EVENEMENT – L’Afro x Le Hasard Ludique n°4 : de quoi R. Kelly est-il le nom ? ( vendredi 22 février)

EVENT – C’est le retour de nos soirées « Talk Live Party » ! Pour cette quatrième au Hasard Ludique et première de l’année 2019 qui aura lieu vendredi 22 février dès 20h, on parlera de l’affaire R. Kelly avant d’écouter un live de la chanteuse Jeannie pour finir sur la piste avec les Zouz Machine.

Vous pouvez prendre vos billets par ici.

Tarifs : 10€ de prévente/13€ sur place

Et voici le détail du programme.

TALK : de quoi R. Kelly est-il le nom ?

Teaser du documentaire Surviving R. Kelly

Il y a une vingtaine d’années, le chanteur, producteur et compositeur R Kelly s’est fait connaître pour autre chose que pour sa musique : ses relations avec des adolescentes, la plus connue étant la chanteuse Aaliyah. Mais cela va plus loin : découverte de vidéos et photos pédopornographiques qui mèneront à des procès entre fin 90 et les années 2000, accusations de manipulations sur des jeunes femmes similaires à celles que l’on peut porter à un gourou de secte … des accusations graves que le grand public semblait avoir oublié jusqu’à la diffusion en janvier dernier sur la chaîne américaine Lifetime du documentaire « Surviving R Kelly » réalisée par la journaliste Dream Hampton. Que retenir de cette affaire parfois mal comprise en France ? Vous avez peut-être du mal à suivre toute l’affaire, vous n’en avez peut-être pas du tout entendu parler, peut-être qu’elle vous révolte, ou qu’elle vous indiffère mais vous intéresse quand même ? Venez en parler avec la chercheuse Maboula Soumahoro, Essimi Mévégué, producteur, journaliste pour la chaîne Ubiznews et pour le magazine cinéma de Canal plus Afrique, Sindanu Kasongo, directeur des programmes chez BET France, auteur du blog Le Black et la plume, et Sarah Kouaka, rédactrice en cheffe du journal Negus.

LIVE : Jeannie

Jeannie
©Erin G. Wesley

La chanteuse fortement inspirée par le r&B des années 2000 nous avait enjailler peu de temps après la sortie de son premier EP Ninja en octobre dernier lors de notre soirée de rentrée. Pour celleux qui l’ont manqué ou qui souhaitent la revoir sur scène, ce sera l’occasion d’apprécier en live
les productions ciselées pour sa voix captivante qui lui permettent de s’exprimer avec conviction sur l’estime de soi, la séduction, les relations amoureuses et la singularité des femmes noires. En attendant, vous pouvez l’écouter ici.


PARTY : Zouz Machine

Zouz Machine
©Cyrill Durigon

Zouz Machine est un duo de DJ français composé de deux amies d’enfance parisiennes originaires de Caen. Elles débutent la musique par une formation classique, pourtant c’est le rap qui leur fera écumer toutes les clubs de la capitale. Leur rencontre avec Cuizinier (TTC) leur permet de découvrir l’univers du deejaying et c’est naturellement qu’elles passent derrière les platines. On les retrouve au Fantôme, au Wanderlust, à la Maison Sage, avec des sets rythmés de rap français, de grime, de dancehall et d’afropop, qui ne cessent d’évoluer vers des sonorités du monde entier. A découvrir ici.

Venez seul.e ou avec qui vous voulez 😉 !


Publicités

#Felafrica : 5 bonnes raisons d’aller à l’Art’Press Yourself festival

Chez L’Afro, nous sommes heureuses d’être partenaires du festival Art’Press Yourself, que nous suivons depuis sa première édition. On vous donne cinq raisons d’y aller cette année.

C’est reparti pour l’APY – pour Art’Press Yourself- ! Le festival afro de l’automne lance sa quatrième édition les  23 et 24 novembre 2018. Thème, intervenant.e.s, artistes… On vous dit pourquoi vous ne pouvez pas le rater cette année. 

