#FraichesWomen2019 Jeannine Fischer Siéwé :  » La #blackexcellence peut être une injonction, une norme : qui la fixe ? »

PORTRAIT – On l’avait rencontré sur ses terres, à Lille, à la Gare Saint-Sauveur, un vendredi soir. Elle courrait partout, mettant à l’aise ses invité.e.s, orchestrant l’événement, du workshop de danse au studio photo. Jeannine Fischer Siéwé, avec WaWa L’Asso était associée à 100% Afriques, l’exposition-événement de la Villette programmée en 2017 et qui s’était posée à Lille. Le lendemain, legging et T-shirt, elle entraînait derrière elle une centaine d’élèves à suivre ses pas afrobeats. L’intégrer à l’initiative Fraîches Women pour cette édition nous permettait de parler de la danse. « Avoir le rythme dans la peau », l’association que l’on fait de cet art avec l’Afrique et les personnes afrodescendantes, et par extension, leur lascivité est récurrente. Jeannine est un visage de ce que veut dire être une femme afrodescendante en France : pas forcément parisienne, valorisant des cultures africaines autres que celles dans lesquelles elle a grandi, pleine de questionnements quant à ses pratiques.

Les 8 #fraicheswomen de l’édition 2019 ont chacune donné leur avis sur la thématique de cette seconde édition du projet photo, à savoir la « black excellence », -preuve que les Noir.es ne devraient pas être essentialisé.es -et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles nous avons créé L’Afro le 31 octobre 2015 ;).

Les débuts

« Je m’appelle Jeannine Fischer Siéwé, j’ai 38 ans et je suis franco-camerounaise. Je nais à Paris, passe mon enfance au Cameroun, puis mon adolescence dans un petit village dans la Picardie. Mon bac en poche, j’ai migré vers le ch’nord et je n’ai plus quitté ma ville, Lille. Après une école de communication, j’ai bossé en agence de communication, responsable des achats, de la vente et de la communication pour une boutique à Lille. Il y a 5 ans, j’ai tout plaqué. J’ai fondé Wawa et j’en suis la directrice artistique. »

« Wawa est une structure culturelle lilloise inédite, qui organise et produit des événements culturels et artistiques autour des cultures afro- Caraïbes-Brésil. »

La genèse du projet Wawa L’asso

« J’ai toujours eu envie d’entreprendre. Depuis toute petite, j’organisais les spectacles de fin d’année de l’école maternelle de ma mère, je montais des groupes de danse, j’organisais des expos. À 17 ans, j’ai organisé ma 1ère expo d’artisanat dans ma fac à Lille. Je suis passionnée par plusieurs domaines : l’art, la photo, la mode, la danse, l’événementiel, la création etc. J’ai décidé de créer WaWa qui est une réunion de toutes mes passions. Ce projet mûrissait déjà dans mon esprit depuis des années et au début, je ne savais pas bien comment articuler tout cela, comment définir un projet cohérent, par où commencer etc. »

« Ma motivation principale était que j’aspirais à travailler pour moi et gagner de l’argent au travers d’un projet inspirant et surtout qui donnerait du sens à ma vie, qui me ressemblerait et qui pourrait profiter à ma communauté, la fédérer et la valoriser. Un jour, ça a été évident pour moi, je me suis lancée et depuis, ma vie a radicalement changé. »

« Aujourd’hui, nous organisons des événements qui rassemblent près de 2000 personnes, on a près de 130 élèves dans notre école de danse, on a créé une compagnie de danse, on produit nos propres événements, on a créé un webmagazine et on s’apprête à sortir notre marque de bijoux, vêtements et accessoires : Wandafull by WaWa ! »

« C’est une aventure dure, mais tellement riche ! Une aventure faite de sacrifices, de désillusions, c’est vrai. Mais j’ai gagné tellement plus à sauter le pas et j’ai appris tellement sur moi et sur les autres. Et on a encore plein de rêves, de projets à réaliser. »

