Qui es-tu… Kengné Téguia, du collectif Black(s) to the future ?

RENDEZ-VOUS – Découvrez Kengné Téguia l’un des artistes du collectif Black(s) to the Future, dont le festival aura lieu au Petit Bain les 16 et 17 septembre. Il y présente une vidéo et une performance le dimanche avec l’artiste Eden Tinto Collins.

On suit le festival Black(s) To The Future depuis sa première édition. On aime le côté visionnaire de la créatrice, Mawena Yehouessi, la fondatrice de la plateforme du même nom, son franc-parler -son interview vidéo pour Vice diffusée sur les réseaux en mai dernier en est un parfait exemple-. Elle a remis l’afrofuturisme sur le devant de la scène et contribué à  structurer une scène artistique créative, vive, qui bouscule. Kengné Téguia en fait partie. Il montrera une partie de son travail, qui prend racine dans sa surdité et d’autres éléments importants de sa vie, le 17 septembre 2017 et nous a parlé de lui, de sa quête en tant qu’artiste. Un récit sincère, intense qui nous a ému. Et un rappel aussi, qu’il reste important de se protéger du VIH en utilisant le préservatif. 

*Petite note avant lecture*

Voici ce que Kengné nous a dit en préambule, avant de répondre aux questions que nous lui avons posé par mail. « Je pense qu’il est important que certaines choses soient dites afin que ma démarche artistique puisse être comprise mais surtout faire écho aux personnes qui ont besoin de ce genre de témoignage pour avoir la force d’avancer dans leur vie et de savoir qu’on pense aussi à elles. » Ce qui suit s’inscrit exactement dans cette lignée. Nous sommes touchées qu’il ait livré certaines choses à L’Afro, auxquelles on ne s’attendait pas. On remercie aussi énormément Annie M.T. d’avoir permis en amont la rencontre et la prise en compte de plein  de facteurs qui nous permettent -on l’espère en tout cas- de prendre en charge ce récit, de le manipuler avec le plus d’attention possible et de le publier ici. Bonne lecture !

Comment j’ai intégré « Black(s) To The Future

« La rencontre avec Mawena a eu lieu en deux temps. D’abord dans un cadre pro, par le biais d’Oliver Tida Tida, que je devais accompagner dans le cadre du partenariat de Blacks to the future avec le Before du Quai Branly pour l’exposition « The Color Line ». Cela n’a finalement pas pu se faire pour des raisons de concordances d’emploi de temps. Et la vie a continué.
On s’est véritablement rencontré avec l’aide de Tarek Lakhrissi, qui est comme un frère et fait partie de  Black(s) to the future. Tout comme Eden Tinto Collins, Josèfa Ntjam, Nadir Khanfour, Fallon Mayanja, Elvira Hsisson, Olivia Foulke. On est tou.te.s en train de travailler un projet traitant de la question du « healing » (le soin) et de comment on pourrait créer un « healing center ». À ce moment-là à travers le coup de foudre amical que j’ai pu avoir avec Mawena que ma place au sein de Black(s) to the future a pris sens, aussi pour ce que j’étais et suis encore. Et que l’endroit où je pouvais m’épanouir dans toute mon entité était celui-ci.

Pour découvrir le festival et tous les artistes programmés -dont Kami Awori-> http://blackstothefuture.com/festival/

Qui suis-je ?

Je m’appelle Kengné TEGUIA, je suis artiste et j’ai 30 ans.
J’ai envie de commencer par le commencement, je suis né avec 80% de surdité. Grâce à des appareils auditifs, j’ai pu avoir accès à l’audition avec les 20% restante. Entre temps, j’ai pu acquérir le langage parlé avec un apprentissage tout à la fois ludique et intensif, grâce un environnement stimulant instauré par mes parents et orthophonistes. J’ai suivi un cursus scolaire classique, c’est-à-dire entouré d’entendants ; pour mes parents, il était hors de question que je ne puisse pas avoir les mêmes chances que tout le monde du fait de mon handicap. Je n’ai donc pas évolué avec des sourds et n’ai donc pas appris la LSF (langue des signes françaises). J’ai eu de la chance d’avoir des parents qui étaient particulièrement attentifs/soucieux de mon épanouissement puisque dès mon plus jeune âge, j’ai pu avoir accès au cinéma grâce à Canal +.