Un rendez-vous renouvelé 

Cette année, l’événement prend un nouveau départ après trois éditions, où le concept Art’ Press Yourself mis en place par Laetitia N’Goto et sa team, a été éprouvé. Vous retrouverez toujours un marché de créatrices et créateurs mais attendez-vous à quelques changements. Le festival afro-urbain change de lieu. En 2017, il a eu lieu pour la dernière fois au Pan Piper dans le 11e arrondissement. Désormais, direction Pantin et les Magasins Généraux, où l’équipe organisatrice est désormais installée. Niveau durée, cette année, petit changement. Le festival s’étale, comme l’édition passée, sur deux soirées. Mais là où la fête s’arrêtait à 23h, pour celles et ceux qui prendront le pass week-end, vous pourrez aller faire la fête à la Cosy, enfin s’il reste des places. En deux ans, c’est devenu l’une des soirées les plus courues de Paris. Au programme c’est DJ sets afro et buffet à volonté.

Laetitia N'Goto (c) Demoizelle Coco
Laëtitia N’Goto par Demoizelle Coco

Une édition sous le signe de Fela 

Chaque année, la thématique du festival explore et relie les villes, déploie des atmosphères. Ainsi en 2016, Art’Press Festival faisait un pont entre Paris et la vibrante Johannesbourg, ou plaçait sa troisième édition sous l’égide de l’afrofuturisme. Direction le Nigéria de Fela Kuti, le génial musicien inventeur de l’afrobeat, pour cette quatrième édition. Ce sera l’occasion de revisiter son oeuvre et de se souvenir de l’homme engagé, du musicien novateur, au mode de vie discutable. Un hommage aux vingt-cinq femmes de l’artiste est prévu, durant ces deux jours de fête.

(Re)découvrir des talents
À côté de la trentaine d’exposant.e.s, vous pourrez retrouver Demoizelle Coco. Ses photos sont souvent le résultat d’installations originales et inspirées – se balader sur son Instagram vous donnera un petit aperçu de ce qu’elle sait faire- elle aura pour mission de vous immortaliser, relooké.e.s « à la Fela ». Un « artiste peaufineur » qui travaille le cuir et la peinture présentera ses oeuvres, principalement des masques : Alex Ganglò.

Alex Ganglo

Côté musique, vous pourrez entendre notamment Dani Bumba. À L’Afro, on a déjà eu la chance de l’accueillir pour un mini-concert lors de notre événement sur le traitement médiatique des Afrodescendant.e.s. Vous l’avez peut-être déjà vu à la Nouvelle Star, ou aux côtés de Camélia Jordana et d’autres artistes avec qui il collabore, ou encore sur le net, où il a pris l’habitude de distiller des covers poétiques et originales. Ne le ratez pas si vous ne l’avez jamais encore vu sur scène.

Préparez vos meilleurs pas : il y aura battle de danse ! 

Art’Press Yourself  ne serait pas complet sans représenter tous les arts : mode, musique, arts plastiques et même la danse. Pour la première fois, il y a aura une battle qui promet d’être l’un des moments les plus interactifs des deux jours de festival. Des danseuses et danseurs internationaux.ales seront là pour le « Fela battle dance contest ».

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FARTPRESSYOURSELF%2Fvideos%2F2223772037835345%2F&show_text=1&width=560

Vous pouvez y aller gratuitement 

Car on vous fait gagner des places ! Pour ça, il suffit de nous écrire sur lafrolesite@gmail.com avec dans l’objet « JE VEUX PARTICIPER A L’APY ». Mais vous pouvez toujours offrir des places à vos proches qui n’ont pas eu la chance d’en gagner en cliquant ici > http://bit.ly/billetterieAPYFEST2018

CINEMA – Cinq temps forts à ne pas manquer au FIFDA 2018

SEPTIEME ART – Le Festival International des Films de la Diaspora Africaine revient à Paris pour sa huitième édition. Au programme, une douzaine de projections de fictions et de documentaires, de France, des Etats-Unis ou du Cameroun sans oublier des tables rondes. Le tout démarre dès ce vendredi 7 septembre au cinéma CGR Paris Lilas. L’Afro vous propose sa sélection de moments à ne rater sous aucun prétexte.

