pas que je sache. Récemment, on a vu pas mal de Noir.e.s réaffirmer leur place dans la société et je pense que c’est presque un avantage pour moi de faire partie de cette communauté car je n’aurais pas pu exposer à l’AKAA autrement. C’est tout de même une question difficile.

J’ai peut-être été victime de discrimination mais au final, je m’en sors bien. Si je devais mettre dans une balance le négatif d’un côté et le positif de l’autre, elle pencherait du côté positif.

En novembre 2016, vous avez travaillé sur une campagne contre la dépigmentation de la peau avec l’association Esprit d’Ebene via l’agence Iconoclast. Comment cela s’est passé ? C’est l’association qui vous a contacté ?

Oui, l’association m’a contacté et j’étais très content de prendre part à ce projet. Je trouvais cela important de parler de ce sujet.

Il n’y a pas de photos du projet sur internet. Elles ne sont pas encore sorties ?

Je ne sais pas et je suis d’ailleurs surpris que vous parliez de cette campagne. Peut-être qu’ils changent certaines choses dans le projet, ce n’est pas toujours facile.

Comment faites-vous pour trouver un équilibre entre votre travail purement artistique et personnel et vos contrats commerciaux -comme quand vous travaillez sur la campagne Nike avec FKA Twigs ?

Les deux contextes sont très différents. Quand je travaille sur mes projets personnels, je travaille parfois seul alors que quand je me consacre à un contrat commercial, il peut y avoir entre 7 et 18 personnes. Dans le cas de Nike, il y avait plusieurs direct.eur.ice.s artistiques, FKA Twigs en était une aussi. Parfois, vous avez de la chance et les personnes avec qui vous travaillez comprennent et sont prêtes à ne pas compromettre votre vision et c’est absolument génial car vous pouvez contrôler la création. Dans d’autres cas, c’est le résultat d’un travail d’équipe et de belles choses en sortent.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ? Que pourra-t-on découvrir bientôt ?

Je vais me lancer dans la réalisation d’un premier film qui devrait sortir début 2018. A part ça, je suis toujours très content de continuer à expérimenter de nouvelles choses et faire de mon mieux pour faire du bon travail.

Pour voir plus d’oeuvres de David Uzochukwu, rendez-vous sur le site Galerie Number 8 et Iconoclast image.

Vous pouvez aussi retrouver le photographe sur Instagram , Facebook et Twitter

(Crédits photo à la une: « Rising » David Uzochukwu / Galerie Number 8)

Publicités

F.A.Q. – Tout ce qu’on a entendu après le 29 mars

BEST-OF – La soirée du 29 mars a été une réussite pour nous. Pour certain.e.s des participant.e.s, cela a remué quelques questions que nous souhaitions reprendre brièvement. Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à nous les faire remonter 😉

En attendant la vidéo report de la soirée-débat du 29 mars sur la place des comédien.ne.s noir.e.s en France, voici quelques-unes des observations qu’on nous a fait remonter suite à l’événement. Morceaux choisis.

« Pourquoi on ne parle pas de l’économie africaine ? »

Peut-être parce que le débat, c’était la place des comédien.ne.s noir.e.s en France.

« Qu’est-ce qu’un acteur noir ? »

Hmm, question intéressante et compliquée… JP Zadi a donné un début de réponse : c’est un.e comédien.ne que les autres voient noir.e.s, et donc à qui on va parfois confier des rôles stéréotypés, sur qui on va plaquer des fantasmes, et qui va devoir trouver sa place dans une industrie qui n’a de cesse de vouloir le.a définir.

