Interview – Susana Pilar, artiste cubaine : « quand des aîné.es décèdent, une partie de l’histoire s’en va aussi »

ENTRETIEN – Susana Pilar est une artiste cubaine présente pour la première fois en France et ce dans le cadre de AKAA Fair  au Carreau du Temple jusque dimanche 11 novembre. Elle y expose des photographies issues des archives de sa famille dont elle tente de reconstituer l’histoire, de l’esclavage à nos jours.

Comment décririez-vous votre travail ?

Je dirais qu’il est divers mais que ce que l’on retrouve dans l’ensemble, ce sont les performances. J’utilise différents médias : la photographie, des installations sonores, des vidéos … je les choisis en fonction de ce que je veux dire à un instant T.
Mon travail traite des violences faites aux femmes, du racisme, de la migration, les limites de l’être humain, de l’histoire ou de l’absence d’histoire pour les afrodescendant.es et la communauté chinoise en rapport avec mon histoire familiale. Car les histoires de ces populations ne sont pas assez racontées.

Vous évoquez « l’absence d’histoire » concernant votre famille. Où allez-vous chercher vos informations à ce sujet ?

Je consulte les archives cubaines. En général quand on trouve des informations historiques concernant les noir.es, ce sont des choses négatives, liées à l’esclavage, souvent venant des documents en relation avec des esclavagistes. Je pose également des questions aux membres de ma famille. Mais des élements restent manquants et j’utilise mon art et mon imagination pour combler ces vides ; il y avait quelque chose, je préfère donc faire une proposition plutôt que de me dire qu’il n’y avait rien à ces endroits-là.

Qu’avez-vous découvert jusqu’ici ?

Dans le cas de mon arrière-arrière-grand-mère du côté de ma mère, elle a élevé six enfants et est décédée très jeune. C’est ensuite mon arrière-arrière-grand-père qui s’est occupé des enfants. Il était argentier. Ma grand-mère maternelle était une mère célibataire qui a élevé 6 enfants et avait un tas de petits boulots pour subvenir à leurs besoins car elle n’avait aucun soutien financier de la part de mon grand-père. Pour résumer, ils se débrouillaient comme iels pouvaient pour permettre aux génerations suivantes de faire des études et avoir des vies meilleures.

Du côté de mon père, on retrouve beaucoup de professeurs car c’était le métier le plus respectable pour un Noir.e à l’époque. Je suis aussi tombée sur des documents au sujet de ma grand-mère paternelle , apparemment, elle étudiait la musique mais personne n’en a jamais parlé. Peut-être qu’un.e Noir.e prenant cette voie était mal vue et qu’on ne l’a pas laissé poursuivre. C’est une théorie, je continue donc mes recherches pour en savoir plus.

Vous disiez plus tôt avoir des origines africaines et chinoises. Pouvez-vous en dire plus à ce sujet ?

Les esclaves de ma famille étaient de la Sierra Leone et du Congo. En ce qui concerne mes ancêtres chinois, toujours du côté de ma mère, ils viennent de la région du Canton. Les Chinois sont arrivés en bateau pensant qu’ils allaient aux États-Unis dans le but de travailler mais se retrouvaient finalement à Cuba et étaient aussi mal traités que les esclaves. C’est pourquoi beaucoup de familles ayant ces deux héritages.

Susana Pilar (source photo : Galleria Continua)

Quand vous êtes-vous lancée dans ces recherches ?

Il y a quatre ou cinq ans.
Ma grand-mère me montrait souvent une image de sa mère sans m’en dire plus. Cela a réveillé ma curiosité. Quand je les interroge, je me rends compte que certain.es ont des versions différentes des mêmes histoires. Quand des aîné.es n’ont plus toute leur tête parce qu’iels sont trop vie.ux.illes ou quand iels meurent, une partie de l’histoire s’en va aussi. Ce n’est pas valable que pour ma famille. On peut en dire autant de Cuba, du Brésil, du Costa Rica, des États-Unis.
Les esclavagistes consideraient que les histoires de ces personnes n’étaient pas si importante donc on n’ecrivait rien à leur sujet. Ils séparaient les familles et melangeaient des personnes venant de régions différentes pour qu’elles ne puissent pas communiquer, ne parlant pas forcément la même langue.

J’ai également une cousine, Martha, qui écrit un livre pour documenter l’histoire de notre famille. J’aimerais travailler avec elle là-dessus.

Avez-vous déjà montré cette partie de votre travail, mettant en scène les photos de femmes de votre famille issues des archives familiales, à Cuba ?

Non pas encore. Je l’ai montré à Venise en plus d’avoir fait une performance où je tirais un bateau attaché à ma taille, une métaphore de l’héritage que je porte.

Comment a réagi votre famille quand vous avez entrepris ces démarches ?

Je pense qu’iels sont content.es voire reconnaissant.es, particulièrement les plus âgé.es qui peuvent transmettre ce qu’iels savent.