(Re)voir Le Rêve Français 

Réalisé par Christian Faure, Le Rêve Français avait été diffusé sur France Télévisions en mars dernier. Avec Yann Gael et Aïssa Maïga dans les rôles principaux de ce téléfilm en deux parties qui évoque les révoltes de mai 67 en Guadeloupe violemment réprimées par l’Etat Français, le BUMIDOM, les désillusions qui ont suivi, traversant les décennies jusqu’aux années 2000.

La projection sera suivie d’un débat avec notamment la productrice France Zobda et l’actrice Firmine Richard.

Où ? Cinéma Saint-André des Arts, 30 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris

Quand ? Samedi 8 septembre à 14h

Découvrir Minga et la cuillère cassée, premier film d’animation 100% camerounais

Le festival est family friendly ; vous pourrez donc vous y rendre avec vos enfants, nièces, neveux, cousin.e.s, petit.es sœurs et frères pour regarder Minga et la cuillère cassée, premier long métrage d’animation réalisé au Cameroun par un enfant du pays, le réalisateur Claye Edou. Inspiré du conte populaire La cuillère cassée, le film raconte l’histoire de Minga, orpheline, chassée de la maison familiale par sa belle-mère pour avoir cassé une cuillère. Sur son chemin, elle fera toute sorte de rencontres, le tout sur fond de chant et de musique.

Où ? Cinéma Saint-André des Arts, 30 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris

Quand ? Dimanche 9 septembre à 14h

Echanger autour de Noire n’est pas mon métier 

La question de la place des comédiennes noires en France est un sujet prégnant depuis de nombreuses années. L’actrice Aïssa Maïga, a d’ailleurs décidé de diriger un ouvrage à ce sujet dans lequel elle s’exprime, ainsi que 15 autres comédiennes, paru en mai dernier. Trois des autrices seront présentes pour échanger avec le public : Firmine Richard, Mata Gabin et Sabine Pakora

Rendre hommage à Lorraine Hansberry avec le documentaire Sighting eyes/Feeling heart

Réalisée par l’américaine Tracy Heather Strain, professeure de cinéma, qui a remporté des prix pour son travail avec près de 30 ans de carrière au compteur, le film retrace la vie de la dramaturge Lorraine Hansberry. Connue avant tout pour sa pièce Un raison au soleil, elle était aussi une militante pour les droits civiques, décédée en 1965 à l’âge de 34 ans. Une exclu européenne.

Où ? Cinéma Saint-André des Arts, 30 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris

Quand ? Samedi 8 septembre à 20h30

Célébrer Jocelyne Béroard avec Jocelyne, Mi Tche Mwen de 

Le documentaire signé Maharaki sur la vie de la chanteuse et comédienne Jocelyne Béroard sera diffusée en clôture du festival … en sa présence ! Oui, la figure emblématique du groupe Kassav, instigateur du zouk, sera bien là pour la première parisienne. Comment rater ça …

Où ? Cinéma 7 Parnassiens, 98 boulevard de Montparnasse, 75014 Paris

Quand ? Dimanche 9 septembre à 20h15

Pour découvrir le reste du programme et réserver vos billets :

 le site internet du FIFDA

 la page Facebook du festival

Nkaliworks, Les Rdv SexCare, la sensation sud-africaine Faka… : toute la programmation du #FraîchesWomenFestival est là ;)

On est super contentes de vous annoncer la programmation du #FraîchesWomenFestival, qui aura lieu le 6 mai, de 13h à minuit.