La réaction de ses proches

« Entre la genèse de l’idée de WaWa et le passage à l’action, il y a eu un peu de temps et comme je disais toujours que je voulais créer quelque chose, mon entourage n’a pas vraiment été étonné. De plus, j’entreprends depuis toute petite. J’ai la chance d’avoir une famille bienveillante et qui me soutient dans mes projets. Ma mère, par exemple, a toujours veillé à ce que je fasse ce que je veux. Que je m’en donne les moyens et que je fonce. Elle m’a toujours soutenue. Elle se déplace pour presque tous les grands événements que nous organisons à Lille. Elle embarque d’autres membres de la famille, ses amies etc. »

« Ma sœur, mon père,-un peu moins à présent qu’il vit au Maroc-, mes tatas proches etc. m’ont toujours encouragé dans mes projets. »

A propos de la ‘black excellence’

« La Black excellence, je connais bien : l’élite noire française. J’essaye de participer tous les ans au Gala Efficience à Paris qui réunit et met en avant ces talents de la Black excellence. Et surtout, qui met en lumière toute la question de la nécessité de la représentation positive. Pour tout dire, j’appréhende ce concept de 2 manières : d’un côté, en tant qu’entrepreneure, figure de ma communauté à Lille, j’aime à cultiver cet esprit de Black excellence. Oui, on a besoin de modèles de réussite, oui, on a besoin de figures inspirantes, on a besoin de ramener de l’excellence au sein de nos communautés et on a besoin de montrer et de démontrer aussi cette excellence pour casser les poncifs qui pèsent encore trop sur nos communautés noires en France. »

« Mais d’un autre côté, je m’interroge aussi sur l’injonction que suppose ce modèle de « la réussite ». Cette notion de Black Excellence, qui sous-entend aussi que pour appartenir à cette élite noire, et être reconnu.e dans ce cercle, on doive obéir à certaines normes . Du coup, ce concept peut exclure aussi. Que faut -il faire pour appartenir à cette catégorie sociale ? Et à quel prix ? Avons-nous moins de valeur si nous ne sommes pas reconnus de la Black excellence ? »

Des conseils à quiconque voudrait suivre sa voie, en particulier les femmes

« Mon domaine, la conception et la production d’événements autour des cultures Afro- Caraïbes- Brésil est un marché de niche, encore plus dans ma région des HDF – Hauts-de-France, ndlr-. »

« De plus, mon métier croise plusieurs secteurs : le volet chorégraphique et créatif, le volet pédagogique, la production et la diffusion d’événements, le volet commerce et vente, entre autres. »

« Cela suppose pas qu’il faut avoir pas mal de compétences et de casquettes différentes à gérer. »

« Bonne nouvelle, il reste beaucoup de choses à faire et à inventer. Autre bonne nouvelle : les réseaux sociaux et la communication digitale, nous font gagner un temps et du coup, il y a des bénéfices financiers non négligeables. Dernière bonne nouvelle, nous n’avons jamais eu autant d’opportunités à saisir ! »

« Cependant, il faut s’armer de patience, car c’est un secteur où l’activité est longue à décoller et à être rentable. Il faut être créatif.ve et avant-gardiste. Être constamment en veille sur le marché pour bien l’appréhender. Avoir un bon sens commercial pour booster son réseau et bien s’entourer, avoir un vrai leadership pour fédérer une équipe et une communauté. Outre le fait indispensable d’avoir la foi en son projet, je dirais qu’il est important de trouver ce qui va nous différencier de la concurrence et d’en faire sa force. »

« Avoir toujours une stratégie sur le long terme et un mental fort. C’est une course de fond. Il faut être focus sur ses objectifs. »

« Très important : ne pas avoir peur de faire des erreurs, car pour apprendre il faut se tromper mais l’essentiel est de se relever. »

« De manière générale, pour quiconque veut se lancer dans l’entreprenariat, je dirais très simplement ce que j’ai appris sur le terrain :