Quel.les sont les artistes qui vous inspirent ?

Ana Mendieta, artiste cubaine-américaine décédée en 1985 qui travaillait autour des femmes et du rituel.

Un mot de la fin ?

Beaucoup de femmes devaient être à la fois mère et père à la fois, comme ce fut le cas de ma mère et de ma grand-mère. Pour moi, elles sont des exemples à suivre. Elles sont mes piliers.

Publicités

Portrait – Djeneba Aduayom ou l’art de la photographie empathique

L’ex-danseuse et désormais photographe franco-togolaise basée à Los Angeles Djeneba Aduayom expose pour la première fois cette année à la Foire d’art contemporain africain AKAA au Carreau du Temple. Elle y présente des pièces de sa série « Capsulated » du 9 au 11 novembre . Portrait d’une artiste introvertie en quête de l’humain.
Avec la photographe Djeneba Aduayom, il faut du mouvement ! Pas étonnant quand on sait qu’avant de dégainer un Canon 5D, elle a suivi une carrière de danseuse, auprès de Prince, Tina Turner, Robbie Williams … jusqu’à ce qu’une opération de la hanche et du genou suite à une grave blessure l’oblige à envisager une reconversion professionnelle. Elle a cependant encore besoin que ça bouge. C’est à ce moment-là qu’elle se met à la photo. Et plus elle shoote, plus elle y prend goût. « Je cherchais quelque chose qui me passionne autant que la danse. Comme j’avais fait de l’architecture d’intérieur, je pensais que ce serait ma carrière numéro 2 mais quand j’ai découvert la photographie, ça m’a mis dans une espèce d’émotion … j’ai donc pris toutes mes économies et j’ai acheté un appareil photo et de belles lentilles. » L’aventure photographique débute il y a 9 ans.
Le mot d’ordre de Djeneba, photographe autodidacte ? La discipline.
A l’âge de six ans, alors que sa famille vit au Togo, elle exprime un voeu clair, net et précis : elle sera danseuse internationale ! Ses parents l’inscrivent à des cours de danse classique. Elle poursuit son apprentissage lorsque sa famille s’installe à Paris quelques années plus tard et toujours plus exigeante, elle réclame une formation d’un niveau supérieur. La voilà inscrite au Lycée Racine option danse. A l’âge de 16 ans, elle s’envole seule vers les Etats-Unis effectuer un stage à New-York. Elle travaille par la suite avec des compagnies de danse dont celle d’Alvin Ailey pour un ballet avant de rentrer dans le monde commercial auprès de grandes stars, des clips vidéos aux tournées internationales. « Des moments exceptionnels ! »
Pour l’amour du mouvement oui, mais pas à n’importe quel prix. Pas de place pour le désordre, il se doit d’être sensé car dans chaque cliché, il y a une intention. D’où la recherche parfois du « mouvement calme » où les modèles ne sont pas nécessairement en train de bouger mais où il y a ce qu’elle appelle « une respiration dans la personne ». « Je suis intéressée par le fait d’extraire des couches d’humanité, des couches d’émotions de l’intérieur d’une personne plutôt que de les faire poser ou de leur faire faire des mouvements qui n’ont ni queue ni tête. » Bienvenue dans la « poésie visuelle » de Djeneba Aduayom.
the-arrival-by-djeneba-aduayom
« The arrival » de Djeneba Aduayom (Source photo : Galerie Number 8)
Elle s’est notamment fait remarquer pour sa série « Capsulated », publiée sur le site de Vogue Italia en avril dernier. « Le projet est né d’un mix entre mon expérience personnelle et celles des modèles. Je suis très timide même si on ne dirait pas. Faire un show sur une scène devant 60 000 personnes, ce n’est pas un problème pour moi, la scène étant comme une bulle mais danser en boîte, j’en suis incapable ! Etant en plus une artiste et un peu dyslexique, il m’arrive d’avoir l’impression d’être mal comprise. J’ai du apprendre à m’exprimer. J’ai donc souvent eu l’impression d’être dans une bulle. J’ai également rencontré des personnes rejetées de par leur couleur de peau, qu’elles soient foncées de peau, atteinte de dépigmentation ou d’albinisme. Parfois, cela provoque une tristesse chez elles. Il était également pour moi qu’elles soient dégenrées et que le public en posant leurs yeux sur les photos, entre dans cet univers, en apprécie la beauté, sans voir le genre et la couleur du modèle. »
Représentée par Galerie Number 8 qui se focalise « sur l’esthétique noire et la diversité dans la photographie et les techniques mixtes », Djeneba est la fille d’une mère franco-italienne et d’un père togolais. « Je suis à la fois blanche et à la fois noire. Mes modèles le sont aussi. J’ai la chance d’être métisse et de savoir parfaitement qui je suis ».
La photographie est avant tout pour elle une affaire de rencontres et de ressentis. Le choix de ses sujets se fait au coup de coeur ; « je ne suis pas attirée par les personnes qui sont belles et qui n’ont rien à donner mais plutôt par celles qui ont quelque chose dans leurs yeux que je ne peux pas ignorer. Etant empathique, je ressens assez facilement ce qu’une personne peut porter comme émotion sans forcément qu’elle le sache. » La bienveillance et la délicatesse sont palpables dans ses clichés. Elle se félicite d’ailleurs de réussir à capter une partie de leur émotion dont ils n’ont parfois pas conscience.
Basée à Los Angeles depuis 2009, l’artiste n’a pas fini de faire parler d’elle. Elle a été commissionnée par Time Magazine pour l’édition de décembre, chargée de réaliser une série de photos avec une sélection d’artistes choisies par Ava Duvernay qui en sera la guest editor. Elle a également prévu de s’essayer à l’autoportrait, un véritable challenge pour l’introvertie qu’elle est.