À l’époque, c’était l’une des premières chaînes, pour ne pas dire la seule, qui se souciait de sous-titré leurs films français. Ce qui m’a rendu cinéphile ; je nourris depuis une passion particulière pour le cinéma d’auteur français et international. C‘est aussi pour cette raison que la place de la vidéo a une place importante dans ma pratique artistique.
J’ai toujours été attiré par la musique dès mon plus jeune âge, je pense que le fait qu’elle soit prédominante au sein de mon foyer familial y est pour beaucoup mais elle n’a pas été accessible de premier abord. Du fait de mon audition, je décortiquais d’abord ce qui m’apparaissait comme n « bruit » avant de pouvoir considérer ce dernier comme une mélodie. La lecture des paroles de la chanson, le visionnage du clip vidéo m’y aidait … ce qui me rendait très sensible à ce que pouvait proposer un artiste avec son CD et le livret qui l’accompagnait. Ceci explique pourquoi le son a également une place importante dans ma pratique artistique. À travers les reprises de chansons que j’ai pu faire, comme par exemple, celle de Céline Dion « Pour que tu m’aimes encore », cette dernière fait partie de mon enfance et j’ai pu l’entendre grâce à la pochette d’album que mes parents avaient à la maison.

Par le biais de la mémoire collective, j’invite l’auditeur à pouvoir avoir des repères par rapport à ce qu’il connaît pour pouvoir être dans de bonnes disposition pour être réceptif à ce que j’ai à lui dire. C’est par cette manière que j’essaie, je pense, de permettre à l’autre d’être ouvert à cette autre manière de chanter, d’être ouvert à ces autres questionnements que j’essaie de soulever de manière implicite dans mon art, pour être réceptif à une abstraction proposée en somme.

« Je me mets à  nu, car mon travail introspectif a porté ses fruits »

Puis est arrivée l’adolescence où plusieurs enjeux ont pris de l’importance, la question de ma place en tant que sourd -lorsque la perte d’audition est entre 70% et 80%, on parle de surdité sévère, c’est le dernier palier avant la surdité profonde et enfin totale- quand le handicap est invisible et que son entourage est entièrement entendant, de la question d’être homosexuel dans un environnement où c’est un tabou, du fait que mes parents, nés au Cameroun, n’y étaient pas sensibilisés et du manque de représentations. À cette époque, Internet n’était pas aussi rapide et aussi riche que maintenant.

La difficulté a été de savoir ce que je voulais réellement, de me dépasser pour prouver que je pouvais faire autant qu’un entendant, tout en ayant un handicap lourd et ne jamais se reposer aussi bien dans son foyer familial et à l’extérieur ou dire « fuck ». N’ayant pas de modèles pouvant m’aider à m’affirmer et à embrasser mon handicap, j’ai été plutôt dans la première optique. Ce qui a eu pour conséquence de me mener doucement mais sûrement vers la dépression.

À mes 18 ans, alléluia ! j’ai mon bac mais je reçois une autre nouvelle. Suite à une relation un peu, pour ne pas dire très malsaine, après un test, j’apprends que je suis séropositif. Je suis tombé amoureux d’un mec qui avait plus de 10 ans de plus que moi, allergique à la capote, et malgré le fait que j’étais particulièrement rôdé sur les questions du SIDA, j’ai été contaminé. À cette période, ce qui m’a sauvé, je pense, est le fait que j’étais, déjà, dans une logique de résilience, de survie par rapport à mon passif. Surtout, je me suis posé et me suis dit « hum, hum, il va falloir se regarder en face, faire de l’introspection pour pouvoir régler tes soucis, sinon tu es dans la merde !! » J’ai eu de la chance d’avoir une amie qui m’a accompagné et avec qui on s’auto-analysait, en se disant, « on va en chier pendant 10 ans, en ne pensant qu’à nos soucis à régler mais après on avancera pour de bon et putain, on finira par s’aimer doucement nous-mêmes. »

Entre temps, ne sachant pas quoi faire après le bac, j’ai suivi le cursus « facile », qui est l’informatique, puisque mon père est maître de conférence dans ce domaine. Je sentais bien que ça ne me plaisait pas mais je prends sur moi, le temps des études, 3 ans, le temps de mon taf en tant qu’administrateur réseau, 3 ans, aussi. Et à mes 25 ans, du jour au lendemain, je perds totalement mon audition. On me propose donc une oreille bionique. Cette dernière est aussi appelée implant cochléaire, qui est composée de deux parties : une à l’extérieur qui permet de capter le son, qui relie l’autre partie interne, elle-même connectée au nerf auditif. Après une rééducation intensive, j’entends de nouveau et de manière plus précise.

