Bambara et westerns modernes : la pop africana de Sira Niamé est à tomber

Elle était l’une de nos « Fraîches Women » l’année dernière, lors la première édition du festival du même nom. Sira Niamé est surtout une autrice-compositrice-interprète, que vous avez peut-être croisé en première partie d’Oxmo Puccino ou de Mélissa Laveaux. Rencontre avec une artiste dont le talent irrigue doucement mais sûrement la scène musicale française.

NOTE : Sur invitation de Sira Niamé, L’Afro modère un talk sur le thème de l’aventure – des parents arrivés en France, après de nombreuses péripéties, entre autres- dans le cadre de la soirée « Many Others » samedi 16 mars au Mob Hôtel. Vous pourrez discuter avec elle, mais aussi la créatrice et animatrice du podcast The Black Lemonade Violette Tannenbaum ou encore l’autrice Penda Diouf. Si vous souhaitez venir, comme les places sont limitées écrivez-nous ici >> lafrolesite@gmail.com <<

Quand as-tu commencé à chanter ? J’avais 14/15 ans, j’écoutais ma grande soeur Sali chanter ; je voulais faire comme elle au départ. Ensuite, au lycée, je m’y suis mise plus sérieusement, -vers 16/17 ans-. Avec mes potes de lycée, on a monté un groupe,
« Madatao », où j’étais la chanteuse.

Quel est le rapport de ta famille à la musique ? En écoutiez-vous beaucoup ? As-tu grandi en écoutant des styles musicaux particuliers ? Ma famille est malienne et est issue de la caste des « niamakala  » qui veut dire « griots ». Il s’agit d’une caste d’orateurs, de chanteurs, de musiciens. On a toujours été entouré de musiques, d’arts en tous genres. J’écoutais beaucoup de musique africaine malienne, congolaise etc. Mon père est un fan de James Brown et Bob Marley. Je vous laisse imaginer l’ambiance à la maison !

Depuis quand sais-tu que la musique serait une partie importante de ta vie ? 
La musique fait partie de la vie de tout le monde. Je crois que depuis toujours, je suis touchée par les sons du quotidien, une voix, un instrument et la sensation que cela procure.

Tu as grandi à Montreuil. Peux-tu nous parler de cette ville et de l’impact qu’elle a eu notamment sur ta création ? Mes parents vivent dans un quartier proche de Montreuil, j’ai vraiment mis le pied dans cette ville à mon entrée au lycée, et de là, j’ai fait du théâtre. Cosmopolite, créative, Montreuil est une ville qui me ressemblait, j’y ai fait des rencontres incroyable et y ai tissé des liens indéfectibles. Grâce à mon père qui y a vécu, fraîchement débarqué en France et qui nous baladait en voiture rue de Paris et dans les alentours pour nous montrer plein d’endroits, parfois disparus aujourd’hui, je suis une petite « historienne » de la ville que je connais, au delà

Peux-tu définir ton style de musique ? C’est un mélange de tout ce que j’ai écouté, de mes influences musicales, pop, rock, folk, afro. Ma musique à moi c’est de la pop africana.

Entre toutes les choses que tu as apprises, quelle est celle qui t’a permis de toujours croire qu’un jour, tu pourrais faire de la musique à un autre niveau ? Franchement… LE TRAVAIL, LE TRAVAIL ! Ca va au-delà de la simple envie de faire, de d’avoir quelque chose à dire. J’ai un rapport viscéral , genre je n’ai pas le choix mon coeur ,mon âme ont des choses à dire alors je travaille toujours plus dur pour y arriver avec mes moyens , sans relâche …

Pourquoi c’est important pour toi de chanter en bambara, la langue de tes parents ? Parce que c’est moi, c’est la langue dans laquelle j’ai grandi au même titre que le français. C’est la langue que je parle à mon fils toute la journée, avec mes parents, amis etc Chanter en bambara, c’est aussi montrer une autre partie de moi, exprimer ma double culture.

Tu as récemment fait la première partie d’Oxmo Puccino. Peux-tu nous parler de cette connexion ? Je croisais souvent Oxmo, à des événements, par hasard. On est
tous les deux originaire du Mali, il me saluait. C’est un artiste dont j’apprécie particulièrement le flow. Je ne sais plus comment notre rencontre s’est faite , mais je me souviens de ce qu’il m’a dit : « Sira, comment je peux t’aider ? ». Je revenais de Mauritanie où je venais de faire un live devant plus de 1000 personnes dans le désert. Je lui ai dit « Jouer ma musique, encore et toujours. »
Il m’a encouragé à continuer de me battre pour défendre ma musique. Peu de temps après cela, son équipe me contactait pour les premières parties de son live !!

Peux-tu nous parler de ton concept « Many Others » ? C’est une soirée, du PARTAGE. Many others c’est un hommage que nous rendons à nos racines, à nos origines, l’alliance de gens de différentes disciplines, qui s’aiment se soutiennent et se sont réunis sur mon projet de disque et de musique, un peu à la manière d’un collectif. Aujourd’hui, ce sont des partenaires, et des amis qui sont comme d’une même famille. Aline Afanoukoé est une hôtesse en or. On a lancé le premier acte au Mobhotel, où elle nous accueille, un lieu comme il est rare d’en trouver à Paris.

Tes chansons parlent d’amour, de sentiments, de ta vie d’afro-française. Tes textes sont-ils uniquement inspirés de ta vie ? Mes textes sont principalement inspirés de la vie jeune homme de mon père , les aventures qu’il a vécues, comme dans un western, c’est dingue ! Dans ces histoires, j’y glisse mes expériences de la vie, le genre qu’on trouve si intenses au moment où on les vit et si romanesques, suffisamment grandioses au point de les écrire. Faut pas se mentir : la vie est dure, en vrai, en tout cas pas toujours facile, mais c’est tellement incroyable ! C’est ce paradoxe-là que célèbrent mes textes.


Que penses-tu de la réception actuelle de la musique afro ? Les pépites ne datent pas d’hier mais ce qui se passe en ce moment, c’est tant mieux. Vive les jeunes artistes de cette deuxième génération qui prennent conscience de leurs origines . …Quand on baigne dans une double culture et qu’on réussit à en extraire de la musique contemporaine, qui plaît et qui marche, c’est magique.


À quoi va ressembler ton premier album ? Quand va-t-il sortir ? Mon premier album va parler à tout le monde. Il sort dans le courant de cette année !

Publicités