Collectif Egalité, #Damonsplaining… : tout ce qu’on n’a pas pu aborder le 29 mars

DEBAT -Le 29 mars, vous aviez été nombreux.ses à venir discuter avec Shirley Souagnon, Annabelle Lengronne, Claire Diao et JP Zadi de la place des comédien.ne.s noir.e.s en France à la Manufacture 111. Et on avait seulement deux heures. Retrouvez ici ce dont on n’a pas pu discuter ce soir-là 🙂

Le collectif Égalité pointe du doigt le manque de diversité dans le cinéma français (février 2000)

Nous avons ouvert la discussion du 29 mars, qui réunissait Shirley Souagnon, Claire Diao, Annabelle Lengronne et JP Zadi en rappelant que la problématique de l’invisibilité des comédien.ne.s noir.e.s ne date pas d’aujourd’hui et que la presse française en a volontiers parlé concernant les États-Unis sans trop insister sur ce qu’il pouvait bien se passer ici.

Pour amorcer le débat, nous aurions voulu diffuser la vidéo dans laquelle le collectif Egalité, avec Calixthe Beyala et Luc Saint-Eloy comme fers de lance, s’invitent au 25ème anniversaire des César.

On vous en avait parlé ici, quand nous nous étions penchées sur la polémique autour de l’absence d’animat.eur.rice.s noir.e.s.au lancement de la chaîne BET France en novembre 2015.

On aurait voulu revenir dessus avec vous qui étiez là lors de notre rencontre du 29 mars.

Qui se souvient de ce moment historique ? Pourquoi toujours cette difficulté, peu importe le domaine, à transmettre et à rendre des initiatives pérennes ? Qu’est-ce qui a été entrepris depuis par les institutions ?

Matt Damon explique ce qu’est la diversité à la productrice Effie Brown (septembre 2015)

On aurait souhaité pouvoir aborder une polémique qui a fait grand bruit aux États-Unis.

En septembre 2015, une affaire a fait grand bruit aux Etats-Unis. Cela se passe sur la chaîne HBO, dans le cadre de l’émission « Project Greenlight », une série documentaire dans laquelle Matt Damon et son acolyte Ben Affleck permettent à un.e. réalisat.eur.rice de  faire son premier film en mettant à disposition toute une équipe de tournage. Dans l’équipe, Effie Brown, productrice de film, noire, qui a notamment travaillé sur le film Dear White people.

La jeune femme, seule invitée « issue d’une minorité », soulève la question des rôles stéréotypés et du manque de diversité dans le projet.

Ce à quoi Matt Damon répond que la diversité se fait au sein du casting et non au sein de l’équipe de production du film. La polémique a été cristallisée sur Twitter par le hashtag #DAMONSPLAINING pour ne pas dire « whitesplaining », ce moment où une personne blanche explique ce qu’est le racisme par exemple à une personne qui est noire, asiatique ou autre. On notera que le programme était diffusé le dimanche soir à une heure de grande écoute.

Par la suite, la productrice Effie Brown affirme qu’on l’a incité à se taire, sous prétexte qu’elle ne pouvait pas « s’attaquer à un chouchou d’Hollywood ».

Cette affaire soulève pas mal d’interrogations. De quelle marge de manœuvre dispose-t-on face à de grands noms qui ne se préoccupent pas des questions de diversité et de clichés ? Une personne noire qui travaille au sein de cette industrie est-elle l’éternelle « token » (caution) ? Comment faire changer les mentalités dans ce domaine majoritairement blanc ?

Un début de réponse quant à la façon d’améliorer les choses ?

Effie Brown estime que pour que les choses évoluent dans ce milieu, et éviter de « faire le jeu du système que l’on dit vouloir changer »,  il faut faire 3 choses : recruter, encadrer et investir. Qui serait apte à le faire ? Où trouver les fonds ?

A NE PAS RATER- Rendez-vous @Manufacture 111 le 29 mars

#Unjouruneactriceafrofrançaise #11 : Zita Hanrot

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Zita Hanrot.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons mettre en valeur, comme d’autres le font, mais à notre manière, les comédien.ne.s noir.e.s en France.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Zita Hanrot.

Zita Hanrot © Agence / Bestimage
Zita Hanrot © Agence / Bestimage

Zita Hanrot est née en 1990.

Au cinéma, elle a joué dans Radiostars en 2012, Eden de Mia Hansen-Love en 2014, ou plus récemment Fatima, où elle était Nesrine, rôle pour lequel elle a remporté le César du meilleur espoir féminin, lors de la cérémonie qui s’est tenue février 2016.

A la télé, où elle a débuté en 2004, elle a incarné Malika dans la série Le Tuteur, le rôle de Nadia dans la mini-série Chefs en 2015. Elle sera l’héroïne de la fiction télévisuelle Rose et le soldat, prochainement diffusée sur France 2 aux côtés de Fred Testot et Yann Gael ; elle incarne une infirmière rebelle en Martinique en 1942.