  • savoir bien s’entourer : amis, inspirations personnes bienveillantes, expert.e.s etc.
  • être curieux.se, bouger, voyager pour puiser l’inspiration, renouveler les énergies, rencontrer, échanger.
  • Pratiquer un sport qui force la discipline, l’endurance physique, le dépassement de soi, le gout du challenge.
  • Ne pas avoir peur de demander de l’aide et se reposer.
  • Investir sur soi. A titre personnel, j’investis près de 500 € par an dans du coaching et des formations.
  • Ne pas avoir peur d’être différent.e. Même si au début, la différence et le changement font peur aux autres. Plus on gagne en succès avec sa différence, plus on interroge l’autre, plus on attire les jalousies car on renvoie aux autres, leur incapacité à oser embrasser leur différence et à changer. Et j’ai appris douloureusement qu’on pardonne encore moins à une femme… noire qui OSE ! »

Un tournant ou un grand défi dans sa vie

« Quand j’ai vu qu’on pouvait réunir plus de 2000 personnes à notre dernier événement (Fashion Outlet Party, notre événement annuel sur la mode éthique, solidaire et afro qui a eu lieu en novembre 2018. Le plus grand défilé entièrement chorégraphié dans les H.D.F: 12 créateurs, 120 modèles, du show, de la danse, de la mode, des performances) là j’ai pris une claque et j’ai réalisé tout le travail accompli. »

« Mon défi ? Je dirai mes défis ! Je veux toujours plus, je veux toujours faire mieux. Mon prochain défi sur le court terme est la création d’emplois dans WAWa. On vise 2-3 emplois pour 2019-2020. »

« Sur le long terme, mon défi est la création de notre centre culturel dédié aux cultures de matrice africaine, conçu, créé et géré par des afro-descendant.e.s. Voilà mon grand défi : marquer l’histoire ! »

 Un moment où on lui a fait sentir que le fait d’être une femme noire pouvait être un obstacle ou te ralentir dans son parcours ? Ou le contraire ? Ou autre chose ?

« Pour moi, être une femme noire est une bénédiction. Je le vois comme une force dès le départ et cette différence a toujours été ma force et je m’appuie sur ma double culture franco- camerounaise qui est pour moi une chance. »

« Je ne vois pas a priori de facteurs qui pourraient me freiner. Je dis bien a priori car je suis très au fait des discriminations et j’ai fait, je fais et je ferais probablement encore longtemps la douloureuse et injuste expérience de l’intersection de discriminations de genre, et de race et des clichés qui sont liés à ces deux pans de mon identité ‘femme’ et ‘noire’. »

« Mais, mes projets sont mes combats contre ces discriminations, je refuse de baisser les bras et des les laisser gagner, j’apporte ma pierre à l’édifice pour les générations qui arrivent ! »

Ce qui l’a aidé à arriver là elle en est aujourd’hui

« Plusieurs choses : la foi, la foi en moi et la foi en mon projet. Il faut y croire dur quand parfois, on doit marcher à contre sens, et affronter des courants qui nous mettent K.O. Il faut rêver constamment et puis réaliser ces rêves. Il faut cultiver cette flamme, au fond de son cœur , cet espoir intime de changer les choses. »

« Autre chose, je me suis entourée de vrais bras droits, de vraies amies, je n’en ai que 2 ! Je filtre beaucoup mon entourage, la famille, les amis, je chasse les personnes toxiques. Parfois ça demande de sacrifier des supposées amitiés ou des relations. Avec le temps, ça m’est moins compliqué de le faire. »

« Aussi, les rencontres, les déceptions, la rage, les épreuves vécues, la rage encore de se dépasser, l’ambition d’inspirer, de laisser une trace. »