« Pourquoi c’était aussi court ? Seulement 2 heures ?! »

Et encore, on est resté trois heures au final. Les débats, enflammés, auraient du s’arrêter à 22 heures, la direction nous a accordé vingt minutes de plus et on a finalement rendu le micro à 23 heures. Deux heures un soir de semaine sur un sujet qui est loin d’être simple c’est bien assez. On ne s’interdit pas de relancer ce débat #staytuned

« Pourquoi vous n’avez pas diffusé des petits films, trois, quatre ? »

Parce qu’on avait seulement deux heures, et qu’on a bien précisé qu’on organisait un débat, pas un festival. Pour ça, il y a Quartiers Lointains, entre autres, qu’organise Claire Diao, une des intervenantes 😉

« Pourquoi c’était si loin ? »

Personnellement, on aime beaucoup la Manufacture 111, avec ses grands volumes, son mélange de bois et de verres, ses espaces épurés, son bar aux prix accessibles, la galerie où s’est tenue l’exposition Street Dance, que certain.e.s d’entre vous ont vu et l’auditorium. Un lieu qui permet à une cinquantaine de personnes de s’asseoir confortablemnt dans une salle où l’on voit bien ce qui se passe sur scène, ce n’est pas si souvent à Paris, c’est rare.

« C’était un peu frustrant car on n’a pas tous pu parler »

Oui et nous en sommes désolées. Pour tout dire, on a été choqué que vous vous soyez déplacé.e.s aussi nombreux.se.s pour dialoguer avec les comédien.ne.s et la journaliste présent.e.s, preuve que ce sujet vous intéresse. N’hésitez pas à nous soumettre vos questions et à lire nos séries #unjouruneactriceafrofrançaise #unjourunacteurafrofrançais, le débat continue 😉

« C’est quand le prochain ? »

Comme on l’a annoncé, on fait une rencontre publique tous les deux mois. Logiquement, on se retrouve en mai. On vous en dira plus, dans les jours à venir, mais restez connecté.e.s, on vous concocte autre chose encore, qui risque de vous plaire 😉

TRIBUNE – Dans la peau d’une Africaine-Américaine en France

Anndi,  noire américaine de 22 ans, a vécu en France pendant près d’un an, arrivée en septembre 2015. Sur son compte Tumblr La Noire Afar, elle raconte son expérience dans le pays. Entre clichés, fantasmes et belles découvertes, la jeune femme adresse ce message à ses compatriotes restés aux Etats-Unis : vous n’êtes pas les seuls afrodescendants de la planète.

Noir.e en Europe

(Traduction du texte initialement publié le 20 mars 2016 sur La Noire Afar : http://lanoireafar.tumblr.com/post/141377340833/black-in-europe)

‘Mouais j’ai pas aimé la France. Les Français sont racistes. Va en Italie ! Ils sont tellement accueillants et on m’a dit qu’ils adoraient les femmes noires.’ ‘Est-ce qu’il y a d’autres Noirs chez les Allemands que ceux qui sont dans l’armée ?’

« La plupart des Noirs qui voyagent se demandent une chose avant de s’aventurer à l’étranger : commentje serai perçu dans cet espace où les blancs sont prédominants ? C’est une question légitime. Au mieux, on peut nous mettre sur un piédestal grâce à notre différence. Au pire, on peut nous maltraiter. Même en voyageant dans des coins reculés des Etats-Unis, on tombe sur des gens qui nous dévisagent et posent des questions exaspérantes du genre « je peux toucher tes cheveux ? ». Je me suis donc demandée comment je m’en sortirais en France.

Mais ce post ne parle pas que de moi. Oui, je suis noire. Oui, je me trouve actuellement en Europe. Mais cela ne fait pas de moi un être spécial. Parce que bien qu’il n’y ait qu’un petit pourcentage d’Africains-américains qui voyagent en Europe chaque année, il y a des dizaines de millions de noirs qui sont déjà là : les Afro-européens.

 Les Noirs ne vivent pas qu’en Afrique et aux Etats-Unis. Grâce au (enfin, « grâce » non …) colonialisme, la diaspora africaine s’est retrouvée dans des coins improbables de la planète. La plupart des Africains-Américains se trompent en supposant que nous constituons le seul groupe de descendants africains vivant en tant que minorité sous-représentée, maltraitée, discriminée dans des espaces majoritairement blancs. Allez dire ça aux quelque 55 millions d’Afro-brésiliens ou aux millions de descendants noirs vivant au Royaume-Uni, en Italie et en France.