Si vous voulez participer à tout l’événement – la journée d’ateliers, de discussions et la soirée de concerts- on a prévu un pass à 20€ au tarif plein.

Pour plus d’informations sur les tarifs -gratuité, tarifs réduits, duo etc- c’est ici : https://www.helloasso.com/associations/l-afro/evenements/fraiches-women-festival

Pour les tarifs de groupe, contactez-nous.

Les inscriptions aux ateliers sont ouvertes ! Il vous faut avoir pris vos billets pour le faire. Attention, les places sont limitées !

Le dimanche 6 mai, c’est la première édition du festival Fraîches Women. La programmation propose d’aller à la rencontre des artistes, activistes, citoyennes qui changent les choses, sans forcément faire beaucoup de bruit.

Cette première édition est en forme d’interrogation : « Libérée pour tout.e.s, la parole ? » elle est l’occasion de rappeler que la « libération de la parole » n’a pas commencé en octobre 2017 et les révélations autour de Weinstein. Cependant, il n’est pas sûr que ces paroles, plurielles, soient toutes entendues. Sans nul doute que c’est une véritable prise de conscience collective qui a eu lieu ; bref, il devient urgent d’écouter TOUTES les femmes et celleux qui s’identifient au genre féminin.



PROGRAMMATION 

12h : départ de la fanfare afro-féministe 30 Nuances de noir-es de la Mairie de Montreuil en direction de la Marbrerie

30 nuances de noires def

13h Lancement du festival avec la marraine Leïla Sy

Leïla Sy

 13h10-13h20 Parole de Fraîches Women par Lasseindra Ninja

Lasseindra Ninja est une figure
 majeure du voguing en France, qu’elle a contribué à imposer.
 Organisatrice de soirées – La Crème de la crème…-, l’artiste propose
 une réflexion autour de la question « Qu’est-ce qu’être une femme
 noire ? » Sourires et décalage garantis !

Lasseindra

 13h30-15h30 Discussion modérée par Vanessa Vertus, journaliste politique qui vit
 et travaille à Toulouse.

 « Féminismes en France : passé, présent et futur »

 De tous temps, les femmes, notamment non-blanches, se sont organisées pour faire valoir leurs droits en France, quand il ne s’agissait pas de les arracher.

 Non exhaustif niveau intervenantes, ce temps d’échange se propose d’en faire l’état des
 lieux, avec des actrices de différentes obédiences et de différentes
 générations, pour échanger entre elles.

 Les 45 minutes de la fin permettront au public de poser des questions
 aux intervenantes.

 Avec Gerty Dambury, autrice et militante, Estelle du collectif
 Afro-Fem, une membre du collectif Mwasi, Rebecca Amsellem des
 Glorieuses et Brigitte du Collectif Asiatique Décolonial.

 

 

15h30-15h45 Pause

 15h45-15h55 Parole de Fraîches Women avec Marie Dasylva 

Marie Dasylva, que vous connaissez sans doute pour son travail sur Nkali Works, est une énergie. Lors de ses ateliers -nous avions eu l’occasion de participer à l’un d’eux-, elle distille trucs et astuces pour mieux vivre micro-agressions et réflexions racistes au  travail. Un boulot d’ampleur, salué par des salles qui ne désemplissent pas et des sollicitations.

Marie Da Silva

Elle présentera « 300 secondes ou le refus de justifier son humanité », le nouvel outil qu’elle développe, en exclusivité devant un large public.

 https://www.facebook.com/nkaliworks/

 16h-18h Discussion autour de la question de l’intergénérationnalité modérée par Laurie Pezeron, fondatrice du READ! Club de lecture des auteurs afro

 « Comment transmettre la mémoire des luttes des femmes »

 Dans les luttes féministes, notamment afrodescendantes, difficile de ne pas avoir l’impression que les combats sont nouveaux.
 L’afroféminisme, par exemple, qui jouit d’une attention renouvelée, a une histoire en France, méconnue, mais la manière dont le mainstream s’en est emparé, donne le sentiment aux publics concernés que cette forme de lutte serait née de la dernière pluie.

