Collectif Egalité, #Damonsplaining… : tout ce qu’on n’a pas pu aborder le 29 mars

DEBAT -Le 29 mars, vous aviez été nombreux.ses à venir discuter avec Shirley Souagnon, Annabelle Lengronne, Claire Diao et JP Zadi de la place des comédien.ne.s noir.e.s en France à la Manufacture 111. Et on avait seulement deux heures. Retrouvez ici ce dont on n’a pas pu discuter ce soir-là 🙂

Le collectif Égalité pointe du doigt le manque de diversité dans le cinéma français (février 2000)

Nous avons ouvert la discussion du 29 mars, qui réunissait Shirley Souagnon, Claire Diao, Annabelle Lengronne et JP Zadi en rappelant que la problématique de l’invisibilité des comédien.ne.s noir.e.s ne date pas d’aujourd’hui et que la presse française en a volontiers parlé concernant les États-Unis sans trop insister sur ce qu’il pouvait bien se passer ici.

Pour amorcer le débat, nous aurions voulu diffuser la vidéo dans laquelle le collectif Egalité, avec Calixthe Beyala et Luc Saint-Eloy comme fers de lance, s’invitent au 25ème anniversaire des César.

On vous en avait parlé ici, quand nous nous étions penchées sur la polémique autour de l’absence d’animat.eur.rice.s noir.e.s.au lancement de la chaîne BET France en novembre 2015.

On aurait voulu revenir dessus avec vous qui étiez là lors de notre rencontre du 29 mars.

Qui se souvient de ce moment historique ? Pourquoi toujours cette difficulté, peu importe le domaine, à transmettre et à rendre des initiatives pérennes ? Qu’est-ce qui a été entrepris depuis par les institutions ?

Matt Damon explique ce qu’est la diversité à la productrice Effie Brown (septembre 2015)

On aurait souhaité pouvoir aborder une polémique qui a fait grand bruit aux États-Unis.

En septembre 2015, une affaire a fait grand bruit aux Etats-Unis. Cela se passe sur la chaîne HBO, dans le cadre de l’émission « Project Greenlight », une série documentaire dans laquelle Matt Damon et son acolyte Ben Affleck permettent à un.e. réalisat.eur.rice de  faire son premier film en mettant à disposition toute une équipe de tournage. Dans l’équipe, Effie Brown, productrice de film, noire, qui a notamment travaillé sur le film Dear White people.

La jeune femme, seule invitée « issue d’une minorité », soulève la question des rôles stéréotypés et du manque de diversité dans le projet.

Ce à quoi Matt Damon répond que la diversité se fait au sein du casting et non au sein de l’équipe de production du film. La polémique a été cristallisée sur Twitter par le hashtag #DAMONSPLAINING pour ne pas dire « whitesplaining », ce moment où une personne blanche explique ce qu’est le racisme par exemple à une personne qui est noire, asiatique ou autre. On notera que le programme était diffusé le dimanche soir à une heure de grande écoute.

Par la suite, la productrice Effie Brown affirme qu’on l’a incité à se taire, sous prétexte qu’elle ne pouvait pas « s’attaquer à un chouchou d’Hollywood ».

Cette affaire soulève pas mal d’interrogations. De quelle marge de manœuvre dispose-t-on face à de grands noms qui ne se préoccupent pas des questions de diversité et de clichés ? Une personne noire qui travaille au sein de cette industrie est-elle l’éternelle « token » (caution) ? Comment faire changer les mentalités dans ce domaine majoritairement blanc ?

Un début de réponse quant à la façon d’améliorer les choses ?

Effie Brown estime que pour que les choses évoluent dans ce milieu, et éviter de « faire le jeu du système que l’on dit vouloir changer »,  il faut faire 3 choses : recruter, encadrer et investir. Qui serait apte à le faire ? Où trouver les fonds ?

Publicités

Azealia Banks sur Twitter : Une Année De Provocations Pour Le Plaisir De Ses Fans

RETROSPECTIVE – Quand Azealia Banks replonge dans son année 2015 sur Twitter, c’est pour célébrer douze mois de trollage.

Azealia Banks est un troll. Si la chanteuse prend régulierement position sur Twitter en faveur des femmes noires, parle sexisme et droits civiques, elle s’y lâche avant tout pour amuser et exciter sa « Kunt brigade » ( la brigade des chattes, ses fans, ndlr).

Du coup elle a demandé à ses followers de lui rappeler ses meilleurs moments sur Twitter.

Elleux se sont empressé.e.s de lui faire une petite sélection des familles, petit précis de vannes « banksesques » où il est question de règles, de « bite » et de clashes physiques.   

    
 Et qu’elle s’en prenne à des Twittos « lambda » ou à Eminem, Perez Hilton, Iggy Azalea, T.I. ou encore Action Bronson, elle affirme être « 85% du temps sarcastique »

Et qu’elle ne peut pas plaire à tout le monde car « Azealia Banks n’est pas pour tout le monde ».

Elle finit par faire ce constat étonnant pour une personnalité aussi connectée qu’elle : les « private jokes », soit appeler les gens « faggot » (pédé en anglais vulgaire) et autres insultes discriminatoires, sur Twitter ne peuvent pas être comprises par tout le monde…

Azealia Banks fait celle qui a honte après coup mais on n’est pas dupe hein 😉

Et le naturel reprend le dessus : provoquer pour susciter des réactions avec un peu de vrai et un peu de faux, et toujours se moquer pour garder son image de rappeuse la plus franche en place. 