« Black(s) to The Future est une plateforme pour donner de l’amour (…) proposer des alternatives à un futur pessimiste »

De nouveaux sons apparaissent, comme celui d’une feuille qui tomberait par terre. Des choses se débloquent chez moi et je commence petit à petit à créer. Notamment à travers le dessin, plus précisément l’autoportrait, une manière sans doute de continuer ce travail d’introspection. La nécessité d’expression prend le dessus sur le confort matériel, social. C’est une renaissance. Je démissionne, je me prends 6 mois, je fais une rencontre décisive avec Laure Riginale, qui avec son atelier Célavie me donne foi dans mon travail artistique, je touche à la peinture grâce à elle. On prépare les beaux-arts de Nantes et j’obtiens mon concours.

« Avoir des oreilles bioniques dans cette société, en retard sur les questions de la surdité, me fait appartenir au futur ! »

De fil en aiguille, je me tourne vers la vidéo. Dans un premier temps, c’est la question plastique qui m’intéresse en tant que médium tout en ne le dissociant pas du son, bien au contraire. Je suis obsédé par les possibilités de langage que peut proposer ce format, qui fait écho au fait qu’il est plus difficile pour moi d’entendre sans voir. À travers les multiples vidéos d’expérimentation, une « méthode de travail » finit par se dessiner. Je crée une structure en utilisant ma voix, à l’aide d’une pédale de loop. Lorsque je chante, je me cale au rythme en plaçant l’enceinte près d’une partie de mon corps – ventre, dos, mains- afin de ressentir les vibrations sonores. À partir de ce ressenti kinesthésique se développe un langage visuel où je me mets en scène. Ceci me conduira à la prise de vue. Lors du montage, je déconstruis ce langage visuel en ayant recours à l’ouïe et force le dialogue entre les images et le son.

>Lire notre interview de Mawena Yehouessi, la créatrice de Black(s) To The Future<

La vidéo, qui me semble la plus aboutie et représentative de mon travail, est celle qui sera visible au festival Black(s) To the future le samedi 16 et dimanche 17 septembre 2017, sous le nom de « I can’t deal with it », elle traite de la question de l’identité au sens large et questionne la trajectoire qui peut avoir entre le langage, la compréhension et la réception. Sinon « SatisfiedGone », pour laquelle j’ai un profond attachement, qui est visible sur ma page Vimeo. Quant aux autres, elles sont, à mon sens, des vidéos d’expérimentations qui m’ont permis de m’améliorer avec ce médium.

Maintenant, parlons de communauté. J’ai constaté une chose, qui n’a cessé de me revenir comme un boomerang : nous allons tous mal. À travers mes différentes expériences dans chacune de mes communautés -sourde, noire, homo et séropo- j’aimerais porter l’attention sur celle de la communauté gay. Cette année, à 30 ans, l’année qui coïncide avec mon arrivée sur Paris, j’ai pu expérimenter le sexe sous « chems », ce qui signifie sous drogue et qui a pour but de stimuler la libido et d’être performant, c’est une pratique qui est de plus en plus répandue et qui peut avoir des conséquences dramatiques sur le long terme, telles que l’addiction aux drogues dures (coke, GHB, etc) mais aussi la montée en puissance des contaminations du VIH et autres MST. Sans compter les décès par overdoses … Et à côté de cela, il y a peu ou pas d’assistance psychologique par rapport à ce nouveau fléau, pour les personnes esseulées et dépendantes, les associations se trouvent dépassées par manque de moyen. C’est quelque chose dont on parle peu, qui est presque tabou et c’est triste. Il ne s’agit pas de juger mais de faire un appel à ceux qui seraient tombés dedans et de leur dire que je pense à eux et qu’ils ne sont pas seuls, qu’on est ensemble. Ceci est valable pour toutes les autres communautés que je pourrais représenter et dont les personnes qui les composent pourraient se trouver en difficulté et auraient besoin de représentations. Ce sont pour ces raisons que je me mets à nu car mon travail introspectif a porté ses fruits, j’ai pu avancer et j’ai le privilège, la chance d’avoir une famille, des amis qui me sont chers et qui ont été capables de se remettre en question pour comprendre ce qu’il pourrait m’arriver.