Ses modèles et inspirations

« J’en ai tellement… les femmes de manière générale dans leur diversité, leur pluralité m’inspirent et pour ce qui est des femmes noires, ce qui me plaît précisément dans ce projet de festival, c’est de montrer qu’il n’y a pas une femme noire mais une grande diversité de femmes noires. Avec leurs paradigmes, leurs contradictions, leurs paradoxes, leurs victoires leurs batailles, leurs avis etc. Sinon j’aime aussi Oprah Winfrey, mon modèle absolu : empowerment, entreprenariat, force de caractère, noblesse d’âme, vision stratégique, richesse. »

« J’aime ma maman,ma base… et puis Simone Veil, elle a délivré tellement de femmes…entre autres mais il y en a tellement d’autres que je pourrai citer … »

Un mot, un slogan, un leitmotiv qui résume son état d’esprit

« Quand viennent les temps durs, les temps où on pense que c’est insurmontable, j’aime à me répéter cette phrase : Si tu veux avoir le miel, tu devras affronter les abeilles. »

« Automatiquement, une autre phrase me vient à l’esprit : Plus grand sera ton effort, plus importantes seront tes victoires. »

« Le fait que le travail paie toujours tôt ou tard. »

Ce sur quoi elle travaille en ce moment ?

« En bref : La restructuration de WaWa, les travaux de rénovation de notre salle de danse, notre gala de danse de fin d’année et ce projet de création de postes. « 

Ses projets futurs ?

« En bref : mon voyage au Brésil. Mon voyage au Cameroun. Mon voyage en Jamaïque, tous les carnavals que je rêve de faire dans le monde … »

« Ma marque Wandaful by WaWa, le shooting des produits cet été. »

« Plus loin : la création de mon centre culturel, des projets plus personnels, construire au pays … »

(Jeannine Fischer Siéwé animera aussi un workshop afrobeat lors de la seconde édition du Fraîches Women Festival samedi 11 mai à La Marbrerie à Montreuil et elle sera à son image : une bouffée d’oxygène qui vous mettra dans un mood positif !)

Publicités

Portrait – Djeneba Aduayom ou l’art de la photographie empathique

L’ex-danseuse et désormais photographe franco-togolaise basée à Los Angeles Djeneba Aduayom expose pour la première fois cette année à la Foire d’art contemporain africain AKAA au Carreau du Temple. Elle y présente des pièces de sa série « Capsulated » du 9 au 11 novembre . Portrait d’une artiste introvertie en quête de l’humain.
Avec la photographe Djeneba Aduayom, il faut du mouvement ! Pas étonnant quand on sait qu’avant de dégainer un Canon 5D, elle a suivi une carrière de danseuse, auprès de Prince, Tina Turner, Robbie Williams … jusqu’à ce qu’une opération de la hanche et du genou suite à une grave blessure l’oblige à envisager une reconversion professionnelle. Elle a cependant encore besoin que ça bouge. C’est à ce moment-là qu’elle se met à la photo. Et plus elle shoote, plus elle y prend goût. « Je cherchais quelque chose qui me passionne autant que la danse. Comme j’avais fait de l’architecture d’intérieur, je pensais que ce serait ma carrière numéro 2 mais quand j’ai découvert la photographie, ça m’a mis dans une espèce d’émotion … j’ai donc pris toutes mes économies et j’ai acheté un appareil photo et de belles lentilles. » L’aventure photographique débute il y a 9 ans.
Le mot d’ordre de Djeneba, photographe autodidacte ? La discipline.
A l’âge de six ans, alors que sa famille vit au Togo, elle exprime un voeu clair, net et précis : elle sera danseuse internationale ! Ses parents l’inscrivent à des cours de danse classique. Elle poursuit son apprentissage lorsque sa famille s’installe à Paris quelques années plus tard et toujours plus exigeante, elle réclame une formation d’un niveau supérieur. La voilà inscrite au Lycée Racine option danse. A l’âge de 16 ans, elle s’envole seule vers les Etats-Unis effectuer un stage à New-York. Elle travaille par la suite avec des compagnies de danse dont celle d’Alvin Ailey pour un ballet avant de rentrer dans le monde commercial auprès de grandes stars, des clips vidéos aux tournées internationales. « Des moments exceptionnels ! »
Pour l’amour du mouvement oui, mais pas à n’importe quel prix. Pas de place pour le désordre, il se doit d’être sensé car dans chaque cliché, il y a une intention. D’où la recherche parfois du « mouvement calme » où les modèles ne sont pas nécessairement en train de bouger mais où il y a ce qu’elle appelle « une respiration dans la personne ». « Je suis intéressée par le fait d’extraire des couches d’humanité, des couches d’émotions de l’intérieur d’une personne plutôt que de les faire poser ou de leur faire faire des mouvements qui n’ont ni queue ni tête. » Bienvenue dans la « poésie visuelle » de Djeneba Aduayom.