Mais notre égocentrisme n’est pas uniquement de notre faute. Moi aussi, je n’avais pas d’idée précise du nombre de noirs qui vivaient en Europe avant d’y aller. Nourrie par les images que j’ai vu à la télévision et dans les films en grandissant, je pensais que l’Europe était un continent complètement blanc, que tout y était uniforme avec une très faible variation en termes de couleur ou de culture (du moins pas de culture d’un point de vue ethnique). C’est la diversité invisible de l’Europe. De la même façon que les Africains Américains sont sous-représentés dans presque toutes les strates de la société, les Afro-européens le sont encore plus.

tumblr_Anndi

Pendant mes premiers mois passés en France, j’ai rencontré beaucoup de personnes mais je ressentais tout de même un manque. Je mourrais d’envie d’échanger avec des gens qui avaient les mêmes idées que moi. Des gens avec lesquels je partageais un lien indéniable. Pour faire court, j’avais besoin de me faire des amis noirs. Certains trouveront ça bête mais quiconque fait partie d’une minorité quelle qu’elle soit, peu importe le groupe en question (lié à la race, à la sexualité etc) comprend cette envie.

Le problème, ce n’était pas le manque de Noirs mais plutôt de trouver comment en faire naturellement des amis. Se faire des amis à l’âge adulte n’est pas tâche facile. Pour les enfants, c’est tellement simple ! Il y a juste à dire « hey ! je te trouve vraiment cool ! »

Mais en tant qu’adulte, comment dire à une personne qu’on ne connait pas qu’on la trouve cool et qu’on aimerait la fréquenter en tout bien tout honneur sans paraître louche ?

Plusieurs mois plus tard, j’ai fait la connaissance d’amis d’amis, rencontré de nouvelles personnes grâce aux réseaux sociaux et même rejoint un groupe Meet-Up d’expats noirs à Paris. En parlant à ces différentes personnes, j’ai recueilli plusieurs points de vue.

Les Africains Américains sont à la fois admirés et enviés en France. Croyez-le ou non, nous bénéficions d’une visibilité à travers le monde qui n’est pas donnée à d’autres africains de la diaspora. Les Africains-Américains représentent ce qui est cool, ce sont les créateurs de la pop culture. Nos célébrités sont leurs célébrités, nos émissions télé préférées sont leurs émissions télé préférées aussi. Les Africains-Américains font entendre leurs voix en temps d’injustice sociale, quand il y a des inégalités et des réactionnaires. Mike Brown et Trayvon Martin ne sont pas des noms que l’on prononce uniquement sur le territoire américain. Le discours « I Have a Dream » est connu des Européens, le cri « Black Lives Matter » a retenti dans le monde et le mouvement des droits civiques leur est enseigné tout comme chez nous. En bref, l’expérience noire américaine a laissé une empreinte nette dans l’histoire mondiale.

tumblr_black and abroad

L’histoire des noirs européens quant à elle, a été balayée sous le tapis. Je ne suis PAS DU TOUT une experte du sujet mais voici un résumé de l’histoire de la colonisation européenne en Afrique avec mes propres mots.

** L’histoire de la conquête de l’Afrique version extra-courte et très simplifiée d’après Anndi**

A la fin du 19ème siècle, plusieurs pays européens tels que le Royaume-Uni, la France et le Portugal ont établi des villes portuaires en Afrique pour vendre des marchandises et des matières premières. Tout allait pour le mieux jusqu’à ce qu’un mec, le roi Léopold II de Belgique se dise « Vous savez ce qui serait vraiment génial? Faire du Congo mon territoire. » Alors le gars a coupé un gros morceau du Congo rien que pour lui, même pas au nom de la Belgique. Les autres puissances européennes (Royaume-Uni, France, Italie, Portugal et Allemagne) ont commencé à flipper et ont pensé « merde, mon égo est juste trop gros, comment je peux le rendre encore plus énorme ? ». Alors elles se sont réunies en Allemagne, ont trouvé la carte de l’Afrique et ont littéralement découpé le continent comme on le fait avec une pizza. Il faut préciser qu’aucun des pays africains en question n’a été invité à la « soirée pizza ». Donc 90% du continent a été colonisée sans l’accord de ses habitants, des millions d’Africains ont été contraints au travail forcé, les matières premières ont été exploitées, des hommes ont été tués, des femmes ont été violées, des enfants ont été mutilés, des groupes ethniques en conflit ont été mélangés … tout ça sous prétexte de ‘sauver les sauvages non civilisés de la damnation éternelle.’