Moi, l’afrofuturisme et Black(s) to the future

On en vient à la famille Black(s) to the Future, qui est un collectif et une plateforme, où à travers l’afrofuturisme, j’ai pris conscience que j’avais un lieu où je pouvais partager mes expériences et surtout être dans un espace où nous nous donnerions beaucoup d’amour pour permettre de nous donner des clés afin de trouver ou du moins d’essayer, d’expérimenter afin de trouver des moyens d’être ensemble, de se soigner ensemble afin d’être assez fort.e.s pour pouvoir diffuser de l’amour et ainsi essayer de changer la donne et de proposer une alternative/des alternatives à ce futur, assez pessimiste qui nous est souvent donné à voir et de ce fait de changer la donne par rapport à la question de la communauté, du vivre ensemble.

Me concernant, l’afrofuturisme est un moyen de prendre du recul sur ses affects pour aller vers la création artistique « pure et simple », en évitant le côté victimaire. Par exemple, le fait d’avoir des oreilles bioniques qui ne sont pas intégrées dans cette société, cela ne signifie pas que je suis rejeté mais que cette dernière est en retard. Je fais donc partie du futur et ai beaucoup à vous apprendre !

Pour le festival, Eden Tinto Collins -aka Eden Ô Paradis- et moi, nous allons vous présenter notre projet « La phénoménologie de l’abstraction », il y sera question en quelques mots-clés de rencontre, d’amour, d’homme-machine et bien plus encore. => Dimanche 17 Septembre à 18h30. »

Rendez-vous est pris.

retrouvez toutes les infos sur le festival en allant sur sa page Facebook et celle de l’événement sur le meme réseau social https://www.facebook.com/blackstothefutureonline/

Pour voir les vidéos-performances du travail de Kengné Téguia, vous pouvez aller sur sa chaîne Viméo > https://vimeo.com/user30618527

 

Publicités

« Black(s) To The Future » fait son premier festival !

INITIATIVE – Mawena  Yehouessi (au centre sur la photo avec un chapeau) a monté la plateforme Black(s) to the future, un site transmedia qui veut proposer un autre regard sur L’Afrique et la création des artistes du continent et de la diaspora. Et en juillet 2016, l’équipe organise son premier festival ! Rencontre.

MISE À JOUR – Du temps a passé depuis cet article ! Moins d’un an après notre rencontre,  alors que l’organisation d’événements étaient déjà dans l’air, l’équipe de Black(s) To The Future organise son  premier festival au Petit Bain, une salle parisienne sur l’eau les 2 et 3 juillet 2016. Au programme : des conférences, des « voyages audio » -gratuits-, des concerts, dj sets (Mo Laudi, Afronautes d’Oberkampf…) -payants-, l’afrofuturisme étant le liant de toute la manifestation. Nous avions rencontré Mawena Yehouessi, l’une des âmes de la plateforme en décembre dernier, qui nous a parlé de la philosophie du projet. 

Mawena’s curriculum

« Je suis née au Bénin, ma mère est bénino-sénégalaise. Jusqu’à mes douze ans, j’y allais tous les deux ans. On a un pied ici, un pied à Cotonou. Mon rapport à l’Afrique est forcément biaisé, fantasmé et je l’assume totalement ;  J’ADORE cette idée même ! Il y a une vraie richesse dans ce que tu peux inventer dans cet espace-là. Ici, en France, je suis vraiment dans le moule. Même si je suis noire, j’ai fait des études franco-françaises. Là-bas, dans mes pays, je suis un peu la petite Française. J’aime ce jeu. Je crois connaître vraiment le Sénégal et le Bénin, et j’ai aussi suffisamment d’espace pour les critiquer, pouvoir les réinventer tout en étant hyper attachée à leurs traditions. »