EVENEMENT – Retours sur les temps forts du Fraîches Women festival, live, party… RDV à #lafrorentree2018 le 16 octobre au Petit Bain !

La première édition du Fraîches Women Festival en mai dernier a été un succès grâce à nos crowdfunders !!! Merci pour vos donations, votre présence, votre soutien ! Pour vous célébrer et vous remercier comme il se doit, on revient au Petit Bain le mardi 16 octobre  dès 19h pour une soirée qui s’annonce chaude et pleine de turn up !!!

POUR VOUS RENDRE AU PETIT BAIN > Aller au Petit Bain pour #lafrorentree

On veut vous retrouver et vous présenter nos projets passés et à venir et notamment, en avant-première, le casting de la seconde édition de notre projet photo Fraîches Women !

L’entrée est libre. On vous attend nombreux.ses pour fêter la rentrée avec nous. Confirmez votre présence par mail en nous indiquant « moi + » le nombre de personnes avec lesquelles vous viendrez ;). Vivement !

Au programme :
19h30-20h30 : projection des vidéos du festival, présentation en avant-première du shooting n°2 des Fraîches Women.
– 21h : LIVE de Jeannie
Elle se destinait au journalisme, mais après son diplôme, c’est dans la musique que Jeannie se jette corps et âme.
Deux singles plus tard, elle dévoile son premier EP : NINJA. Jeannie bouscule les codes du r’n’b des années 2000, dont elle aime s’inspirer.
Les productions ciselées pour sa voix captivante lui permettent de s’exprimer avec conviction sur l’estime de soi, la séduction, les relations amoureuses et la singularité des femmes noires.
22h – minuit : DJ set de Jennifer Padjemi
Jennifer Padjemi
Source photo : https://jenniferpadjemi.com/

Vous l’avez sans doute lu longtemps sur BuzzFeed. La journaliste lifestyle Jennifer Padjemi continue de rendre la presse plus inclusive et féministe en prêtant sa plume à Glamour, O le mag. Co-créatrice de la newsletter What’s Good, bien tenue avec Mélody Thomas, elle vient de lancer son podcast « Miroir miroir » qui questionne les standards de beauté avec des invité.e.s de qualité.

Femme de goût, déjà présente derrière les platines pour les un an de L’Afro, elle vient pour mixer souple, cool en conclusion d’une soirée qu’on vous promet inratable !!!

Vous pouvez écouter « Miroir miroir » ici : https://soundcloud.com/miroir-miroir/grossophobie-sexcuser-dexister

Tout au long de la soirée, exposition de l’artiste Estelle Prudent

autoportrait
©Estelle Prudent

« Artiste queer racisée, je questionne la représentation de ma communauté en France. Pour moi, le terme QUEER est un superpouvoir. Il résulte des forces élévatrices émancipatrices, de nos peaux, corps, sexualité, genre, identités… face à ce qui se définit comme étant la norme. Il est déterminant pour moi de ne pas entrer dans une fabrication du réel mais de rendre compte de ce qui existe déjà et qui n’est pas mis en avant. À force de représentations biaisés, manipulées, je tente par mes moyens de donner la possibilité de mettre en place des représentations faites pour nous et par nous. Ces représentations s’accordent de manière sincère et authentique vis-à-vis du vécu des personnes concernées au travers de nos vies, nos réalités, nos difficultés. »

Pour découvrir son travail : http://www.estelleprudent.com/

 

INTERVIEW – Pour Dadi, photographe ivoirien derrière les « Nuits Balnéaires », c’est Abidjan forever

EXCLU – Il est l’un des photographes le plus en vue de la jeune génération ivoirienne. Dadi, du surnom que lui a donné sa mère -il porte le nom de son grand-père maternel- 23 ans, est autodidacte et s’est fait un nom sur la toile et à l’international grâce à sa série « Nuits Balnéaires » à découvrir sur Instagram. Le projet, auquel il a pensé en 2016, immortalise l’atmosphère si particulière et intense de la côte ouest africaine alors que la nuit s’installe. L’Afro l’a rencontré pour une interview après le coucher du soleil en plein Abidjan en février dernier. De sa vision du business en tant qu’artiste, à sa passion pour la musique, en passant par son anxiété sociale et son amour profond pour son pays natal, Dadi se raconte.
Libaya+Light18
Source photo : http://www.nuitsbalneaires.com

