#Fraicheswomen2017 n°9 : Danièle Obono, députée à l’Assemblée Nationale

Danièle Obono crédits Noella L

«  L’ « exposition médiatique » combinée au fait d’être une femme noire « insoumise » débouche sur des attaques et des campagnes de dénigrement, harcèlement politico-médiatiques« 

Politique – Dans son parti composé d’individualités, générant des dissonances en public allant du comique -le rapport aux médias- au tragique – Adama Traoré-, Danièle Obono fait entendre sa voix. Enfin quand elle le peut. Quand on ne commente pas la manière de se coiffer, son afrodescendance. Honorées qu’elle ait accepté notre proposition -comme pour les autres- de figurer parmi les #Fraicheswomen, nous clôturons avec elle cette série. Son travail au sein de la France Insoumise, le « double standard », les revers de l’exposition médiatique… Danièle Obono nous a parlé de sa vie de députée.

Comment définissez-vous votre travail ? 

Ce n’est pas vraiment un « travail », même si on travaille beaucoup. C’est une responsabilité, une fonction, une forme particulière de mon engagement politique auquel je consacre aujourd’hui la majorité de mon temps, au lieu seulement d’une partie, et pour laquelle je suis indemnisée…C’est très stimulant car on apprend énormément de choses sur un grand nombre de sujets, on a l’opportunité de rencontrer plein de gens très intéressants, et on peut faire entendre nos idée sur une large échelle. En même temps, comme dirait l’autre, on peut aussi très vite être submergé par le flot des informations, des sollicitations, le rythme de travail imposé, notre petit nombre et le peu de moyens dont nous disposons en tant que petit groupe parlementaire signifie que nous n’avons pas toujours le temps d’aller au fond de chaque thème, ce qui est parfois très frustrant. Et quand on combine l’ « exposition médiatique » au fait d’être une femme noire « insoumise » cela donne des attaques et des campagnes de dénigrement, harcèlement politico-médiatiques qui rajoute à une certaine lassitude. Heureusement qu’on est un groupe solide, soutenu par un mouvement dont les membres sont très actifs et réactifs. Les soutiens viennent aussi de bien au-delà de la France Insoumise: des citoyens et des citoyennes dans la circonscription, des militant·e·s du mouvement social, des syndicalistes, associatifs, etc. C’est cela qui me donne la force et l’inspiration de continuer.

A-t-on essayé de vous décourager ou au contraire vous avez été choyée, portée dans votre entreprise ?
Non, mon entourage n’a pas essayé de me décourager. Ma famille a toujours eu une attitude un peu perplexe mais bienveillante face à mon engagement. Tout au plus m’a t-on enjoint à faire attention, dans les manifs, les actions, etc., vu que je n’ai eu la nationalité française qu’assez récemment. Donc, pendant longtemps, je devais faire renouveler ma carte de séjour. Et puis elle m’a aussi rappelé qu’étant femme et noire, je devais être doublement irréprochable car je serai toujours traitée différemment et soumise à une double pression.

Retrouvez l’édito photo et toutes les #fraicheswomen réunies  

Quand vous êtes-vous vraiment sentie femme politique ?

Je me considère d’abord comme une militante politique qui a aujourd’hui des responsabilités et une visibilité un peu particulières. C’est à la réaction des gens dans la rue ou dans le métro que je me suis rendue compte de la nouvelle manière dont j’étais perçue. Plus simplement comme une femme noire parmi d’autre mais comme Madame la députée, « honorable », qu’on a vu à la télé avec Mélenchon. Le plus drôle c’est souvent la réaction des enfants, le plus touchant les parents.
Danièle Obono crédits Noella L

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Plein de choses ! En premier lieu la question des « contrats aidés » : au-delà delà du soutien que nous apportons aux nombreuses associations qui nous ont interpellées sur le sujet, nous allons organiser un atelier législatif pour élaborer une proposition de loi sur le sujet en partant de la proposition de notre programme sur le droit à l’emploi opposable et de l’expérimentation des « territoires zéro chômeurs » votée sous la précédente mandature.
Nous sommes également en train de prendre contact avec différentes associations et collectifs de défense des droits humains pour travailler en commun sur un proposition de loi interdisant l’usage par les forces de police et de sécurité des techniques d’immobilisation létales. Autre gros dossier, celui des prisons sur lesquelles nous préparons un gros dossier et des interpellations.
En parallèle nous suivons et participons aussi à toutes les mobilisations nationales (contre la loi travail), les luttes locales (défense des services publics, logement, éducation); ainsi que des dossiers plus spécifiques comme la lutte des Chibanis de la SNCF (sur laquelle j’ai récemment interpellé la ministre des Transports).

