#unjouruneactriceafrofrançaise #40 : Aïssa Maïga

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Aïssa Maïga.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Aïssa Maïga.

Aïssa Maïga est née en 1975.

Elle apparaît pour la première fois au cinéma dans le long-métrage Saraka Bo de Denis Amar en 1996, avec Richard Bohringer, Yvan Attal et Dani Kouyaté. L’actrice partage l’affiche avec Jérôme Robart dans Jonas et Lila, à demain d’Alain Tanner en 1999. Elle enchaîne les rôles sur grand écran dans Le prof d’Alexandre Jardin avec Yvan Attal, Jean_Hughes Anglade et Hélène de Fougerolles, Marie-Line de Medhi Charef avec Muriel Robin, Fejria Deliba et M’Bembo (2000), No Way d’Owell Brown avec Passi, Lucien Jean-Baptiste et Diouc Koma (2004), Les poupées russes de Cédric Klapisch avec Romain Duris , Audrey Tautou et Cécile de France (2005). En 2006, Aïssa Maïga tient le rôle principal dans Bamako d’Abderrahmane Sissako

Plus récemment, la comédienne était au casting de Prêt à tout de Nicolas Cuche avec Max Boublil (2014) et Bienvenue à Marly-Gomont de Julien Rambaldi avec Max Zinga (2016).

Au théâtre, elle s’est produite en 1997 dans la pièce Bintou de Koffi Kwahulé mise en scène par Gabriel Garran au théâtre international de Langue Française, en 2013 dans Les Grandes personnes de Marie Ndiaye mise en scène par Christophe Perton en 2011 au théâtre de La Colline, en 2015 dans Des gens bien avec Miou-Miou de David Lindsay-Abaire mise en scène par Anne Bourgeois au théâtre Hébertot.

Le petit écran n’est pas en reste, Aïssa Maïga y faisant des apparitions dans des séries comme Caméra Café, Commissaire Moulin, Commissaire Cordier, PJ ou encore Famille d’accueil. Mais aussi dans des téléfilms notamment dans Négro de Karim Akadiri Soumaila (2000), Par accident de Jérôme Foulon avec Michel Boujenah et Jérôme Kircher (2005),  Sexe, gombo et beurre salé de Mahamat-Saleh Haroun avec Diouc Koma (2007), Quand la ville mord de Dominique Cabrera (2009), Toussaint Louverture de Philippe Niang avec Jimmy Jean-Louis (2012), Mortel été de Denis Malleval avec Bruno Solo (2013).

On peut retrouver Aïssa Maïga dans le dernier long de et avec Lucien Jean-Baptiste, Il a déjà tes yeux. Elle interprète le rôle de Doris dans le téléfilm Le rêve français de Christian Faure aux côtés de Firmine Richard, Jocelyne Béroard, Jacques Martial, Yann Gael, Ambroise Michel qui sera diffusé prochainement sur France Télévision.

 (Crédits photo : Agences artistiques)

Publicités

#unjourunacteurafrofrançais #37 : Steve Achiepo

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Steve Achiepo.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Steve Achiepo.

Steve Achiepo est né en 1981.

Il débute en 2008 écrivant, mettant en scène et jouant dans la pièce La quatrième prophétie au théâtre de Ménilmontant à Paris avec Vincent Maury, Isabelle Montoya ou encore Christelle Coudeyrat.

Il obtient son premier rôle au cinéma en incarnant Youssouf Fofana dans le film Tout, tout de suite réalisé par Richard Berry aux côtés de Marc Ruchmann, Idrissa Diabaté et Romane Rauss. Pour cette interprétation, il était présélectionné comme meilleur espoir masculin aux César 2017.

(Source photo : Agences artistiques)

#unjouruneactriceafrofrançaise #36 : Eye Haïdara

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Eye Haïdara.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Eye Haïdara.

Eye Haïdara est née en 1983.

Elle se produit sur les planches dans les pièces La guitare de Rachelle mise en scène par Jean-Pierre Bachelet, Un autre monde mise en scène par Maria Gomez, Gare du nord les voies mise en scène par Claire Simon ou encore Man Haast de Frédéric Vossier mise en scène par Tommy Milliot.

À la télévision, on la retrouve dans un épisode de la série Détective (2014) et à plusieurs reprises dans Héroïne(s).

Eye Haïdara apparaît également au grand écran notamment dans  Regarde-moi d’Audrey Estrougo avec Oumar Diaw (2007), Jimmy Rivière de Teddy Lussi-Modeste (2011), Les gorilles de Tristan Aurouet avec Joeystarr, Manu Payet et Alice Belaïdi (2015).

Elle était présélectionnée dans la catégorie de meilleur espoir féminin aux César 2017 pour son rôle dans le film La taularde d’Audrey Estrougo où elle joue aux côtés de Sophie Marceau et Marie Sohna-Condé.