En attendant, outre un film, elle  continue la musique, puisqu’elle a annoncé qu’elle travaillait sur « Business and pleasure », son deuxième album solo.  

Pour entretenir sa célébrité, Twitter c’est comme pour le reste : en bien ou en mal, l’important c’est de (savoir) faire parler de soi.

Et là-dessus, Azealia est incontestablement la reine du « Twittgame ».

<3 – Racontez à @ThisisKiyemis ce qui vous a rendu fier.e cette année

COUP DE COEUR – On a souvent tendance à se focaliser sur les choses négatives qui nous entourent. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’année 2015, intense, pas franchement évidente ni funky, n’aura pas aider à changer cette habitude. Mais vous avez peut-être une chance : rendez-vous sur Twitter et répondez à @ThisisKiyemis en disant de quoi vous êtes fier.e.s cette année.

Les dernières semaines de l’année 2015 n’auront fait aucun cadeau : attentats à Paris et Saint-Denis et de façon quasi-quotidienne partout dans le monde, lois controversées pour lutter contre le terrorisme, toujours du chômage et de gros changements climatiques – Noël sous 13 degrés !- … Bref, difficile de garder le sourire et la pêche tous les jours.

Mais pourquoi pas faire une rétrospective de toutes les bonnes choses que nous avons accompli ces 12 derniers mois ? C’est ce que propose @ThisisKiyemis, fervente twittos afroféministe, à moins d’une semaine de la nouvelle année. Son nom vous dit probablement quelque chose puisque la jeune femme nous avait livré son sentiment suite aux attentats de Paris.

Chez l’Afro, on adhère complètement au concept qui rappelle que les petites victoires du quotidien de tout un chacun peuvent être touchantes, encourageantes, inspirantes, que l’on soit un homme ou une femme. Et on est pas les seules à le penser d’ailleurs.

Twitter Kiyemis 3

Kiyemis Twitter 3Kiyemis Twitter 2Kiyemis Twitter

Voici un petit florilège des réponses qui nous ont touché avec de l’amour, des projets en cours, de la confiance en soi et de l’espoir.

Twitter Kiyemis 6Twitter Kiyemis 7Twitter Kiyemis 8Twitter Kiyemis 9Twitter Kiyemis 10Twitter Kiyemis 11

#TeamWhiteClub : Le compte Twitter à signaler

team
A VOS CLAVIERS – Twitter, c’est génial, et souvent en termes de racisme, certains comptes sont en mode YOLO, sans pression. Aujourd’hui le cas de @teamwhiteclub.

Des comptes comme ça, vous devez en signaler sans doute tous les jours. @teamwhiteclub n’est pas le seul, c’est sûr. Il compte à peine 226 abonné.e.s. Qui sait qui se cache derrière ? Un petit malin qui croit bon de poster des visuels à caractère raciste et surtout d’évoquer le racisme anti-blanc ? Un compte d’une nébuleuse beauf, aux propos violents et insultants pour celleux qui sont non-blanc.he.s ?

Comme on fait notre revue du web, et qu’on est plus attachées à mettre en valeur ce que les noir.e.s de France font de bien et de moins bien, on vous  embête pas trois plombes et on vous poste un florilège de ces images à « caractère informatif » que cette team de « whites, blancs, blancos » a posté… puisque ce compte va disparaître 😉

Oui, oui, ça vole haut !

PS : pour celleux qui diront que nous attisons le feu, sommmes racistes etc., en vrai, des Blanc.h.e.s elleux-mêmes cherchent aussi à signaler ce compte.

 

RÉSEAUX – Le compte Twitter de la semaine : @LifeOfAFoC

@LifeOfAFoC, c’est quoi ? : Un compte, Life of A Feminist Of Colour  – La vie d’une féministe non-blanche-, animé par une twitta différente chaque semaine qui parle de son quotidien de militante.



Date de création : août 2015

Pourquoi @LifeOfAFoC : « Sur un coup de tête », explique @patpanthere, créatrice du compte, qui se présente comme une jeune femme originaire Cameroun et vivant en région parisienne depuis près d’un an. « Exaspérée par les nombreux propos sexistes, homophobes tenus par des comptes que je suivais sur le « Twitter africain », contre lesquels moi et les féministes de ma TL réagissions un soir, j’ai lancé l’idée sur Twitter de créer un compte communautaire de féministes, afin de reprendre le contrôle sur notre narration, précise-t-elle. J’avais en tête un espace où l’on pourrait montrer à quel point les femmes féministes sont diverses, que ce soit par leurs origines, leur âge, leurs professions, leur orientation sexuelle, leur situation matrimoniale et démonter les clichés et l’ignorance entourant le féminisme et les femmes féministes… »

La question : comment choisit-elle ses invitées ? :  » C’est un peu aléatoire. Je me base sur ma propre timeline, grâce aux retweets et suggestions de comptes à suivre, avoue celle qui ne s’imaginait pas un jour devenir une cyber-militante féministe et anti-raciste. Idéalement, je voudrais que les personnes se portent volontaires, mais j’ai remarqué que beaucoup ne se sentent pas légitimes pour évoquer publiquement leur vie », conclut @patpanthere, proche des actions du collectif afroféministe Mwasi IRL, aux côtés de qui elle a notamment participé à La Marche pour la Dignité et Contre le Racisme.