À l’instar d’Eriq Ebouaney, elle est à l’affiche du Gang des antillais depuis le 30 novembre 2016. Zita Hanrot tiendra également l’un des rôles principaux dans De Sas en sas de Rachida Brakni en salles le 15 février et sera au casting de Les carnivores des frères Jérémie et Yannick Renier avec Leïla Bekhti et Maximilien Poullein et de KO de Fabrice Gobert avec Laurent Laffitte.

#Cesars2016 – Félicité Wouassi, Isaac de Bankolé, Aïssa Maïga… : neuf comédien.ne.s afrofrançais.e.s nommé.e.s et/ou récompensé.e.s aux éditions précédentes 

PALMARÈS- Quelques comédien.ne.s noir.e.s ont réussi à obtenir un prix lors des précédentes cérémonies des César, avec des trajectoires diverses suivant la réception de leur prix.

Yahima Torres, Ralph Amoussou ou encore Aïssa Maïga et d’autres font partie des rares artistes qui ont été nommé.e.s, voire récompensé.e.s lors des Césars. Le constat :

Isaac de Bankolé, César du meilleur espoir masculin 1987 

isaac de b

Nommé, l’acteur avait remporté le trophée du meilleur espoir masculin en 1987, pour son rôle dans le film Black Mic-Mac, sorti un an plus tôt. Si cela lui a permis un temps de booster sa carrière, il vit depuis quelques temps aux Etats-Unis, comme il l’explique ci-dessous.

Hubert Koundé, meilleur espoir aux Césars 1995 ? 

hubert K

S’il ne gagne pas, Hubert Koundé reste pour beaucoup Hubert, le personnage qu’il joue dans la Haine et pour lequel il est nommé cette année-là. Il avait déjà joué pour Mathieu Kassovitz dans Métisse.

Aïssa Maïga, nommée aux Césars 2007

 

Héroïne principale du film Bamako d’Abderrahmane Sissako qui lui a valu cette nomination, Aïssa Maïga, avait débuté sa carrière grand public au cinéma avec Saraka Bo, un polar aux côtés d’Yvan Attal et de Richard Bohringer. Le fait de ne pas avoir le César cette fois ne l’a pas empêchée de continuer sa carrière oscillant entre films grand public comme Sur la piste du Marsupilami en 2012 ou films d’auteur comme Tey la même année.

Félicité Wouassi, nommée en 2009

félicité w
Félicité Wouassi dans la série Paris (2015)

Son rôle de mère courage dans Aide-toi, le ciel t’aidera ne lui vaudra pas de gagner le prix de la meilleure actrice. Mais, la comédienne, qui a également une carrière au théâtre, a été récompensée au festival de Tokyo. Elle sera faite chevalier de l’Ordre des arts et des lettres en 2010.

Même chose pour Ralph Amoussou, nommé dans la catégorie meilleur espoir masculin dans le même film. S’il ne remporte pas de prix, il a été présent par la suite au moins dans un film par an, le plus récemment dans la suite des Tuche.

ralph a

Yahima Torres, nommée dans la catégorie meilleur espoir féminin en 2011
Elle avait été nommée pour son rôle dans le film La Vénus Noire d’Abdellatif Kéchiche, son unique film en tant que comédienne à ce jour.
L’interview ci-dessous est très gênante ; à regarder jusqu’à la fin.

Omar Sy, nommé dans la catégorie meilleur acteur en 2012

Le comédien a remporté le César pour son rôle dans Intouchables. Il concourrait contre François Cluzet, son partenaire dans le film, Jean Dujardin, Philippe Torreton, Olivier Gourmet, et Denis Podalydès. Il a depuis entamé une carrière internationale.


Karidja Touré, nommée dans la catégorie meilleur espoir féminin en 2015

karidja t

Nommée pour Bande de filles, film réalisé par Céline Sciamma dont les quatre héroïnes principales sont noires et qui a fait souffler un vent de polémiques avant, pendant et après sa sortie, Karidja Touré n’a pas remporté de prix. Elle a cependant fait le tour du monde avec le film et sera prochainement à l’affiche du film tchèque Skokan.
Zita Hanrot, Meilleur espoir féminin en 2016
image

À l’âge de 26 ans, Zita Hanrot obtient le César du meilleur espoir féminin pour le film Fatima de Philippe Faucon lors de la cérémonie des Césars 2016, devenant ainsi la première femme noire à obtenir ce prix.
L’actrice originaire de Marseille s’est notamment illustrée dans le film Eden (2014) et Radiostars (2012). Elle fait également partie du casting du film Le gang des Antillais de Jean-Claude Barny en cours de tournage.

#Unjouruneactriceafrofrancaise #1 : Esse Lawson

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Esse Lawson.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Esse Lawson.

 

esse lawson
Esse Lawson

Esse Lawson est née en 1980.

Elle a joué dans son premier film La Squale, en 2000.

Esse Lawson jouait le rôle d’Aïssa dans le film Illégal d’Olivier Masset-Depasse en 2010, nominé aux Césars du meilleur film étranger en 2011.