« Marianne et le Garçon noir », « Comme un million de papillons noirs » … sélection littéraire 2017 pour petits et grands

LITTERATURE – Fictions, essais, livres jeunesse, l’année 2017 aura été riche en productions littéraires. Parmi la longue liste de parutions en librairie, certains ont particulièrement retenu notre attention. L’Afro vous propose donc une sélection d’ouvrages pour les adultes mais aussi pour les enfants.

Marianne et le Garçon noir dirigé par Léonora Miano

marianne-et-le-garcon-noir-9782720215599_0

(Paru le 20 septembre)

A la suite d’une tribune parue fin août 2016 dans le journal Libération pour demander justice après la mort aux mains de la police d’Adama Traoré, l’écrivaine a décidé de faire appel à des artistes, des chercheur.se.s et des activistes pour parler des expériences des hommes noirs dans la société française. Parmi les contributeur.ice.s, l’historien militant Amzat Boukari, le comédien Yann Gael , ou encore les artistes Akua Naru et Elom 20ce.

Léonora Miano présentera cet ouvrage accompagné de plusieurs contributeur.ice.s, jeudi 21 septembre au MC93 à Bobigny. Pour connaître les prochaines rencontres qui se tiendront dans plusieurs villes françaises, c’est par ici.

Double vague, le nouveau souffle du cinéma français de Claire Diao

Double-vague

(Paru le 18 mai)

Il s’agit du premier livre de la journaliste spécialiste cinéma, résultat de 10 ans de travail. Celle qui parle du septième art en Afrique sur Courrier International et chroniquait au Bondy Blog propose dans cet ouvrage un état des lieux de l’industrie cinématographique française en laissant la parole à des réalisateur.ice.s et comédien.ne.s aux backgrounds et parcours divers (JP Zadi, Alice Diop, Cédric Ido, …) , hors du sempiternel milieu bourgeois et parisien.

Claire Diao vous donne par ailleurs rendez-vous au MK2 Beaubourg à Paris le mercredi 26 septembre à 20h pour le lancement de la quatrième saison de Quartiers Lointains , cycle de courts métrages itinérants entre Nord et Sud dont elle est la fondatrice et dont nous sommes partenaire cette année.

5 films africains sur le thème de la justice seront diffusés.

Neïba je-sais-tout (ou presque) Tu sais garder un secret ? de Madina Guissé

Madina_JeSaisTout_couv_V023

(Paru le 16 juin)

Neïba, petite fille à la langue bien pendue, doit apprendre à savoir garder un secret. Ce livre drôle et touchant, mis en images par Lyly Blabla, a en plus le mérite de mettre en avant des personnages noirs pour un public d’enfants, à l’heure où la représentation de ces derniers se fait rares et avec bien trop de clichés.

Comme un million de papillons noirs de Laura Nsafou

21369568_1647472351987170_8159911731827521682_n

(Date de parution inconnue)

L’auteure et militante, aussi connue sur la toile sous le nom de Mrs Roots, s’est demandée où étaient les héroïnes noires auxquelles les jeunes filles peuvent s’identifier et qui leur permettent d’aimer leurs cheveux ? Elle a donc décidé de lancer une campagne de financement participatif, finalisée avec succès.

L’ouvrage, une belle initiative illustrée par Barbara Brun, est d’ores et déjà prêt mais aucune date de parution n’a été communiquée pour le moment. On reste en alerte.

 

Publicités

Afrikanista, La Machine Avalée… : notre sélection du meilleur à ne pas rater au Black Movies Summer !

Black Movies Summer n’est pas seulement LE festival estival du cinéma afro à Paris depuis près de huit ans. C’est aussi le moment de l’année où on peut découvrir des nouveautés car les afrodescendant.e.s de France . L’Afro a sélectionné trois temps forts à ne pas rater.

Pourquoi aller, une fois de plus,  au Black Movies Summer, dont le visuel est aussi beau et alléchant que le programme cette année ? Pour la nouvelle configuration de l’événement, concentré sur tous les week-ends du mois d’août dès le 5 au 88, la friche de la Bellevilloise. Pour le talent des organisatrices, défricheuses dans tous les domaines -ciné, musique, mode…- mais pas que. 