Plusieurs décennies plus tard, les puissances européennes ont finalement commencé à quitter le territoire. Qu’ils soient partis selon leurs propres termes ou chassés par des groupes révolutionnaires, les effets pervers de l’impérialisme – gouvernements corrompus, éternelles guerres civiles, traumatismes psychologiques- sont manifestes dans plusieurs pays africains. 

**La fin** … Sauf que ce n’est pas la fin puisque ces effets pervers perdurent.

J’ai remarqué un léger manque dans la communauté chez les Afrofrançais. Pour les Africains-Américains, il y a cette idée de lien fictif. Je ne te connais ni d’Eve ni d’Adam mais si nous sommes les deux seuls noirs dans un espace majoritairement blanc, alors on se reconnaîtra. C’est ce qu’il se passe à petite échelle. A grande échelle, nous sommes passés maîtres dans l’art de créer des espaces qui nous sont réservés ; les salons de coiffure et les barbershops, les écoles et universités historiquement noires, la chaîne de télé BET, la NAACP … on a même notre propre hymne national ! Tout cela avec la volonté de s’élever et de se donner de la force, pour prendre notre place au sein d’une société qui n’a pas été conçue pour nous.

Mais notre sens de la communauté émane de nos expériences communes. Beaucoup de nos ancêtres étaient des esclaves. Beaucoup de membres de nos familles encore en vie ont connu la ségrégation. En ce qui concerne la France, et de nombreux pays européens, les expériences d’Européens noirs, bien que similaires, ne sont pas identiques et ne sont pas partagés non plus.

De toute façon, il est difficile d’avoir un sens de la communauté quand on n’a même pas idée du nombre de descendants africains qui vivent dans le pays. Apparemment, les statistiques ethniques sont ‘constitutionnellement interdites’ en France.

Dans le cas des Afrofrançais, ils ne sont pas liés par la race ou les origines de leurs familles. Quand on est une femme noire originaire de la Guadeloupe, on se sent plus proche des populations antillaises que de celles d’Afrique de l’ouest. Pour être honnête, j’envie tellement les Afroeuropéens parce qu’ils savent d’où ils viennent exactement et ont même de la famille qui vivent encore dans ces pays. Je n’ai jamais eu aussi honte de ne pas connaître mes racines que depuis que je me suis installée en France. A chaque fois que je rencontre un Afrofrançais pour la première fois, la conversation ressemble à ça :

Eux : « Alors tu viens d’où ? »

Moi : « Je viens des Etats-Unis ! »

Eux : « Oui, je sais. Mais je veux dire, tu viens d’où, vraiment? »

Moi : « De Washington DC. »

Eux : « Je veux dire d’où est originaire ta famille. »

Moi : » Hum … Je ne sais pas ? Mes ancêtres étaient des esclaves donc … »

Eux : « ….. »

Moi : « ….. Enchantée ! »

En général, on croit que les Noirs vivant dans des pays majoritairement blancs n’en sont pas originaires. Les Afrofrançais peuvent être nés et avoir grandi à Paris sans jamais se sentir ou être perçus comme étant « Français ». De même, quand je rencontre des européens blancs, ils sont en général sceptiques concernant l’histoire de mes origines mais pour une autre raison. Comme j’ai la peau plus claire que la plupart des Afrofrançais, beaucoup pensent que je suis métisse. Pendant mon voyage en Italie, un italien m’a dit ‘vous êtes belle. J’adore les femmes mulâtres’, ça m’a vraiment dérangé car être noire et être belle ne sont pas des concepts qui s’opposent, mon ami ! Mais j’adore la déception qui se lit sur leur visage quand je leur réponds que je suis fièrement et indubitablement NOIRE à 100%.

Mais parlons de choses positives parce qu’il y en a pas mal. Que les Français noirs ne s’organisent pas de la même façon pour lutter contre les injustices, cela signifie pas qu’ils n’ont pas de discussions importantes à ce sujet. Le mouvement afroféministe a l’air d’avoir de l’ampleur ici. J’ai vu bon nombre d’articles, de vidéos sur Youtube, de tweets sur le sujet et j’ai même été invitée à des conférences organisées par des afroféministes qui parlaient de l’intéressante question d’équilibre entre race et genre.