Débuts en photographie

A la base, j’avais une sensibilité plus musicale -d’ailleurs, j’ai toujours plus de références musicales que photographiques à ce jour. Au début, la photographie, c’était un effet de mode. Je regardais beaucoup les travaux de certain.e.s : Nadège Cakpo, Rash NS, Olivier Konan … D’ailleurs, à part Olivier, iels ont tou.te.s arrêté la photo. Au final, iels m’ont permis de savoir ce qu’on pouvait faire avec un appareil. J’ai voulu étudier la photographie à l’étranger mais mes parents ne voulaient pas que je choisisse cette voie. J’ai donc décidé de m’y mettre tout seul en restant à Abidjan.

Ces deux dernières années, j’ai beaucoup travaillé dans le milieu de la mode, avec African Hippie, nouvelle marque montée par une américaine d’origine libérienne en 2017, avec Libaya, créée par une Hollandaise qui est basée au Ghana, avec la Lagos Fashion Week, avec Orange Future. Localement avec Loza Maléombho, Elie Kuame, Yhebe design, toujours basée à Abidjan et pense la femme abidjanaise avec une telle poésie, une telle beauté.

Aujourd’hui, mon public comprend des jeunes qui bossent en agence de communication, qui font également de la photo à côté, qui tiennent des blogs … Il y a également pas mal d’amateurs d’art et des petits collectionneurs qui ont acquis quelques-unes de mes œuvres. Les acheteurs sont tous des locaux et ça me fait vraiment plaisir ! Parmi eux, le duo d’architectes Koffi & Diabaté mais également un ministre.

La naissance du projet « Nuits Balnéaires »

« J’ai du mal à intégrer le découpage colonial ou post-colonial de la région et je crois bien que je n’y arriverai jamais! »

COMPRESS4
Source photo : http://www.nuitsbalneaires.com

L’idée m’est venu il y a environ deux ans, de façon spontanée, un peu comme une révélation, une nuit, vers deux ou trois heures du matin. Je me suis levé et me suis mis à écrire. J’ai même changé le pseudo de mon compte Instagram pour le rebaptiser du nom de ce projet.

« Nuits Balnéaires », c’est une vibe, une atmosphère que j’appelle « costal » en référence à la côte du golfe de Guinée, en passant par São Tomé-et-Principe, Gorée au Sénégal, bien sûr Abidjan mais aussi d’autres villes ivoiriennes comme Bassam ou Assinie. Je ressens quelque chose qui est à la fois très fort, très lourd et très beau. Ça s’illustre par les couchers de soleil, les cocotiers, les plages, la nuit abidjanaise, le lifestyle, l’esthétique, la nature, les klaxons, la fumée, la chaleur, la poésie, la musique, le vol des chauves-souris … ça englobe tout ça. C’est une atmosphère qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. C’est le monde dans lequel je vis dans ma tête. Dans le nom « nuits balnéaires », il y a un moment mais aussi un endroit : la mer. Cette ambiance m’a toujours fasciné.

Si le projet englobe également le Ghana, le Sénégal, c’est parce que j’ai du mal à intégrer le découpage colonial ou post-colonial de la région et je crois bien que je n’y arriverai jamais (rires)! Il y a eu une histoire avant les comptoirs d’où les esclaves étaient envoyé.e.s vers l’Occident, il y a eu des mouvements, une vie ici avant. La Côte d’Ivoire est finalement un mix de tout ça. D’ailleurs, quand on remonte aux origines plus lointaines de mes parents, on découvre que la famille de ma mère vient du Mali et celle de mon père du Ghana. Et quand on cherche encore plus en profondeur, on découvre qu’iels viennent d’encore plus loin.

Cette fascination remonte à mon enfance, quand je voyageais avec mon père, journaliste, sur le littoral ivoirien, en voiture, à écouter du High Life ou de la musique classique et qu’on captait la plupart du temps le coucher du soleil en rentrant. Ce sont peut-être mes plus beaux souvenirs, des moments magiques. Je me sentais toujours bien dans ces moments-là. Pour résumer, « Nuits Balnéaires », c’est un voyage sans fin.