Sur la volonté de renouveler le discours

« C’est venu d’un manque visuel. Je ne retrouvais pas dans mon environnement quoi que ce soit qui me rappelle l’Afrique que je connais, ou qui m’en propose quelque chose d’inventif. Et puis le discours est toujours le même, à croire qu’hormis le wax, la sape, les Africain.e.s n’ont rien inventé !! Ce n’est pas représentatif et j’avais envie de contribuer à renouveler cela, grâce à l’afrofuturisme. »

L’afrofuturisme

« On a fait l’interview de Mark Dery qui a contribué à définir ce qu’est l’afrofuturisme, -mouvement culturel émancipateur inventé par les Afro-américain.e.s pour résister artistiquement, spirituellement dans un pays où il ne fait pas bon être non-blanc et qui puise, entre autres, dans ses origines africaines pour ce faire ndlr-. Pour ma collaboratrice Steffi, c’est le moteur d’un progrès universel. J’ai expliqué dans un long article -recommandé, ndlr- ce que cela représente pour moi. »

Pourquoi Black(s) To The Future ?

Dans mon parcours, plutôt classique, -prépa philo-, puis gestion de projets culturels, il y a eu plusieurs déclencheurs. Je savais que je voulais bosser dans l’art contemporain.
En master de philo en 2012, je travaillais sur l’art africain contemporain et questionnais cette grande appellation. Ma direction de recherche m’a souhaité bonne chance et m’a averti : « Vous ne devrez compter que sur vous ». Il n’y avait aucune ressource, pas de spécialiste à la Sorbonne, – Paris I-qui se soit intéressé.e à la question, ce que je trouve dommageable. L’esthétique en dehors de l’occident, ça n’existait pas pour eux. Le deuxième déclencheur, ça a été lors d’un séjour en Italie. J’ai passé six mois à Bologne. L’économie italienne est catastrophique, il n’y a pas d’aides, ni de subventions  pour les artistes mais il y a une émulation culturelle dingue ; le côté Do It Yourself m’a frappé. « 

La composition de l’équipe 

« Je me suis mise à penser le projet et j’ai commencé à créer l’identité visuelle. Et j’ai brainstormé avec une amie, Hélène et mon père. Il vit entre l’Afrique et ici, on n’est pas de la même génération. Il n’est pas ‘2.0’ mais mais ça a été hyper intéressant de confronter ces trois points de vue. On se voyait tous les lundis avec Hélène. Je faisais la navette entre Orléans, où vivent mes parents, et Paris et on passait au moins trois heures à chaque fois à parler du projet. Tout s’est fait de manière assez aléatoire et petit à petit. »

L’appel à contribution financière

« Grâce au crowfunding, une version 0 du site est née en septembre 2015. On a tout de suite pensé aux événements, aux conférences, à la marque, au workshop et à la structure transmedia. Steffi Njoh Monny est responsable du contenu éditorial, c’est une partie très importante de ce que nous faisons. « 

Les projets artistiques

« On fait collaborer des plasticiens avec des écrivains, des activistes sur le format des syncretics. On repère ces artistes en cherchant sur Internet. Ils ne sont pas hyper  connus ou n’ont pas de site web de première main, mais je découvre qu’ils font partie d’un réseau solide d’artistes independants.  Yves Murangwa, un plasticien, et Ytasha Womack, une auteure de science-fiction vont ainsi se rencontrer artistiquement. C’est intéressant car ce sont deux mondes différents mais ils sont animés par la même volonté de proposer un regard novateur sur les choses. »

La suite

« A terme, j’aimerai me consacrer à la partie artistique, chercher des artistes qui ont plaisir à ensuite collaborer ensemble. Le projet pour le moment est bénévole, mais on espère développer le studio, pouvoir travailler sur des projets de graphisme à destination des institutionnels pour faire entrer de l’argent. On va refaire un appel à contribution éditoriale. On a par ailleurs déjà rencontré quelques partenaires, intéressés pour des collaborations d’envergure. Des projets sont en cours. Mais pour le moment, chut ! »

Toutes les informations pour le festival Black(s) To The Future avec Mo Laudi, les Afronautes d’Oberkampf, Gato Preto… au Petit Bain ici