J’ai rencontré tellement de femmes noires qui sont intelligentes, conscientes et drôles. Des femmes qui souhaitent être les porte-paroles de leur communauté. Des femmes artistes, poétesses et chanteuses. Des femmes belles à l’intérieur comme à l’extérieur. Des femmes qui écrivent. Des femmes qui ont du style. Des femmes qui ont un cursus universitaire. Des femmes qui veulent élever et donner plus de force à leurs soeurs. Des femmes qui veulent être vectrices de profonds changements dans leur société.

Alors ne négligez pas les Afro-européens; ils occupent une véritable place dans notre monde.

Je m’en voudrais de ne pas parler de la série Strolling de Cecile Emeke qui, pour dire vrai, m’a permis de découvrir des points de vue d’Afroeuropéens pour la première fois. Cecile Emeke est une femme britannique qui a brillamment filmé des personnes noires issues de la diaspora africaine. Le résultat ? Elle y défait l’idée d’une expérience générale pour tous les noirs en déroulant une série de témoignages singuliers et personnels. Emeke a filmé aux Pays-Bas, en Italie, en Jamaïque, et dans beaucoup d’autres pays et l’intérêt suscité par son concept a engendré une grande popularité sur Youtube. Bien sûr, on y entend les histoires bien connues de micro-agressions, de « respectability politics »*, et d’estime de soi. Mais on y parle aussi de santé mentale, d’orientation et d’expression sexuelle, de capitalisme, de véganisme, de réparations coloniales et de pléthores d’autres sujets que l’on entend peu souvent venant de la part de personnes noires.

Si ça vous intéresse, je vous conseill de regarder 3 des témoignages que j’ai le plus aimé : deux amies noires en France, un homme afroféministe venant du Royaume-Uni et une actrice noire à Londres.

Alors, qu’est-ce que c’est que d’être Noir en Europe ? Je répondrai la même chose qu’à quelqu’un qui demanderait ce que c’est que d’être Noir aux Etats-Unis : qu’il n’y a pas de réponse simple. La culture, les mentalités, les idées, les joies, les luttes des Noirs ne sont pas uniformes, elles sont diverses, ils sont nuancées, elles peuvent se rejoindre mais ne se confondent pas.

J’écris pour expliquer que l’expérience noire ne se résume pas à notre expérience personnelle. Je pense qu’il est important non seulement de discuter de ce que c’est que d’être Noir aux Etats-Unis mais aussi dans un contexte plus global. Et rappelons-nous qu’en tant que Noirs Américains, notre visibilité à travers le monde nous donnent un certain privilège. La prochaine fois que vous direz #BlackLivesMatter, regardez au-delà de l’Amérique du Nord. Quand vous penserez à la communauté noire, faites-vous violence et dépassez les limites de votre imaginaire.

Et si vous en avez la possibilité, voyagez, parlez aux gens, discutez de ces sujets. Vos yeux et votre esprit s’ouvriront bien plus que vous ne le croyez. »

*Idée selon laquelle des « minorités » ou autres groupes marginalisés doivent changer leur comportement pour être mieux considérés et traités par le groupe dominant

#Unjouruneactriceafrofrançaise #9 : Sara Martins

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un.e, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Sara Martins.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Sara Martins.

Sara Martins © JLPPA / Bestimage
Sara Martins © JLPPA / Bestimage

Sara Martins est née en 1977.

Elle est apparue dans Paris, je t’aime, le film choral de Cédric Klapisch en 2006, Mes Copines de Sylvie Aymé, la même année, aux côtés de Léa Seydoux, L’Heure d’été d’Olivier Assayas en 2007. Elle a joué dans Les petits mouchoirs de Guillaume Canet en 2010 ; elle incarnait l’amie lesbienne de Marie, incarnée par Marion Cotillard.