 La question de la transmission est essentielle et nous souhaitons
 l’aborder, avec des activistes, des mères, des citoyennes.

 Avec Leïla Sy, la militante Assa Traoré et la comédienne, autrice, metteure en scène et Fraîche Woman édition 2017 Maroussia Pourpoint.

Assa Traoré def

Maroussia Pourpoint def

18h-18h10 Parole de Fraîches Women avec Grace Ly

Grace Ly, blogueuse food
franco-chinoise à l’initiative de la websérie Ca reste entre nous sur
la question asiatique en France nous proposera une introduction à sa
vision du militantisme en tant que femme asiatique ; il sera sans doute
question de minorité modèle et de nourriture 😉

lapetitebanane.com

En parallèle, nous proposons quatre ateliers pour échanger de manière
intimiste sur différentes thématiques.

SALLE 1

13h30-15h30 Les Rendez-Vous SexCare ou comment parler d’intimité pour
mieux la vivre et défaire les tabous. Avec ses animatrices Stella Tienbedreogo (psychologue et sexologue) et Audrey Warrington (militante afroféministe), il sera question des enjeux de pouvoir dans le couple.

Pour vous inscrire, il vous faut avoir pris vos places. Puis direction ce lien : http://bit.ly/inscription-atelier-RDVSexCare-Fraiches-Women-Festival

Attention : atelier limité à 10 places !

Audrey Warrington bis

Stella Tiendrebeogo def

https://www.facebook.com/lesrendezvoussexcare

16h15-18h15 littérature et représentation avec Mélody Thomas,
journaliste et co-auteure de la newsletter « What’s good ? » 

Si vous avez chopé vos entrées pour le festival, vous pouvez réserver votre place pour cet atelier. Les places sont limitées à 10 personnes !

Inscrivez-vous vite >> http://bit.ly/inscription-atelier-littérature-identité-fraiches-women-festival

https://www.facebook.com/whatsgoodnl/

SALLE 2

13h30-15h30 : ateliers journalisme
Coumba Kane travaille pour le Monde Afrique. Avec elle, vous pourrez
aborder la question du journalisme en général, et en particulier celle
du travail journalistique sur le continent.

Coumba Kane.png

Hortense Assaga, journaliste chez Africa 24, travaille entre la France, différents pays africains et où se trouvent leurs diasporas. Elle partagera son expérience du terrain.

#africaisnotacountry

Attention : entrées limitées ! Pour vous inscrire, c’est là: http://bit.ly/inscription-ateliers-journalisme-Fraiches-Women-Festival

16h15-18h15 « Se réapproprier l’intime » Avec les militantes Sharone
Omankoy et Axelle Jah Njiké
 

Une fois vos places achetées, vous pouvez remplir le formulaire pour y participer ici : http://bit.ly/inscription-atelier-réappropriation-intime-fraiches-women-festival

 

 

> https://lekitambalaagite.tumblr.com

>> www.parlonsplaisirfeminin.com

18h10 Clôture de la journée

18h30-20h15 Pause

20h15 Ouverture des portes pour les concerts

20h30-21h Sira Niamé est une chanteuse franco-malienne qui a grandi à
Montreuil. L’enfant de la ville proposera sa pop africana accompagnée
d’un joueur de n’goni.

Sira Niamé def

21h15-21h45 Kami Awori ; duo soul futuriste qui a fait la première
partie de la chanteuse canado-haïtienne Mélissa Laveaux lors de la
dernière édition du festival Les Femmes S’en Mêlent et qui tisse sa
toile sur la scène musicale.