Abidjan sinon rien

La plupart des jeunes ici, peu importe leur domaine, ne pensent qu’à une chose : partir en Europe ou en Amérique. Moi, je n’ai jamais idéalisé ces endroits. J’ai toujours été fasciné par la Côte d’Ivoire et je pense que ça se ressent dans mon travail. Ce pays est formidable, a un potentiel formidable, au-delà du tourisme et de la beauté, ce ne sont pas les opportunités qui manquent. Pour la plupart des gens, il faut forcément aller à l’étranger, arriver à un certain niveau de vie avant de revenir. Quand je regarde autour de moi, j’ai l’impression que les gens attendent le paradis et que ce paradis, c’est l’Occident. Il était important pour moi de me prouver qu’il était possible de se réaliser ici et même recevoir des commandes d’autres pays en restant à Abidjan et c’est quelque chose que j’ai réussi à accomplir. Aujourd’hui, je souhaite voyager un peu plus ! Mais même cette envie a pour finalité de me permettre de continuer à vivre dans cette ville car je ne me vois pas vivre ailleurs ! On a tout ici et je pense que cela m’a permis de développer une certaine esthétique qui est à la fois universelle dans le langage tout en ayant une coloration qui m’est propre et nourrie par mon environnement.

Photographie et business

Je suis un cas (rires)! J’arrive à en vivre correctement et d’après ce que j’entends en ce qui concerne les gens dans mon milieu, ou issus de métiers créatifs en général, même celleux qui ont commencé avant moi, c’est loin d’être le cas de tout le monde. Le management m’a beaucoup aidé. Il faudrait que les gens aient plus de notion dans ce domaine pour savoir gérer leur business.

Au final, j’essaie de vendre ce que je fais comme je le perçois et je perçois mon travail comme quelque chose qui a de la valeur. Il ne faut pas vendre son produit au rabais mais comme de l’or. C’est-à-dire produire de la qualité et penser au côté business.

Le fait de travailler dans la mode et de m’y être spécialisé m’a permis de me créer une image de marque et j’essaie de faire ressortir ça aussi dans mes productions artistiques.

Or, il faut à la fois produire de la qualité et avoir un marketing qui suit. Si l’un des deux ingrédients manquent, ça ne prend pas. De mon point de vue, c’est quelque chose qui manque chez la plupart des gens en Côte d’Ivoire.

De l’importance de la musique

J’ai grandi dans un environnement où j’avais un minimum accès à du contenu artistique. Mon père est un grand passionné de musique et d’art. Mon oncle Noël Ebony était journaliste et écrivait des poèmes.

J’écris aussi des poèmes et je viens tout juste de me mettre à la peinture. Mais c’est avant tout la musique qui plante mon décor, j’en consomme beaucoup. Ça me met dans un état d’esprit que je traduis beaucoup en images. J’écoute un peu de tout dont beaucoup de musique ivoirienne : NST Cophie’s, R.A.S et Meiway trois fois ! De la musique française comme Vanessa Paradis, Christine & the Queens , j’écoute aussi pas mal de sons underground comme Soko, Panama, du jazz aussi comme Alice Coltrane ou Nina Simone. J’écoute aussi de la musique camerounaise, congolaise et européenne en général.

La musique est un langage, et comme pour tout langage, il faut en comprendre les bases, c’est-à-dire les mots. Une fois qu’on a cette base, cela donne accès à une ouverture. Je trouve que quand on a cette sensibilité, c’est une bénédiction que tout le monde ne peut pas atteindre. J’écoute de tout. Pour mes anniversaires, je demandais à mon père de m’offrir des K7 comme des albums de Yodé et Siro.

Deux titres qui me rappellent mon enfance, par exemple : « Gbazanan » de Boni Gnahoré , une chanson qui nous a marqué ici et « Death society » de Meiway qui me donne encore la chair de poule aujourd’hui !

La musique qui résume le mieux les « Nuits Balnéaires », c’est la High Life des années 60.

Le son qui représente Abidjan pour moi, c’est « Héros National » de Douk Saga, sorti après de grands troubles politiques. Il s’agit de la période à partir de laquelle ma culture abidjanaise a réellement commencé à se construire avec le coupé-décalé entre autre. C’est un point de départ de l’Abidjan actuel. Tout est parti de là ; le farot, le boucan, le m’as-tu vu, les soirées où tu dois faire des 50 bouteilles … Ici, ce qui compte le plus, c’est le personnage et le message car Douk Saga parlait beaucoup. Sur le plan musical, c’était nouveau par rapport à tout ce qu’on avait entendu sur la planète auparavant.

Je suis aussi un grand fan de zouglou, musique de la commune de Yopougon, la plus grande d’Abidjan. Elle est un peu snobée et on lui préfère souvent le coupé-décalé. J’écoute pas mal en ce moment le groupe Revolution, Dj Kerozen, Serge Baynaud, Bebi Philipp.

« Les heures narcissiques », un projet vidéo sur la confiance en soi

« Mon plus gros challenge, c’est la confiance en moi et en mon travail, des choses qui m’ont beaucoup manqué et que j’exorcise avec ce projet vidéo. »

C’est une vidéo, un court métrage, dont j’ai dévoilé un teaser début mai sur Instagram.