Au théâtre, où elle a débuté en 1995 dans Le Radeau de la Méduse, une pièce écrite et mise en scène de Roger Planchon ; elle a notamment joué dans Le Costume, la pièce du Sud-Africain Can Themba, mis en scène par Peter Brook en 2003. Elle était sur les planches dans Race, la pièce de David Mamet en 2012, aux côtés de Yvan Attal.

À la télé, après avoir joué dans Avocats et associés, Le Proc, Louis Page, Les Bleus, premiers pas dans la police, PJ, Pigalle La nuit, elle a tenu les rôles récurrents de Nora Abadie dans Détectives pour la saison 2013-2014 et du sergent Camille Bordey dans la série franco-britannique Meurtres au paradis de 2011 à 2015.
Elle sera également au casting de Meurtres à la Montagne Pelée, produite par France Zobda.

MILITANTISME – Les enfants adoptés : la cause de la militante afrodescendante Tauana Olivia Gomes Silva des Peaux Cibles

Tauana Gomes Silva
crédits : Tauana Gomes Silva
ENGAGEMENT- Qu’elleux s’expriment sur la toile ou organisent des manifs, pour l’environnement, contre le “blackface” ou la “misogynoir”, les Afrodescendant.e.s militent. Pour la première interview de ce format, L’Afro a parlé avec Tauana Olivia Gomes Silva, militante du collectif afroféministe rennais Les Peaux Cibles. 

Militer : vb. Agir, combattre pour ou contre quelqu’un, quelque chose. L’Afro va à la rencontre des Afrodescendant.e.s qui veulent voir changer le bout de leur rue ou du monde et inaugure sa série d’entretiens « Afro et engagé.e ». Aujourd’hui, c’est Tauana Olivia Gomes Silva, militante associative dans Les Peaux Cibles, un collectif afroféministe de Rennes qui s’exprime. 

Qui êtes-vous ? 

Tauana Olivia Gomes Silva, 31 ans, femme « métisse » noire, brésilienne, adoptée pendant l’enfance par une famille brésilienne, bisexuelle, immigrée, arrivée en France en janvier 2006 en tant que fille au pair, ancienne sans-papiers, étudiante, précaire. Je viens de la campagne brésilienne, d’une ville très connue d’où les personnes immigrent de manière illégale pour aller chercher du travail aux États-Unis.

J’ai choisi la France, où j’ai débarqué seule, avec quelques euros en poche pour étudier le français. À cette époque, je voyais ce pays comme celui des droits de l’homme par excellence, où tout était possible. J’avais un visa, mais je suis devenue clandestine après quelques mois sur place. Ma patronne n’a pas voulu signer mes papiers pour le renouvellement du récépissé de séjour. Pendant une période, j’ai donc travaillé chez elle en échange d’un toit et de la nourriture. J’ai rencontré un Français, avec qui je me suis mariée : notre union, dans laquelle il y a beaucoup d’amour et de soutien, tient toujours. J’ai eu ma carte de séjour et je suis retourné à l’université, où j’ai fait une licence et un master d’histoire. Je suis actuellement doctorante en histoire et travaille sur une thèse portant sur La participation politique des femmes noires dans les mouvements de gauche pendant la dictature militaire au Brésil (1964-1984).

Pour quelle cause militez-vous ?

Actuellement, je suis aussi engagée dans la lutte des enfants adoptés. Parler de l’adoption n’est pas très facile que les gens idéalisent beaucoup. Cette thématique est très importante pour moi car comme cela a été  le cas pour moi, la majorité des familles qui adoptent sont blanches et les enfants sont racisé.e.s. Les questions raciales commencent donc à la maison et les familles ne sont pas préparées à les gérer.

Depuis combien de temps vous militez ?

Depuis 2005.

Êtes-vous encarté.e ? Dans une association ? Dans une ONG ?  Sympathisant.e de mouvement ?  

Je fais partie des Peaux cibles- Collectif Afroféministe de Rennes.

Comment le vivent vos proches ?

Ils sont au Brésil et vivent très bien mon militantisme car c’est très courant chez moi. Les femmes noires brésiliennes sont mobilisées depuis la fin du XIX siècle. Ils sont aussi très fiers de moi ; que je fasse mon doctorat en France est très important pour eux. C’est un signe de réussite. Par contre, avec mes proches en France -ma belle-famille,  principalement-, on ne discute pas de ma vie de militante afro féministe.