Kami Awori def

22h-22h45 FAKA, le groupe sudafricain queer et genderfluide, dont les prestations artistiques anthologiques commencent à faire parler d’elles, se produit pour la première fois en France et propose un concert aux sonorités gqom. Performance artistique de folie garantie !!

 

23h-minuit Cheetah (DJ set)

Marina Wilson aka Cheetah nous ambiancera entre hip-hop, baile funk, dancehall, afrobeat et nous surprendra avec des remixes dénichées sur la toile et qu’elle affectionne particulièrement.

Cheetah def

Tout au long de la journée, retrouvez les expositions artistiques de la photographe Noëlla L et de l’artiste Estelle Prudent.

Estelle Prudent def

Noëlla L def

L’Afro a besoin de vous pour le Fraîches Women Festival !

Vous le savez, on est en plein dans la préparation du Fraîches Women Festival.

On vous l’a annoncé en janvier dernier. Entre temps, on a créé une page Facebook dédiée, Fraîches Women Festival -@fwfxLafro si vous voulez la retrouver en tapant dans la barre de recherche- et on a même annoncé la date et le lieu à noter dans vos agendas : le dimanche 6 mai à La Marbrerie à Montreuil.

Nous avons pris l’habitude de lister et de suivre régulièrement des initiatives, événements afro ou de projets dans lesquels des afrodescendant.e.s sont impliqué.e.s. De belles idées qui ne prennent pas vie faute de moyens, il en existe beaucoup. Des propositions innovantes qui peuvent trouver leur public aussi.

C’est ainsi que nous avons assisté, piquées par la curiosité, intéressées, émues même aux collectes qui ont contribué à ce que des projets comme le guide Little Africa écrit par Jacqueline Ngo Mpii, Ouvrir La Voix, le documentaire d’Amandine Gay ou contribueront à ce que Negus Junior, la déclinaison enfant du journal du même nom, et plein d’autres projets voient le jour.

Afin que cette nouvelle grande aventure, celle du festival, qui sera votre festival, puisse devenir réalité, nous allons avoir besoin de votre soutien. C’est pourquoi nous avons décidé de lancer une campagne de crowdfunding.

S’il y a beaucoup de frais que nous assumons grâce à nos fonds propres et/ou grâce aux recettes générées par les entrées de nos récents événements -on vous remercie d’ailleurs d’être toujours plus nombreux.se.s !!-, le coût total du festival dépasse ce que nous nous pouvons financer pour cette fois.

A l’heure où nous vous écrivons, il reste 9 jours pour réunir encore près de 3000 euros. Soit la moitié de ce que nous avons réussi à collecter auprès de nos proches, ami.e.s, consœur.frère.s -car oui, entre journalistes, et spécialement entre afrodescendant.e.s, une belle solidarité existe !-.

Le but, c’est que cette première édition fasse place à un événement pérenne et annuel.

Pour contribuer, plusieurs options. Vous pouvez évidemment donner et nous permettre de boucler le budget. À partir d’un certain montant, vos places pour assister au festival sont incluses !

Vous pouvez aussi participer en groupe car certaines contreparties sont pensées pour plusieurs personnes !

Enfin, si vous ne pouvez pas faire un don, n’hésitez pas à partager la cagnotte autour de vous et si vous comptez acheter vos places, sachez que la billetterie est déjà ouverte !

Pour tous les autres, un petit mot inbox sur Twitter, Instagram ou Facebook, dans les événements où on se croise, ça fait toujours plaisir !

Le lien vers la campagne de crowdfundinghttp://bit.ly/FWFbyLafrocrowdfunding

Le lien vers la billetterie du festivalhttp://bit.ly/FWFbyLafrobilletterie

Quelque soit l’option que vous choisirez, nous tenons à vous témoigner notre reconnaissance, car depuis deux ans, on en a fait du chemin et le fait que ce que nous organisons, écrivons, continue de vous intéresser nous ravit !

On se voit le 6 mai au #FWFbyLafro !!!