Pour trouver les nouveaux t-shirts en exclusivité d’Afrikanista

On ne vous présente plus Afrikanista alias Aïssé N’Diaye, dont on adore les t-shirts sérigraphiés, destinés aussi bien à être portés qu’à être lus. Pour sa nouvelle collection, elle continue d’articuler la mode et des questionnements identitaires panafricains, elle qui est née en France de parents mauritaniens et a grandi en cité. Cette fois, elle a fait cap sur le Sénégal. Avril 2016, elle découvre Roger Da Silva, photographe béninois installé toute sa vie au Sénégal. Alors qu’on ne parle souvent que de Seydou Keïta ou encore Malick Sidibé, il est aussi l’un des témoins qui a fixé l’histoire urbaine sur argentique. Dans son studio du quartier de Gueule Tapée, Roger Da Silva qui était aussi danseur de claquettes et comédien a aussi bien pris des Dakarois.e.s anonymes ou de la haute société que des figures du show business de l’époque, comme Miles Davis, Louis Armstrong ou encore Juliette Gréco.
Aïssé, passionnée de photographie africaine vintage comme en témoigne une précédente collection, débarque dans la capitale en septembre 2016, déterminée à faire connaître le travail du photographe à travers le sien. La collaboration est lancée avec l’association Xaritufoto – les ami.e.s de la photo en wolof-, créée par le fils de l’artiste, Luc Da Silva ; cette dernière se donne pour mission de promouvoir le patrimoine photographique africain et d’encadrer, d’accompagner les photographes actuels.

 

Une série de quatre t-shirts voient le jour, où la question de la double identité -africaine et française est au coeur de son discours. Avec des noms comme Mariama, référence à la Marianne nationale ou Kissima, qui fait référence aux combattants engagés dans l’armée française, qui sont ensuite rentrés chez eux sans honneurs, ni place dans les livres d’histoire.  Vous pourrez vous procurer uniquement tous les week-ends lors de la Black Movies Summer. S’ils vous plaisent, n’hésitez pas trop : les t-shirts sont en édition limitée 😉

A LIRE AUSSI : Notre portrait d’AÏSSE N’DIAYE , la créatrice derrière AFRIKANISTA, à retrouver ci-dessous en cliquant sur l’image

Afrikanista

Pour voir La Machine avalée, le film de Stéphane Gérard

« Elle avalé, la machine avalé ». Si comme à nous, cette chanson de Dorothée , c’était surtout un pan de votre enfance et un gros malaise, le film de Stéphane Gérard, disponible gratuitement entre le 5 et le 27 août, soit tout au long du festival, rappelle la charge de clichés coloniaux qu’elle charri(ait)e allègrement. « Je suis un peu plus jeune que la génération Dorothée, donc très petit quand elle passait à la télé. Par contre, j’avais des cassettes vidéo de ses clips et concerts et j’adorais ça. Mon souvenir de cette période avec tous les chœurs noirs est en fait plutôt joyeux : c’était une des rares présences noires de mon environnement », nous a-t-il confié par mail.

Dorothée et le mythe du cannibale

Ete 2014, la chanson lui revient en mémoire et déclenche l’envie de faire un film qui s’ouvre par l’énigmatique et entêtante phrase taguée « Même ces deux frères ont aimé le club Dorothée ». 2014 est aussi l’année où Exhibit B mobilise les afrodescendant.e.s ; La Machine avalée questionne les images qu’on donne à voir aux noir.e.s de France,  ce bain culturel, qui de la publicité -Bamboula, Danette, Vahiné…- à l’Art avec un grand A, les montre les plus souvent habitant.e.s de la jungle et prisonnier.e.s de l’imaginaire colonial français. « Le fait de les revoir et de réaliser tout le bagage historique qu’ils amenaient avec eux, c’était violent pour moi aussi », a indiqué Stéphane Gérard. Quinze minutes implacables qui devraient faire réfléchir les publicitaires et autres programmateur.ice.s des institutions culturelles…

Pour faire l’atelier avec NOUMBISSI DESIGN

On avait craqué sur les poupées de Simon Noumbissi, designer d’objets de bien-être inspirants et innovants. Loin d’être des jouets, ses bonnes femmes en coton étaient un mélange du meilleur du Japon et du Ghana. Après avoir proposé des enceintes made in Cameroun, financées par crowdfunding, Simon propose cette fois un atelier d’origami pour ce premier week-end de Black Movies Entertainment. Le thème du 5 au 6 c’est Rois et Reines d’Afrique : let us be !