Le projet parle de la confiance en soi que je traite d’une façon très personnelle. J’ai toujours eu du mal à m’exprimer, j’ai dû apprendre à le faire. Pendant plusieurs années, je ne sortais pas, je m’isolais. J’avais le choix entre rester dans mon coin et laisser mon art dormir dans ma chambre ou en sortir et tenter de parler, toucher plus de gens qu’à travers les réseaux sociaux.

J’ai peur des relations avec les êtres humains suite à des choses que j’ai vécu mais je n’ai que de l’amour pour eux.

Je sens que je passe à une autre étape de ma vie. Mon plus gros challenge, c’est la confiance en moi et en mon travail, des choses qui m’ont beaucoup manqué et que j’exorcise avec ce projet vidéo. J’ai encore du mal à m’habiller comme j’en ai envie- pourtant je ne suis pas particulièrement excentrique- à cause du regard des gens. La société ivoirienne, -la famille notamment- est très sur toi.

La photographe Joana Choumali a eu un vrai impact sur la direction que je prends actuellement. Elle m’a incité à sortir plus, à montrer davantage ma fragilité, à l’assumer, à la traduire dans mon art. Elle m’a dit qu’une fois que j’aurai réussi à accepter à la fois mes défauts et mes qualités, je pourrai enfin m’épanouir aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Elle trouvait que jusque là, j’étais trop dans la retenue. Donc, je veux prendre mon temps sur ce travail et le faire bien.

Un ami nigérian m’a aussi poussé à sortir de ma coquille. Il m’a aussi appris l’anglais. Il m’a beaucoup épaulé, m’a aidé à sortir de ma dépression. Il est décédé il y a un an après avoir accompli sa mission.

L’anxiété sociale et la confiance en soi, peuvent être de réelles souffrances. Je me dis que je ne suis pas seul, qu’il y a des personnes qui ont réussi à les dompter ou à bien les camoufler.

En parler en France, ou ailleurs, ce n’est peut-être pas nouveau mais évoquer le fait de  se sentir mal à l’aise en société, ce n’est pas habituel en Côte d’Ivoire.

Ce qui compte véritablement pour moi, c’est qu’à terme, mon art puisse devenir une thérapie pour les gens, qu’il leur fasse du bien.

Les projets à suivre

Je me suis occupé de la direction créative en faisant des repérages à Abidjan pour deux clips de l’artiste allemand Bonaparte -dont le premier sera dévoilé courant juin. J’ai également réalisé un projet de portraits avec l’artiste hollandais Thomas Azier. Tous les deux ont enregistré en partie leurs albums respectifs dans cette ville.

Vous pouvez retrouver Dadi sur Instagram (@nuits_balneaires)

(Crédits photo : Fatima K.)

INTERVIEW – Ayana V. Jackson, photographe : « Je dois défendre mon travail mais aussi mon corps »

ENTRETIEN – Ayana Velissia Jackson séduit le monde avec ses oeuvres singulières. L’artiste américaine et ses autoportraits, dans lesquels elle se glisse dans le corps de femmes noires, illustres ou inconnues, de toutes les époques, sont de retour à Paris.

Nous avions rencontré Ayana V. Jackson en mars 2017 à l’occasion de la foire Art Paris Art Fair où elle a exposé. Sa série « Intimate justice in the stolen moment » est à découvrir à la galerie Baudoin Lebon dès ce vendredi 16 février et ce jusqu’au 7 avril 2018. Elle a étudié la sociologie et s’intéresse de près à l’histoire et à la représentation des corps noirs en se mettant elle-même en scène dans ses propres oeuvres. De ses débuts en tant que photographe, sa vie entre New York, Paris et Johannesburg, les défis liés au fait d’utiliser son corps dans son travail, à ses inspirations … On a pu poser quelques questions à cette artiste à l’oeuvre déjà foisonnante.

Comment avez-vous débuté dans la photographie ?

Mon père était un grand amateur de photographie. C’est une activité qu’on pratiquait régulièrement ensemble. J’ai fini par prendre des cours à l’université.

Quels ont été les premiers sujets de votre travail ?

Je me suis d’abord intéressée aux artistes Hiplife à Accra, aux musiciens du festival Afropunk à New York – j’ai travaillé en freelance pour des magazines lifestyle quand j’avais la petite vingtaine. Puis, j’ai travaillé sur « African by legacy, Mexican by birth » -Africain par héritage, Mexicain de naissance, ndlr-, un projet collaboratif avec Marco Villalobos. Cette série a conduit à une étude plus approfondie des populations afrodescendantes en Amérique latine. Sans oublier les conduct.eur.rice.s de matatu -taxis partagés- au Kenya, les artistes, activistes, intellectuel.le.s et étudiant.e.s en Afrique du sud après 1994, les artistes hip hop et graffeurs à Paris et j’en passe.
Ce qui est certain, c’est que je me focalisais sur les Africain.e.s et afrodescendant.e.s, en faisant bien attention à représenter le corps noir de façon dynamique et globale, pour rompre avec les récits qui associent ces personnes à un fort taux de mortalité, aux maladies, à la violence, à des victimes, ce que j’ai beaucoup entendu durant ma formation.