the-arrival-by-djeneba-aduayom
« The arrival » de Djeneba Aduayom (Source photo : Galerie Number 8)

Elle s’est notamment fait remarquer pour sa série « Capsulated », publiée sur le site de Vogue Italia en avril dernier. « Le projet est né d’un mix entre mon expérience personnelle et celles des modèles. Je suis très timide même si on ne dirait pas. Faire un show sur une scène devant 60 000 personnes, ce n’est pas un problème pour moi, la scène étant comme une bulle mais danser en boîte, j’en suis incapable ! Etant en plus une artiste et un peu dyslexique, il m’arrive d’avoir l’impression d’être mal comprise. J’ai du apprendre à m’exprimer. J’ai donc souvent eu l’impression d’être dans une bulle. J’ai également rencontré des personnes rejetées de par leur couleur de peau, qu’elles soient foncées de peau, atteinte de dépigmentation ou d’albinisme. Parfois, cela provoque une tristesse chez elles. Il était également pour moi qu’elles soient dégenrées et que le public en posant leurs yeux sur les photos, entre dans cet univers, en apprécie la beauté, sans voir le genre et la couleur du modèle. »
Représentée par Galerie Number 8 qui se focalise « sur l’esthétique noire et la diversité dans la photographie et les techniques mixtes », Djeneba est la fille d’une mère franco-italienne et d’un père togolais. « Je suis à la fois blanche et à la fois noire. Mes modèles le sont aussi. J’ai la chance d’être métisse et de savoir parfaitement qui je suis ».
La photographie est avant tout pour elle une affaire de rencontres et de ressentis. Le choix de ses sujets se fait au coup de coeur ; « je ne suis pas attirée par les personnes qui sont belles et qui n’ont rien à donner mais plutôt par celles qui ont quelque chose dans leurs yeux que je ne peux pas ignorer. Etant empathique, je ressens assez facilement ce qu’une personne peut porter comme émotion sans forcément qu’elle le sache. » La bienveillance et la délicatesse sont palpables dans ses clichés. Elle se félicite d’ailleurs de réussir à capter une partie de leur émotion dont ils n’ont parfois pas conscience.
Basée à Los Angeles depuis 2009, l’artiste n’a pas fini de faire parler d’elle. Elle a été commissionnée par Time Magazine pour l’édition de décembre, chargée de réaliser une série de photos avec une sélection d’artistes choisies par Ava Duvernay qui en sera la guest editor. Elle a également prévu de s’essayer à l’autoportrait, un véritable challenge pour l’introvertie qu’elle est.

INTERVIEW – Bolewa Sabourin et Balla Fofana, auteurs de « La Rage de vivre »

ENTRETIEN – Le premier est danseur et chorégraphe, le second est journaliste. Bolewa Sabourin, aidé de la plume de Balla Fofana, a publié son autobiographie, « La Rage de vivre », parue aux éditions Faces Cachées le 5 septembre dernier. L’Afro s’est entretenu avec les deux hommes pour évoquer notamment le travail à deux sur un récit si personnel, les liens à leurs pays d’origine respectifs, la difficulté à s’identifier dans la littérature française quand on est un homme noir, de leur rapport à la langue française qui leur a été imposée et le point de vue de Bolewa sur la façon dont sont perçues des danses traditionnelles africaines par les afrodescendant.es en France.