Vous pouvez aussi (re)voir Les Misérables de Ladj Ly, qui nous avait parlé en exclusivité par , apprendre à piloter un drone (!!) pour vos prochains tournages de clips ou de vidéos de mariages -sait-on jamais- ou écouter le set énergique et forcément trap de la DJ parisienne Andy 4000 qu’on avait interviewée également ici ! Plus d’infos par ici : festivalblackmoviesummer.com

#unjourunacteurafrofrançais #41 : Alassane Diong

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Alassane Diong.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, les artistes s’affairent dans les écoles de formation, les bureaux de casting, sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, comme d’autres avant nous, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où /quand on peut les voir.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, les productions marquantes dans lesquelles ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Alassane Diong.


On a vu principalement Alassane Diong à la télévision et au cinéma.

En 2016, il a joué dans la série Héroïnes d’Audrey Estrougo et dans la saison 2 des Grands, aux côtés de Rébecca Chaillon, à venir sur OCS.

En 2017, il sera à l’affiche de pas moins de trois films, dont Sous le même toit, réalisé par l’ex-Nul Dominique Farrugia, Fleuve Noir d’Erick Zonca et de 25 novembre 2007.
Ce film, réalisé par Jean-Luc Baptiste et d’Aziza Sadky est une fiction au coeur des révoltes urbaines, et comment elles touchent différents protagonistes, du corps policier aux habitant.e.s.  Le sous-titre de 25 novembre 2007 : Le Silence n’est pas un oubli. On en reparlera pour sûr !

(Crédits photo : Julien Torres )

#unjourunacteurafrofrançais #39 : Ahmed Sylla

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Ahmed Sylla.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Ahmed Sylla.

Ahmed Sylla est né en 1990.

Le comédien se fait remarquer  à la télévision dans l’émission On ne demande qu’à en rire où il présente des sketchs de 2011 à 2013. Sur petit écran, il apparaît dans des épisodes de la série Alice Nevers, le juge est une femme (entre 2013 et 2015).

En 2012, il présente son premier one-man show, À mes délires suivi trois ans plus tard, de son second spectacle, Ahmed avec un grand a.

Ahmed Sylla fait ses premiers pas au cinéma dans le film Goal of the dead de Thierry Poiraud, aux côtés d’Alban Lenoir,  Charlie Bruneau et Tiphaine Daviot en 2014. Il tient cette année le rôle principal L’Ascension de Ludovic Bernard, inspiré de l’histoire vraie du journaliste Nadir Dendoune qui a gravi l’Everest, relaté dans son livre Un tocard sur le toit du monde. 

Il est actuellement sur le tournage de la comédie Christ-off de Pierre Dudan, avec Philippe Latreau, Élodie Fontan et Bernard Le Coq.

(Crédits photo : Alun[be] photography)

DEBAT -« Le traitement des afro-descendant.e.s dans l’espace médiatique est-il acceptable », une question rhétorique ?

Lundi 20 février, nous organisions une rencontre autour du traitement médiatique des Afrodescendant.e.s. Il s’agissait de parler dans le contexte actuel -mobilisation pour le changement de nom du Bal Nègre, violences policières à l’encontre de Théo Luhaka, de la manière dont on parle d’elleux dans les médias, et dont illes existent. Bref, quels mots sont employés et comment ils giflent parfois la dignité des concerné.e.s en émeuvant à peine. On avait ouvert l’année 2016 avec Leïla Sy. On devait organiser ce premier événement de l’année 2017 depuis un moment et on a décidé de parler du traitement médiatique des Afrodescendant.e.s avec des lecteur.ice.s.

Rencontre-débat du 20 février 2017 sur le traitement médiatique des Afrodescendant.e.s crédits Aboubacar Naby Camara
Rencontre-débat du 20 février 2017 sur le traitement médiatique des Afrodescendant.e.s crédits Aboubacar Naby Camara

Là, un syndicaliste relativise l’usage du mot “bamboula” à la télé, soutenu par un ancien magistrat, ici c’est un homme qui appelle un cabaret « bal nègre », arguant de l’histoire, alors qu’il ne s’était jamais nommé ainsi officiellement. Les afrodescendant.e.s seraient des victimes qui se plaignent tout le temps d’attaques. Or, la sortie de Luc Poignant, le 9 février, parlant de « bamboula » a été jugé inadmissible et raciste, condamné notamment par le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, sauf pour l’ex-procureur Philippe Bilger qui a parlé d’un mot “presque affectueux ».

Nous voulions savoir si nous avions progressé depuis 2010 et la phrase de Guerlain sur « les nègres fainéants » point de départ d’une mobilisation militante sans précédent. La réponse n’est pas évidente…

Face à Luc Poignant, il y avait Caroline Roux. La journaliste de France 5 a réagi de suite, tout en laissant sur le même plan une injure raciste et une insulte (“enculé de flic”) et ce, 7 ans après une scène similaire entre Elise Lucet et Jean-Paul Guerlain.