Quelle est votre principale source d’inspiration ? 

J’en ai beaucoup et de plusieurs ordres ! Mais si je dois en désigner « une » principale, je dirais : les gens qui luttent, qui se battent, envers et contre tout, pour l’égalité et la dignité, pour leurs droits, tout simplement. C’est ça qui m’aide à retrouver la boussole, me rappelle pourquoi je fais ce que je fais et me (re)donne l’énergie nécessaire pour continuer.

(Crédits photo : Noellal)

EDITO – #Fraicheswomen : Black girls rock in France !

À quand une marque, un média, des entreprises FUBU ? La question revient souvent. Des femmes afrofrançaises qui font des choses, il y en a. Dans le milieu associatif, en politique, dans la mode, au théâtre … Certaines sont même totalement dans l’ombre, quand leur métier le requiert ou parce que ce qu’elles font, ce qu’elles sont, n’existe financièrement, politiquement, médiatiquement, que difficilement dans notre bonne société française.

2017 a été une année particulièrement riche en événements : la deuxième édition du festival Black(s) to the future, l’arrivée du média nothingbutthewax, d’Ouvrir La Voix, le film choral d’Amandine Gay, en salles -qui va cartonner-, le documentaire Mariannes Noires de Mame-Fatou Niang,  la diffusion toujours plus importante du guide de l’Afrique à Paris Little Africa par Jacqueline Ngo Mpii, la création par la journaliste Cathy Thiam et l’artiste Serge Kponton de Sheroes TV, 30 Nuances de Noir.e.s, le beau projet de fanfare afroféministe de la chorégraphe Sandra Sainte Rose…

Bonne nouvelle : ces initiatives, pensées, portées par des femmes ou autour des femmes, sont loin d’être les seules à exister.

Non, elles ne brossent pas toujours dans le sens du poil. Oui, elles sont importantes et contribuent à changer les choses.

Nous avons donc décidé de réunir neuf femmes, aux parcours et personnalités différents. On suit leur travail, on nous en a parlé en DM, on les a vu à la télé, sur la toile, en étant de sortie à Paris… Nous avons fini par les contacter, elles étaient disponibles, ont bien voulu nous faire confiance, avaient juste envie d’en être.

Et les voilà, toutes réunies.

Processed with VSCO with a8 preset
De gauche à droite, en hauteur : Maroussia Pourpoint, Penda Diouf, Anaïs Durand Munyankindi, Aset Malanda, Clarence Kopogo et Aïssé N’diaye. De gauche à droite, par terre : Marina Wilson, Manon Ahanda et Danièle Obono / crédits : Noella L IG : @noellal

On a voulu cette photo de famille, ce cliché façon rentrée pour célébrer ces femmes qui font plus que « représenter » dans leurs domaines respectifs. Que ce soit en politique -Danièle Obono-, dans le monde de la gastronomie- Clarence Kopogo-, dans l’industrie créative -Marina Wilson-… Des femmes afrodescendantes aux talents et savoirs -(faire) multiples qu’il faudra suivre, parce qu’elles sont là pour longtemps.

Maroussia, Aïssé, Penda … certaines se connaissaient, d’autres se sont rencontrées pour la première fois le jour de la séance photo. Le shooting a été aussi l’occasion pour elles de se parler, de nouer des liens -enfin elles pourront mieux le dire que nous-, en quelques heures de sororité et de simplicité.

Nous vous proposons de découvrir tous les jours dès mardi le portrait d’une d’entre elles. Oui, on espère que suite à cette première édition, d’autres suivront pour vous présenter de nouvelles #fraicheswomen, très bientôt.

Adiaratou et Dolores, L’Afro team

Pourquoi L’Afro ? 

Merci à elles de nous avoir fait confiance  :

Manon Ahanda

Penda Diouf

Anaïs Durand Munyankindi

Aset Malanda

Aïssé N’diaye

Danièle Obono

Maroussia Pourpoint

Clarence Joséphine Volta

Marina Wilson

Un grand merci à Noëllal la photographe qui a permis de donner forme à ce projet que nous avions en tête (à suivre sur son Instagram) et au bar Monsieur Zinc à Odéon qui nous a chaleureusement accueilli et laissé utiliser son bel espace (à retrouver sur Instagram et Facebook).