Le danseur et chorégraphe Bolewa Sabourin est l’un des fondateurs de l’association LOBA qui a lancé le projet Re-creation, une méthode de thérapie par la danse pour aider les femmes victimes de viols en République démocratique du Congo et en France à se reconstruire, un projet né suite à une rencontre avec le Dr Denis Mukwege, « l’homme qui répare les femmes », récemment sacré Prix Nobel de la paix pour son travail au quotidien dans la région du Sud-Kivu. Il a fait paraître en septembre dernier aux éditions Faces Cachées le récit de sa vie, revenant sur ses multiples vies, un contexte familial complexe, du Congo à la France en passant par la Martinique, son engagement politique au sein du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) et son parcours scolaire.

« La Rage de vivre » a été co-écrit par Balla Fofana, journaliste passé par le Bondy Blog, TF1 et actuellement en poste à Libération. Les deux hommes ont répondu à nos questions, se confiant sur leurs parcours, la perception du corps noir en France, les retours qu’ils ont eu -notamment d’hommes blancs- depuis la parution du livre et la façon dont ils se sont affranchis des clichés qui leur ont été imposés par la société.

 

INTERVIEW – Le chorégraphe Amael Mavoungou met en scène son impossible deuil dans « Les larmes du ventre »

ENTRETIEN – Le chorégraphe et danseur Amael Mavoungou, 35 ans, originaire du Gabon,  a été initié au rite bwiti. En tant que tel, il lui a été interdit de pleurer la mort de son enfant. Avec Les larmes du ventre, spectacle catharsis, il questionne la place de certaines traditions aujourd’hui. L’Afro l’a rencontré lors d’une représentation au centre Ramdam à Lyon.

C’est l’histoire d’un homme qui a perdu son fils peu de temps après sa naissance, qui ne peut pas laisser couler des larmes ni savoir où le petit est enterré, dues à ses traditions et à celles de la mère du bébé. Amael Mavoungou fait sa catharsis dans sa proposition artistique que nous avons pu découvrir en mars dernier au centre culturel Ramdam à Lyon qui soutient son projet.

Comment avez-vous commencé la danse ?

J’ai commencé en 1998 au Gabon, dans une troupe traditionnelle. Le chorégraphe avait déjà une démarche contemporaine avec atelier de recherche chorégraphique, on pratiquait presque toutes les danses traditionnelles. On créait des pièces pour les présenter au centre culturel français devenu Institut français. Je voulais apporter autre chose aux danses traditionnelles, faire ça à ma sauce. Avec un ami, comme on était contraint de rester avec la même troupe et qu’on voulait faire un peu autre chose, on a créé la compagnie Mbolo’h et un spectacle qui s’appelait Espoir, parlant du monde traditionnel et du monde moderne. On l’a présenté lors d’un événement et c’est là que j’ai senti que j’avais des lacunes par rapport à d’autres. J’ai également été formé au Sénégal au Sénégal, en 2008 et en 2009. Je voulais emmagasiner des connaissances, aller à la rencontre de ce que je ne connaissais pas. Je suis ensuite arrivé en France en 2011. J’avais rencontré quelques années plus tôt Sylvain Benenet, associé à la formation de danse contemporaine d’Angers. J’y suis resté deux ans, le temps de faire mon master. C’est pendant la formation que j’ai créé le spectacle. J’ai finalement décidé de rester en France et obtenu un titre de séjour compétence et talent, pour la création d’un projet utile à la France et à mon pays, le Gabon. J’ai fait ce choix pour continuer à travailler professionnellement. Les conditions de travail au Gabon ne me plaisait pas, les autorités négligent les artistes, ne mettant pas à leur disposition des structures et des espaces nécessaires. Le seul lieu disponible est l’Institut français qui est une structure française qui permet aux habitants gabonais de découvrir la culture française.

AMAEL-creditCamilleMétairie2
Amael Mavoungou dans « Les larmes du ventre »

Pouvez-vous présenter votre projet « Les larmes du ventre » ? Combien de temps a-t-il fallu pour le mettre en place ?