(Crédits photo : Julian Torres)

#Unjourunacteurafrofrançais #31 : Oumar Diaw

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Oumar Diaw.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Oumar Diaw.

Oumar Diaw est né en 1981.

Sur les planches, il a joué dans Les griots mise en scène par Abdoulaye Sissoko (1998), Le banc jaxxlé écrite et mise en scène par Assane Seck (2005), ou encore avec Sabrina Ouazani dans Amour sur place ou à emporter,  une pièce d’abord jouée par Noom Diawara et Amelle Chahbi qui en sont aussi les auteur.e.s, et mise en scène par Fabrice Éboué (2013).

Il a également officié dans la web série humoristique La cage aux côtés de Samory Sacko, Laya VF et Djiby Badiane, Hyacinthe Imayanga et Steve Tran (2006).

Sur le petit écran, il fait des apparitions dans la série Femmes de loi (2007), Injustice (2011), ou encore dans le moyen métrage Terremerre d’Aliou Sow (2014).

Au cinéma, il figure notamment dans Black de Pierre Laffargue avec MC Jean Gab1 (2007), Tellement proches d’Éric Toledano et Olivier Nakache avec Omar Sy (2008), Une histoire banale d’Audrey Estrougo aux côtés de Marie Denarnaud et Marie-Sohna Condé (2013)  comme Stéfi Celma, dans Antigang de  Benjamin Rocher (2014).

Il se produit en ce moment sur scène dans la pièce 9 mois de bonheur … Enfin presque avec Leila Boumedjane.

Oumar Diaw sera à l’affiche du film Ils l’ont fait de Said Bahij, Khalid Balfoul, Rachid Akiyahou et Majid Eddaikhane dont la sortie est prévu le 15 février au cinéma La Clef à Paris. Il est également au casting du premier long-métrage d’Ibtissem Guerda intitulé For Youv d’après la marque de vêtements lancée par l’ex-braqueur du Val-Fourré Oumar Cissoko aka Youv.

(Crédits photo : Diego)

#Unjourunacteurafrofrançais #29 : Gaël Kamilindi

TROMBINOSCOPE – Parce qu’on n’en peut plus d’entendre que les comédien.ne.s noir.e.s en France sont invisibles, qu’on n’en connaît peu, que si, que là… on a décidé d’en présenter un, brièvement, tous les jours. Aujourd’hui : Gaël Kamilindi.

Invisibles, les comédien.ne.s afrofrançais.e.s ? Pendant que nous nous demandons si nous sommes capables d’en citer plus de cinq, ces artistes s’affairent sur les plateaux de cinéma, les planches.

Loin de nier la ligne de couleur qui règne au théâtre, au cinéma, à la télévision et malgré des améliorations, nous voulons les mettre en valeur, à la suite d’autres, justement parce qu’il peut être difficile de savoir où et quand illes jouent.

Vous trouverez ici chaque semaine le nom et la photo d’un.e comédien.ne noir.e, sa date de naissance, son premier film, les films marquants dans lesquels ille a joué, son dernier rôle. Aujourd’hui : Gaël Kamilindi.

Gaël Kamilindi est né en 1986.

Il fait ses débuts à la Télévision Suisse Romande dans la série Bus & Cie d’Éric Noguet (1997). Puis, toujours en Suisse, il se produit au théâtre dans la pièce Harold et Maude avec Catherine Salviat (2011).

En France, il monte sur les planches et on le voit dans Une maison en Normandie de Joël Dragutin (2012), La locandiera de Carlo Goldoni mise en scène par Marc Paquien avec Dominique Blanc (2013-2014) Les nègres de Jean Genêt mise en scène par Robert Wilson aux côtés d’Armelle Abibou (2014), En attendant Godot de Samuel Beckett mise en scène par Jean-Pierre Vincent (2015) .

À la télé française, on le retrouve dans la série Tiger Lily (2012) et dans le téléfilm J’adore ma vie (2013).

Au cinéma, il fait partie du casting des films Un été brûlant de Philippe Garrel (2010) et 22 minutes de Vasily Serikov (2012).

En 2016, Gaël Kamilindi a joué dans Phèdre(s) d’après Wajdi Mouawad, Sarah Kane et J.M. Coetzee avec Alex Descas et Isabelle Huppert.

Côté actualité, on pourra le voir au théâtre dans Le dernier testament de Ben Zion Avrohom d’après le roman de James Frey mise en scène par Mélanie Laurent, du 25 janvier au 3 février 2017 au théâtre Chaillot. Le comédien intégrera dès le 1er février la Comédie-Française en tant que pensionnaire.

(Crédits photo : Mathieu Thoisy)