#Unjouruneactriceafrofrançaise #43 : Roukiata Ouédraogo

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Roukiata Ouédraogo.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, les artistes s’affairent dans les écoles de formation, les bureaux de casting, sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, comme d’autres avant nous, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où /quand on peut les voir.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, les productions marquantes dans lesquelles ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Roukiata Ouédraogo.

Roukiata Ouédraogo est née en 1979.

La comédienne débute sa carrière au théâtre en 2008, où elle joue et met en scène la première pièce qu’elle a écrite, Yennenga, l’épopée des Mossi. 

En 2012, Roukiata Ouédraogo crée son premier one woman show, « Ouagadougou pressé« .  En 2017, elle part en tournée avec son second seule en scène, « Roukiata tombe le masque ».

Au cinéma, elle fait une apparition dans le film Samba avec Omar Sy et Charlotte Gainsbourg, réalisé par Olivier Nakache et Eric Toledano en 2014, dans La vie de château de Cédric Ido et et Modi Barry, avec Jacky Ido ou encore Tatiana Rojo en 2016.

Roukiata Ouédraogo est sur scène avec son dernier spectacle Je demande la route depuis le 11 janvier les jeudis, vendredis et samedis au Théâtre Lucernaire à Paris.Initialement programmée jusqu’au 7 avril, elle joue finalement les prolongations jusqu’au 2 juin. On la retrouve également à la radio en tant que chroniqueuse sur France Inter dans l’émission « Par Jupiter ! » de Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek à 17h.

(Source photo : Agencesartistiques.com)

Publicités

#unjourunacteurafrofrançais #42 : Jackee Toto

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Jackee Toto.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, les artistes s’affairent dans les écoles de formation, les bureaux de casting, sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, comme d’autres avant nous, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où /quand on peut les voir.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, les productions marquantes dans lesquelles ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Jackee Toto.


On a vu principalement Jackee Toto à la télévision et au cinéma, mais il a également interprété quelques rôles au théâtre notamment en 2012 dans la pièce Andromaque m’a tuée, montée par Naïs El Fassi ou plus récemment, en 2015, dans une mise en scène par Yohann Manca des Radeaux de Christian Siméon.

Sur le petit écran, il a joué dans la série R.I.S – Police scientifique en 2012. L’année précédente, il s’était retrouvé dans le programme court La Vie secrète des jeunes de Riad Sattouf, comme William Lebghil – Soda, Les Beaux gosses…- ou encore Hedy Bouchenafa -vu notamment dans En passant pécho-.

En 2015, Jackee Toto est Pierre dans Patries de Cheyenne Carron. En 2016, il retrouve William Lebghil dans La Fine Equipe, qu’ils forment avec  Annabelle Lengronne, Doudou Masta ou encore Raph Amoussou, réalisé par Magaly Richard-Serrano.

En 2017, Jackee est à l’affiche du nouveau Toledano et Nakache, les réalisateurs d’Intouchables, aux côtés de Jean-Pierre Bacri et Eye Haïdara entre autres. Ce film est sorti le même jour qu’Happy End de Michael Haneke, au casting duquel on trouve l’acteur, donc, mais aussi Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant ou encore Matthieu Kassovitz.

Vous n’avez pas fini de le voir car Jackee sera dans le prochain film de Pierre Salvadori, Remise de peine. Il jouera aux côtés de valeurs sûres du cinéma français telles Audrey Tautou – Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain, Da Vinci Code…, Adèle Haenel -Naissance des pieuvres, 120 Battements par minute…, ou encore Pio Marmaï, Le Premier jour du reste de ta vie… .

(Crédits photo : D.R. )

#unjourunacteurafrofrançais #41 : Alassane Diong

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Alassane Diong.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, les artistes s’affairent dans les écoles de formation, les bureaux de casting, sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, comme d’autres avant nous, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où /quand on peut les voir.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, les productions marquantes dans lesquelles ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Alassane Diong.


On a vu principalement Alassane Diong à la télévision et au cinéma.

En 2016, il a joué dans la série Héroïnes d’Audrey Estrougo et dans la saison 2 des Grands, aux côtés de Rébecca Chaillon, à venir sur OCS.

En 2017, il sera à l’affiche de pas moins de trois films, dont Sous le même toit, réalisé par l’ex-Nul Dominique Farrugia, Fleuve Noir d’Erick Zonca et de 25 novembre 2007.
Ce film, réalisé par Jean-Luc Baptiste et d’Aziza Sadky est une fiction au coeur des révoltes urbaines, et comment elles touchent différents protagonistes, du corps policier aux habitant.e.s.  Le sous-titre de 25 novembre 2007 : Le Silence n’est pas un oubli. On en reparlera pour sûr !

