[CINÉMAAAAAAA] On a vu… La Vie de Château en salles le 9 août

À L’AFFICHE – Le film de Cédric Ido et Modi Barry sort début août, au creux de l’été. Une comédie sympathique au coeur de Château d’Eau, « l’un des derniers quartiers vraiment populaires de Paris », selon ces derniers.

Le jeu de mots du titre prévient déjà -un peu- : le parti pris du film est comique. Charles aka « Le Prince » est à la tête d’un groupe de rabatteurs, mais rêve de s’installer à son propre compte. Autour de ce point de départ se déroulent des histoires qui ont toutes le même et unique lieu : Château d’Eau. Le personnage principal, interprété par Jacky Ido, est bien connu des deux réalisateurs. L’un d’eux, Cédric Ido, également comédien, réalisateur du remarqué Twaagaun court primé à plusieurs reprises, est son frère et lui offre ainsi son premier premier rôle dans un film français. L’autre, Modi Barry avait déjà dirigé Jacky Ido dans 1983, un film court d’anticipation. Le duo amis dix ans à monter le projet, une intrigue sur fond d’embrouilles, à Château d’Eau, dans ses magasins et salons, avec celles et ceux qui y travaillent.

 

Ici, pas de sandwiches à 6 euros, de bars à cocktails onéreux, ni de magasins streetwear réservés aux happy few. Le film se centre sur cette partie du 10e industrieuse, entre le boulevard de Strasbourg et la rue des petites écuries, qui ne dort presque jamais. Et sur la rivalité entre Charles et Bébé, autre chef des rabatteurs, qui travaille pour des salons concurrents.

crédits Jean-Claude Lother

Pas de préambule à la Enquête Exclusive demandant « Mais qui sont les rabatteurs de Château D’Eau-quels sont leurs réseaux-ils témoignent », mais une histoire centrée autour d’eux – certains qu’on voit dans le film jouent leur propre rôle-, de l’envie d’ascension des uns et des autres, et des coups fourrés pour tenter d’y arriver.

C’est bien l’un, si ce n’est le personnage central de cette comédie. Le quartier est de tous les plans. On le voit dès l’ouverture du film, en musique avec Paris de Joséphine Baker ; une manière transparente de dire que Paris est Paris aussi parce qu’il y a Château d’Eau.

Tatiana Rojo crédits Jean-Claude Lother

On croise toute une galerie de personnages, campés notamment par Jean-Baptiste Anoumon, Tatiana Rojo -Amou Tati-, ou encore comme Assa Sylla, vue dans Danbé, Bande de filles, ou encore Ralph Amoussou, –La Fine Equipe…- et même Serge Beynaud, la star du coupé-décalé.

L’un des grands atouts de cette comédie, c’est sa bande-son et son casting. C’est bien d’y retrouver Félicité Wouassi. Les réalisateurs ont confessé avoir écrit le film en pensant à elle. Depuis Aide-toi le ciel t’aidera en 2008, qui lui avait valu une nomination aux Césars en 2009, on avait revu la comédienne à quelques -trop- rares occasions sur le petit  écran. Ici, elle incarne une gérante de salon, businesswoman avisée et figure du quartier empêtrée dans un imbroglio qu’on ne vous dévoile pas ici.

Ici, l’assistant du couturier -forcément italien- est japonais et taiseux. Les Indien.ne.s sont dur.e.s en affaire, les femmes noires aussi et ces dernier.e.s le savent. Le trait est forcé dans La Vie de château, – la marque de bon nombre de comédies françaises-, contrebalancés par des scènes où affleurent la détresse de certains des personnages, tou.te.s des combattant.e.s pour s’offrir une vie meilleure ; le tout baigne dans la bienveillance pour ses personnages. Le film a le mérite d’offrir une plongée fictionnelle dans une partie de la capitale que le cinéma n’avait pas vraiment envisagé comme un lieu à filmer. Sans en jeter celles et ceux qui en ont fait l’âme.

 

 

#unjourunacteurafrofrançais #17 : Jacky Ido

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Jacky Ido.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Jacky Ido.

Jacky Ido © ABC/Craig Sjodin
Jacky Ido © ABC/Craig Sjodin

Jacky Ido est né en 1977.

Il se fait connaître sous le nom de John Pucc’cholat en tant que slameur.

Il apparaît entre autres sur Midi 20, le premier album de Grand Corps Malade tout en entamant en parallèle une carrière de comédien et de réalisateur, entre la France, l’Allemagne, les continents africain et américain.

À la télé, il a joué le rôle de Koyaba dans la mini-série Tropiques Amers aux côtés de Fatou N’Diaye en 2007. En 2014, il incarne Leo Romba dans Taxi : Brooklyn, la version américaine et télévisuelle du film Taxi. Il n’a pas quitté les petits écrans américains puisqu’il est désormais l’inspecteur du FBI Jules Dao dans The Catch, la nouvelle série de Shonda Rhimes, connue pour ses succès tels que Grey’s Anatomy, Scandal ou encore How To Get Away With a Murder. 

Les Américain.e.s peuvent la voir depuis sa première diffusion sur ABC le 24 mars 2016.

Au cinéma, il a joué dans La Massaï Blanche de Hermine Huntgeburth en 2005. En 2008, il a eu un rôle dans Aide-toi le ciel t’aideraaux côtés de Mata Gabin notamment, dans Inglorious Basterds, le film de Quentin Tarantino en 2009, Radiosstars de Léonard de Vitry. Il a également été l’une des voix pour Aya de Youpougon, le film adapté de la bande dessinée de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie. Il a également joué dans De l’autre côté du mur de John Burd en 201 ou encore Salaud, on t’aime de Claude Lelouch en 2014.

Il continue sa carrière entre les différents continents et a récemment été à l’affiche du film américain In the morning de Nefertite Nguvu.

Il joue Charles, rabatteur en chef dans le film La Vie de Château, en salles le 9 août 2017. Son frère, Cédric Ido, réalisateur et comédien, le co-réalise avec Modi Barry.