Ma démarche artistique est très ancrée dans le social. En première année de master, j’avait écrit un premier spectacle, « Le piment dans les yeux », un spectacle qui parlait sur les hommes politiques gabonais. J’avais pris une claque car il n’avait pas été bien reçu. Lors de ma première prestation, je pense que j’étais trop en colère et la scénographie était prenante ; je dansais pendant 25 min avec un sac plastique sur la tête, c’était trop violent pour le public qui a pris de la distance. Je devais ensuite proposer un autre projet. C’est là que j’ai décidé de parler de mon fils que je n’ai pas pu pleurer, comme je suis initié au rite Bwiti. Il y a une autre forme de lamentation, des larmes que j’ai fait couler dans mon ventre. Pleurer mon enfant remet en question l’idée selon laquelle les hommes ont du mal à pleurer, à montrer leurs émotions. Pour certains, un homme qui pleure est un signe de faiblesse mais je ne suis pas d’accord. Les femmes qui arrivent à pleurer sont fortes, arrivent à assumer. Ne pas arriver à assumer est justement faire preuve de faiblesse. Je ne sais pas où mon enfant a été enterré, parce d’après les traditions du peuple de mon ex-compagne avec qui j’avais eu le petit, l’homme ne doit pas savoir où l’enfant est enterré et ça me coûte encore aujourd’hui. À chaque fois que je joue ce spectacle, c’est comme si je l’enterrais, avec la pierre que je déplace sur la scène. « Les larmes du ventre », c’est remettre en question les traditions, se demander ce qu’elles apportent à l’humain, si, avec le monde qui évolue, certaines valent encore la peine d’exister. Je danse bwiti comme mon grand-père l’a fait mais pas exactement de la même manière. Le but des traditions est de pouvoir s’épanouir mais ne pas pouvoir pleurer son enfant ne le permet pas. Je trouve qu’il y a des choses qu’il faut gommer.

Au moment de la présentation de la première version- qui durait cinq minutes- je me suis mis à pleurer et je n’ai pas pu présenter dans l’immédiat. Mais ça m’a aidé, si je n’avais pas pleurer, je pense que je n’aurais pas pu le présenter du tout le soir. J’ai continué à travailler le spectacle puis j’ai eu une résidence à Pantin.

Le centre Ramdam de Lyon m’a permis de pouvoir continuer à le travailler en me soutenant financièrement et en laissant y avoir des résidences. À la fin des résidences, je savais où je voulais aller mais je sentais qu’il manquait une pièce au puzzle. Je suis allé au Gabon pour discuter avec la mère du petit deux ans après pour savoir comment elle avait vécu tout ça. Là, j’ai compris qu’il me fallait son point de vue, en tant que mère de l’enfant. Elle m’a dit qu’elle avait peur d’oublier mais qu’elle voulait passer à autre chose car elle avait eu un enfant entre-temps. À mon retour, j’ai intégré son point de vue à mon projet. J’ai aussi travaillé avec des femmes car le matériau chorégraphique part du bwiti, les hommes étant initiés d’une manière et les femmes d’une autre, chacun ayant sa propre danse.

Qu’avez-vous appris auprès des femmes initiées ? Avez-vous également parlé à des ancien.ne.s ?

Dans le cérémonial, j’ai discuté avec les femmes initiées au Nyembè mais elles n’expliquaient pas le fond.

Dans ce rite initiatique, il y a un rapport de force mais ce sont les femmes qui sont à la source de tout cela et les hommes jouent au coq.

Les pas de danse des femmes sont plus compliquées car plus subtiles plus viscérales et ça fait encore plus travailler en fait ce sont elles qui travaillent plus que les hommes alors que pour les hommes, c’est plus les muscles qui sont mis en avant. Et là, je me demande, qu’est-ce qui définit la force ? C’est avoir un phallus ? On dit que les femmes sont plus faibles mais ce n’est pas le cas, on les voit travailler beaucoup en Afrique notamment.