« Je ne suis ni latina, ni africaine, mais je sais ce que c’est que d’être noire »

demons_black_editbodies
« Demons/Devotees I » par Ayana V. Jackson de la série « Archival Impulse » / Galerie Baudoin Lebon

Selon vous, ces travaux, qui vous ont permis de travailler à la fois sur le continent africain et auprès de la diaspora en Amérique latine et en France, ont-ils ouvert un autre type de discussion entre les résidents du continent et les afrodescendant.e.s ?

Absolument. A l’époque, je cherchais à élargir mon champ. En tant qu’américaine noire ayant grandi aux Etats-Unis, j’avais conscience des limites de nos médias et de notre éducation. J’ai longtemps connu mon père musicien , avant qu’il ne devienne avocat. Son groupe jouait de la musique du Ghana et d’Afrique de l’ouest en général, mais aussi du Brésil, et d’autres styles comme du jazz, du hip-hop, mais il les connectait entre elles comme des musiques issues de la diaspora. Très vite, j’ai su que l’histoire des Américain.e.s noir.e.s n’était qu’une partie de l’Histoire. Quand j’en ai appris davantage sur les communautés noires vivant dans d’autres régions des Amériques, comme le Mexique, le Venezuela, le Nicaragua et que j’ai rapporté les photos que j’y avais prises, ça a choqué du monde ! Ces personnes-là ne se rendaient pas compte que la traite des esclaves avaient été aussi étendue. De même pour le hip-hop au Ghana, les gens ne réalisaient pas que la voix de l’Amérique noire, à travers cette culture, avait porté si loin.

Ces personnes qui étaient si choquées, était-elles blanches ? Noires ? Les deux ?

Les deux. Par exemple, quand j’ai exposé à la Banque Mondiale, un des cadres blancs m’a dit : « Waouh ! J’ai travaillé dans cette région pendant 20 ans et je ne savais pas qu’on faisait du hip hop là-bas ! » En parallèle, les concierges ghanéen.ne.s qui faisaient le ménage pendant que j’accrochais mes photos étaient impressionné.e.s et très conten.t.e.s de voir Lord Kenya et Obrafour, des artistes Hiplife, affichés sur les murs. Iels voulaient savoir comment je les avais connu.

Je pense que cela a pu permettre d’ouvrir les esprits à la fois des noir.e.s et des non-noir.e.s. La plupart se demandaient « mais comment se fait-il que je ne savais pas ça ? »

Pourquoi, selon vous, ne savait-iels pas ces choses-là ?

On se contente de ce qu’on nous a dit… sans remettre cela en question. Que ce soit ce qu’on nous a appris à l’école, ou les informations dont les médias nous bombardent à longueur de journée. Il faut dire que tout le monde n’a pas le privilège de voyager. Alors on croit ce qu’on voit, lit et entend. Et si ces autres récits ne sortent pas -ou qu’on ne va pas pour les chercher- , on ne peut pas faire grand-chose. C’est ce que j’essaie de faire en partie avec mon travail : encourager une réflexion critique plutôt que de la passivité.

Suite à des expériences vécues au sein de ma famille, je savais qu’être noir.e était bien plus que ce qu’on m’avait montré. J’ai eu la chance d’avoir des ressources qui me permettent de voyager et de le voir.

Quand avez-vous voyagé pour la première fois ?

Je ne m’en souviens pas, ma mère était hôtesse de l’air. J’ai voyagé toute ma vie.

Mon premier voyage sans ma famille, c’était à 12 ans en Espagne avec ma classe. Plus tard, j’ai étudié à la fac en République dominicaine et en Argentine. En ce qui concerne ma première fois en Afrique, j’avais 24 ans.

J’ai toujours été habituée à vivre entre deux endroits. Mes parents étant divorcés alors que j’étais enfant, je vivais entre deux villes.

Ayana V Jackson 1
Ayana V. Jackson devant ses oeuvres « Lucy » et « Anarcha » de la série « Intimate Justice in the stolen moment » à Art Paris Art Fair (mars 2017)

Vous vivez actuellement entre New York, Johannesburg et vous venez souvent à Paris. Le fait de se trouver régulièrement entre 3 continents aide-t-il à nourrir votre travail ?

Absolument. Je rencontre tout le temps de nouvelles personnes avec qui je partage des expériences, des idées. Montrer mon travail dans des contextes différents m’aide aussi dans mon rapport à mon travail.

Quand on s’est rencontré au Art Paris Art Fair en mars 2017, vous m’aviez dit que votre regard en tant qu’américaine regardant des Africain.e.s avaient été questionné par un ami blanc. Pouvez-vous expliquer ce qu’il a dit et comment vous avez réagi ?