(Crédits photo : Julien Torres )

#unjourunacteurafrofrançais #39 : Ahmed Sylla

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Ahmed Sylla.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Ahmed Sylla.

Ahmed Sylla est né en 1990.

Le comédien se fait remarquer  à la télévision dans l’émission On ne demande qu’à en rire où il présente des sketchs de 2011 à 2013. Sur petit écran, il apparaît dans des épisodes de la série Alice Nevers, le juge est une femme (entre 2013 et 2015).

En 2012, il présente son premier one-man show, À mes délires suivi trois ans plus tard, de son second spectacle, Ahmed avec un grand a.

Ahmed Sylla fait ses premiers pas au cinéma dans le film Goal of the dead de Thierry Poiraud, aux côtés d’Alban Lenoir,  Charlie Bruneau et Tiphaine Daviot en 2014. Il tient cette année le rôle principal dans L’Ascension de Ludovic Bernard, inspiré de l’histoire vraie du journaliste Nadir Dendoune qui a gravi l’Everest, relaté dans son livre Un tocard sur le toit du monde, un rôle qui lui vaut d’être présélectionné dans la catégorie meilleur espoir masculin aux César 2018 (verdict fin janvier 2018)

Il était cette année sur le tournage de la comédie Christ-off de Pierre Dudan, avec Philippe Latreau, Élodie Fontan et Bernard Le Coq ainsi que dans la série Access où il sera le héros.

(Crédits photo : Alun[be] photography)

EXCLU – Shirley Souagnon sera à l’affiche de la première édition de la Brown Sugar Comedy

DIVERTISSEMENT- Après le cinéma, l’équipe Brown Sugar Days se lance dans l’humour avec le Brown Sugar Comedy qui se déroulera à Bobino lundi 16 janvier. Une suite logique quand on sait que des humoristes tels que Phil Darwin, Fary ou encore Jean-Claude Muaka sont montés sur la scène du Grand Rex pendant le festival de films afro-américains. Rencontre.

Ils remplissent le Grand Rex depuis 2015 en programmant des films afro-américains exclusifs ou français, comme Le Gang des Antillais lors de la dernière édition. Lundi 16 janvier, l’agence AK-A met à l’affiche des humoristes afrofrançais à Bobino et c’est déjà complet. Pourquoi l’humour, la place des femmes… On a voulu en savoir plus sur les coulisses de leur événement à guichets fermés.

Comment est née l’idée d’organiser un événement autour de l’humour afro au sein du festival de l’humour à Paris ? 
Nous avons dès le départ intégré l’humour à notre festival Brown Sugar Days car avant tout, l’idée est d’offrir une journée d’entertainment. Nous avons été approché par le festival d’humour de Paris et on s’est dit « GO » !
Depuis quand travaillez-vous sur ce projet ? 
Tout s’est fait assez rapidement. On va dire que le projet mûrit depuis l’avant-dernière édition de BSD.
On ne peut s’empêcher de penser au Jamel Comedy Club. Avez-vous pensé à collaborer avec à un moment donné ? 
Honnêtement, nous n’avons pas pensé à collaborer. Jamel, c’est un autre niveau, nous on continue à creuser notre petit sillon humblement.
Comment a été pensée la programmation ? 
On s’est appuyé sur l’ensemble des humoristes qui ont fait des passages à BSD et on a tenté notre chance auprès d’autres comme Kevin Razy ou Waly Dia.
Est-ce que la présence de Jean-Claude Muaka lors des Brown Sugar Days de 2016 était un test pour le 16 janvier 2017 ?
Non, pas vraiment. On le suivait depuis un moment.
Il y a pas mal d’humoristes déjà connus notamment du public afrofrançais dans la programmation. Est-ce une volonté uniquement pour la première édition de ne pas mettre à l’affiche davantage d’amateurs ?
L’objectif de BSC est de faire découvrir des talents installés ou moins installés. Nous trouvons que c’est un pari pas trop mal réussi pour cette première édition.
Il n’y a pas beaucoup de femmes dans la programmation. Pourquoi ?
Exclu, on vous annonce qu’une deuxième arrive : Shirley Souagnon sera aussi à BSC !
Vous vous faites une spécialité de remplir de grandes salles parisiennes. La date du 16 a rapidement affiché complet. Est-ce que vous vous y attendiez ?
Nous ne nous attendions pas à remplir la salle de Bobino en 2 semaines ! Une vraie belle surprise  !
Comptez-vous proposer d’autres événements de ce type dans l’année ? 
On a plusieurs idées… Rien de concret pour l’instant mais vous serez tenu informées 😉