J’ai aussi discuté avec des hommes. Certains disent que pleurer attire le malheur. Moi, je fais la part des choses, c’est moi qui suis au centre donc au final, je vois ce qui m’épanouis ou pas. Avec mon background culturel et mon expérience, j’ai du négocier pour ne pas les frustrer et attirer leur attention, car ils sont aveuglés par les us et coutumes.

AMAEL-creditCamilleMétairie6
Amael Mavoungou

Comment avez-vous construit le spectacle ?

Au tout début, j’étais parti dans une improvisation, inspirée de souvenirs, d’image qui me parlaient et que j’essayais de mettre en scène. Mais les discussions au Gabon ont fait que le spectacle est devenu autre chose. Partir de mes danses traditionnelles pour les emmener vers un langage universel : comment en faire quelque chose d’accessible pour ceux qui ne connaissent pas, c’est le but. Il s’agit d’un conte initiatique où la négociation se fait avec la voix car je parle et je chante en langue loumbou pendant le spectacle. C’est une façon d’accrocher le public à qui je laisse également un espace pour imaginer ce qu’il veut.

Où est-ce que vous vous situez entre vos traditions et votre vie ici en France ?

Je suis universel et international. J’arrive à prendre ce qui est essentiel pour mon épanouissement, notamment l’amour. C’est ce que veut transmettre le bwiti. Mais quand on exclut les femmes, ça ne m’intéresse pas. Ce qui est réducteur, l’ego, je n’y prête pas attention. On discute mais si je trouve que c’est machiste, je n’approuve pas mais je respecte l’expérience et le vécu de la personne en face de moi. Je pense qu’il faut laisser chaque génération faire son expérience pour avancer aussi. Il faut laisser les gens vivre, arrêter d’essayer de tout contrôler.

amael_credit_simon_jourdan
Amael Mavoungou

Pouvez-vous traduire quelques chants que l’on peut entendre dans le spectacle ?

Au début du spectacle, ce sont des paroles de bienveillance. J’estime que je ne suis pas seul sur scène, que l’espace où je joue a une entité. Ensuite, je rentre dans le bwiti, ça parle de la nature, de l’humain dans son quotidien, ce sont des paroles aussi de douleur dites à mon enfant, que même s’il est parti, je sais qu’il est là ; son corps est parti mais son énergie est toujours là. Je lui dis que j’accepte, que j’ai lâché prise. J’ai prêté serment et je ne peux pas tout expliquer car la connaissance se transmet et je ne peux pas la transmettre à tout le monde.

Votre sœur est venue voir ton spectacle à Lyon. Qu’en a-t-elle pensé ? Vous en avez discuté ?

Oui, elle m’a dit qu’elle ne savait pas que j’avais autant souffert. Il n’y a pas de nom pour désigner un père qui perd un enfant, pareil pour une mère. Parce qu’humainement, on considère que ce sont les jeunes qui enterrent les plus âgés. Passer aux « Larmes du ventre », ça m’a permis de me concentrer sur moi et de me soigner.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Mardi 20 juin, dans le cadre du festival de Marseille,  je joue dans le spectacle « Samedi Détente » de la chorégraphe Dorothée Munyaneza autour du génocide du Rwanda qu’elle a vécu.

À part cela, en ce moment, je veux transmettre car on parle beaucoup des danses d’Afrique de l’ouest mais il y a une méconnaissance de celles d’Afrique centrale.

Je prépare aussi un nouveau spectacle sur pourquoi et comment les gens donnent leur vote à des politiques qui font que du blabla, la considération de l’humain à la chair alors que des candidats sont prêts à effectuer des décapitations, à utiliser des gri-gris humains en croyant que cela va leur donner plus de pouvoir et leur permettre de devenir les plus grands orateurs.

Pour suivre les actualités d’Amael Mavoungou, rendez-vous sur le site de l’association L’art(sans)frique