Personne n’a oublié la sortie offensive et raciste du parfumeur au JT de 13h que présentait alors Elise Lucet : il doutait au calme que « les nègres aient jamais travaillé »

Elle n’avait pas su/pu lui répondre et s’en était excusée par la suite.

Nous voulions savoir si nous avions progressé depuis 2010 et cette phrase, point de départ d’une mobilisation sans précédent de la Brigade Anti-Négrophobie, née à ce moment-là, des Indivisibles portée par Rokhaya Diallo à l’époque et qui a conduit à la condamnation du parfumeur ?

Nous avions organisé trois mini-débats. Le premier échange permettait de mettre en contexte le terme « nègre » et toute son histoire complexe, d’injure raciste et condescendante à la réappropriation, notamment littéraire et poétique. Qu’y met-on derrière ? Les journalistes Sindanu Kasongo, animateur du blog Le Black et la plume et  Samba Doucouré, ont pu analysé le mot dans le rap français, un de leur champ d’écriture privilégié. 

Rencontre-débat du 20 février 2017 sur le traitement médiatique des Afrodescendant.e.s crédits Aboubacar Naby Camara
De g. à d. : les journalistes Samba Doucouré, Sindanu Kasongo et Adiaratou Diarrassouba, de L’Afro Rencontre-débat du 20 février 2017 sur le traitement médiatique des Afrodescendant.e.s
crédits Aboubacar Naby Camara

Pour le deuxième échange, on s’est fixé sur l’affaire du “bal nègre”, de l’annonce de la réouverture du lieu, dont l’histoire est mal connue, à la mobilisation qui a suivi et sur la couverture médiatique. Nous avions convié la militante Magali Fontaine, à l’origine du collectif BLM France – Les vies des Noir.e.s comptent et Ghyslain Vedeux, chargé des relations police-société civile du CRAN. Ce qui nous a particulièrement intéressé, c’est de voir qu’à part les institutions visibles, reconnaissables, notamment le CRAN, alors même que les afrodescendant.e.s ont quand même permis de faire savoir ce qui se passait au 33 de la rue Blomet, à aucun moment elles/ils ne sont clairement mentionné.e.s. 

Rencontre-débat du 20 février 2017 sur le traitement médiatique des Afrodescendant.e.s
Rencontre-débat du 20 février 2017 sur le traitement médiatique des Afrodescendant.e.s

Dans l’article du  Mondeilles sont les « initiateurs d’une pétition », dans celui du Parisien, en date du 8, qui rejette la polémique en bas de l’article dans un encadré qu’on doit aller chercher et à côté duquel on peut passer, et prend clairement le parti de Guillaume Cornut, ce sont des dizaines de personnes. L’article du même jour de 20minutes montre les visages des manifestant.e.s à travers une photo tirée d’un tweet du compte Vivre à Paris, mais idem, sans prendre la peine de dénominer les organisations présentes ; et distigant une fois de plus le CRAN.

Alors même que les Afrodescendant.e.s sont dans l’action, font l’actualité, on ne le retient qu’à peine.

Surtout, on prend avec des pincettes le fait que l’afrodescendant qu’on n’ose pas nommer ne soit pas d’accord avec le fait de baptiser ce lieu Bal Nègre.

Soudain, un cri.

Dani Bumba avait fait le déplacement. Le chanteur a proposé quelques chansons, dont un titre inspiré d’un contrôle policier malheureux avec son fils. 

S’il a ce titre en stock, qui coïncide avec un moment de sa vie et avec l’actualité, Dani Bumba a un univers musical marqué par la poésie ; il a d’ailleurs récité un poème pour conclure son set.

Rencontre-débat du 20 février 2017 sur le traitement médiatique des Afrodescendant.e.s crédits Aboubacar Naby Camara
Rencontre-débat du 20 février 2017 sur le traitement médiatique des Afrodescendant.e.s crédits Aboubacar Naby Camara Rencontre-débat du 20 février 2017 sur le traitement médiatique des Afrodescendant.e.s crédits Aboubacar Naby Camara

Nous avons terminé la conversation par un échange autour du mot « bamboula. » Entre autres échanges, le public s’est accordé pour dire que le mot n’avait pas la même force que le mot « nègre », et qu’il n’était pas question de se le réapproprier.

 

Qu’on se le dise, illes ne sont pas bamboula.