Le moment fondateur qui vous a poussé à l’action ?

Mon retour du Brésil, où je rentre très régulièrement, en janvier 2015. En 2014 j’y ai retrouvé ma mère biologique, un frère donné aussi à l’adoption et un autre frère, décédé. Je suis toujours à la recherche de mon père biologique. Jusqu’en 2015, je ne voyais pas l’intérêt de militer ici, car je souhaitais rentrer au Brésil dans les plus brefs délais, mon séjour en France devant durer juste le temps de finir mes études dans mon esprit. Face à la grande mobilisation des femmes noires brésiliennes et mes 12 mois à leurs côtés, je suis retournée en France avec le désir de tourner mon militantisme vers le pays où je réside maintenant depuis 10 ans, une manière également de ne plus me sentir isolée en France.
Je souhaite toujours rentrer au Brésil, mais je me suis dit qu’il était temps de commencer à penser plus au pays où je me suis installée. En tant qu’immigrée, il m’a fallu pourtant neuf ans pour m’identifier avec les femmes noires « françaises ».

Quelles sont les réactions des gens lorsque vous leur révélez la cause pour laquelle vous militez ?

Avec les non racisé.e.s : C’est du communautarisme, du racisme anti-blanc, les races n’existent pas, on est tous humains, il y a des cons partout, tu es un peu parano…Heureusement, maintenant que je fais une thèse sur l’Histoire des femmes noires, j’arrive à avoir un peu plus de crédibilité. Cependant, il est toujours difficile de parler de la lutte contre la négrophobie en France.

Quel est votre mode d’action préféré ?

Les réunions, conférences, débats non-mixtes avec les différents mouvements afro-féministes en France.

Qu’est-ce qui, selon vous, empêche principalement votre cause d’avancer ?

Les discours français qui nient l’existence de la race et du racisme en France.

Une action qui a débouché sur quelque chose d’inattendu ?

La Marche des Femmes Noires Brésiliennes.

Une action particulièrement difficile à mener ?

Toute action où on doit parler de la race. Il est très difficile aussi de parler du vécu des immigrées, surtout quand on est immigré et non français. Pour beaucoup, il s’agit uniquement d’une histoire de papier, carte de séjour ou nationalité.

Le reproche qu’on vous fait souvent, lorsque vous parlez de la cause pour laquelle vous militez ?

C’est du communautarisme, du racisme anti-blanc, il n’existe pas les races, on est tous humains, il y a des cons partout, tu es un peu parano…

La chose positive qu’on vous dit souvent, lorsque vous parlez de la cause pour laquelle vous militez ?

Les blancs français, pas grand-chose !

Que représente le fait de militer pour vous ?

C’est ma vie, c’est appréhender mon histoire, préserver l’estime de soi, mon indépendance intellectuelle. C’est un moyen de comprendre les souffrances que j’ai endurées dûes à ma condition raciale et sociale, de nommer les choses.

Quelle initiative/action vous a marqué ? Pourquoi ?

La Marche du 31 octobre- Marche pour la dignité et contre le racisme. Les rassemblements des racisé.é.s font du bien. Tout ce qui est organisé par et pour nous. J’ai pu enfin être en contact avec d’autres militant.e.s racisé.é.s en France.

Une organisation/association que vous suivez de près et dont vous vous inspirez ?

En France, MWASI et Cases Rebelles.

Quel.le militant.e vous inspire ? Pourquoi ?

Toutes les militantes afro-féministes brésiliennes, Lélia Gonzales, Thereza Santos, Edna Roland, Arabela Pereira Madalena, Conceição Evaristo… Maintenant, comme cité ci-dessus, je commence à m’intéresser aux nombreuses militantes afro-féministes françaises. Pour beaucoup de ces femmes, vivre, survivre, dans ce monde raciste, sexiste, classiste, xénophobe etc c’est déjà de la résistance.

Pour suivre l’actualité des Peaux Cibles https://www.facebook.com/femmesnoiresrennes/