C’était quelques années avant que je n’utilise mon corps dans mes oeuvres. J’étudiais à Berlin quand mon « regard d’américaine » a été remis en question. Je travaillais donc sur le Mexique et le Ghana. Il m’a interrogé sur le fait que je ne photographie que des africain.e.s et afrodescendant.e.s et m’a demandé, pourquoi est-ce que je pouvais le faire alors que je n’étais ni originaire d’Amérique du sud ni africaine -je suis donc une personne extérieure, tout comme lui, en tant qu’homme blanc- sans que cela ne soulève de question. Je me suis défendue en lui expliquant que l’une des choses que je partage avec toutes ces personnes est l’expérience de vivre dans un corps noir. Je reconnais que je ne suis pas une personne de l’intérieur mais j’ai une autre relation avec les femmes et hommes afrodescendant.e.s que lui n’a pas. Je trouve que c’est une question intéressante. C’est quelque chose qui m’habite encore à chaque fois que je prépare un nouveau projet; je me demande pourquoi je suis si sensible à la façon dont je représente le corps noir, pourquoi je choisis de photographier les afrodescendant.e.s d’une certaine manière, ce que j’essaie de faire.

AyanaVJackson_tignon
« Tignon » par Ayana V. Jackson de la série « Intimate justice in the stolen moment » / Galerie Baudoin Lebon

A quel moment avez-vous débuté les autoportraits ?

Mes premiers autoportraits, ou plutôt performances-car je ne me représente pas moi-même mais je me glisse dans la peau d’autres personnes- remontent à 2009 avec la série « Leapfrog (a bit of the other) Grand Matron Army » [Saute-Mouton (un peu de l’autre) L’Armée de la Grande Matrone], que j’ai commencé après avoir obtenu une résidence à Paris. Pour la première fois de ma vie, je me retrouvais dans un atelier à proprement parler et j’ai dû réfléchir à la manière dont je devais l’exploiter.

À de nombreuses reprises, dans des cercles élitistes, blancs, riches, j’ai été considérée comme un objet d’étude anthropologique ou comme une bizarrerie et j’en ai eu assez. Dans ces moments-là, j’aurais aimé pouvoir me multiplier et devenir toutes les femmes actives que je connaissais, pour les présenter à ces gens afin qu’ils sachent que les noir.e.s complexes, éduqué.e.s, et ayant voyagé existent… On pourrait alors parler de la pluie, du beau temps ou, que Dieu nous en garde, de l’art, comme des gens normaux.

La série « Leapfrog » est le résultat de cette envie de pouvoir me multiplier, alors, c’est ce que j’ai fait.

Qu’est-ce qui est le plus compliqué dans le fait de se mettre en scène dans ses propres oeuvres ?

Le plus compliqué est non seulement de défendre mon travail, mes choix, mes recherches, mes compétences mais aussi mon apparence physique et toutes les questions relatives à mon corps. On m’a par exemple posé des questions sur ma « beauté ». Comment dans « Archival impulse » (ndlr : série qui utilise des archives photographiques datant de l’expansion coloniale en Afrique et dans les Amériques entre le 19ème et le 20ème siècle) et « Poverty pornography » (ndlr : série autour de la représentation de la pauvreté dans les pays dits du sud et les clichés racistes), j’évoque des histoires très douloureuses, problématiques et peut-être aussi bien laides. Mais tout cela, selon ces personnes, en mettant en avant un beau corps ou un beau visage. Tout cela semble incompatible pour certain.e.s.

C’est fatigant d’être encore confrontée à cela car les questions que je pose dans mon travail repose sur bien plus qu’un corps. Cela est révélateur de leur relation à mon corps et aux corps qu’il représente quand je me mets en scène. Je suis retenue en arrière par ces traumas sur lesquels j’essaie de travailler. Dans ces moments-là, je suis bouleversée.

death
« Death » par Ayana V. Jackson de la série « Poverty pornography » / Galerie Baudoin Lebon

Dans quels pays africains avez-vous exposé votre travail ? Comment le public l’a-t-il reçu ?

J’ai exposé en Afrique du sud, au Nigeria, au Sénégal, au Mali. A chaque fois, mon travail a été bien reçu.

En Afrique du sud, cela dit, c’était comparable aux Etats-Unis ; les gens ont plutôt apprécié « Archival impulse » et « Poverty Pornography », mais en même temps, ils étaient troublés et préféraient ne pas « se souvenir ».

Il n’y a qu’au Nigeria que mon travail a été perçu d’une façon totalement différente. C’était surprenant. Iels ne s’identifiaient pas à travers ces traumas et voyaient donc autre chose.

Quel.le.s artistes vous inspirent ?

Carrie Mae Weems, Rembrandt, Claude Cahun, Vermeer, Lorna Simpson, Ike Ude, Gilbert et George.

Vous pouvez retrouver le travail d’Ayana V Jackson sur Instagram https://www.instagram.com/ayanavjackson/
son site internet : https://www.ayanavjackson.com/